Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Le doux parfum d'un sentiment nouveau. ◄► Alfredo O'DRIL

 :: Capitale :: Les quartiers résidentiels :: Quartier Nord. :: Maison d'April HAWKINS et Isil. Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Messages : 81
Date d'inscription : 29/01/2017
Autres comptes : William O'CAHAN, Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOODS, Jakob B. COLLINS.
Humain
Ven 7 Avr - 23:43
Nous sommes amis ok ?Je n’ai pas tout compris qu’est-ce que j’avais fait ? Pourquoi je me fais traiter dé bile comme ça sans que je ne sache la raison ?  Je ne sais pas du tout.
Puis il venait quand même de traiter mon amie de débile aussi, je ne sais pas quoi dire, est-ce qu’il me déteste tant que ça pour dire tout ça ? Je ne sais pas du tout une nouvelle fois, alors qu’on venait de se dire ami. Mais il avait pris mon pot et nous voilà debout maintenant, nous devons avoir l’air malin comme ça. Puis je me souviens. Steven.

Isil je te maudis pour le coup et sans vraiment lui répondre je me suis retournée vers les dégâts. Steven pourquoi tu n’as pas pris cette sculpture que tu voulais tant ? Maintenant elle est toute cassée et je ne veux pas qu’on la répare, tu aurais dû la prendre plus tôt, c’était sans doute un signe pour que je l’oublie une bonne fois pour toute n’est-ce pas ? Je pense que oui, ce n’était pas si mal que ça au final au moins je peux me consacrer à autre chose maintenant, je me sens limite libre d’un coup, j’ai touché une dernière fois ce qui restait du visage de Steven, je me suis relevée, mais je restais dos à Alfredo.

« Non, merci, c’est sans doute mieux ainsi je pense. Je te remercie d’avoir proposé ton aide, c’est bien gentil ? »

Je ne savais pas quoi lui dire, je ne sais pas, je sentais que quelque chose clochait une nouvelle fois. Je me sentais un peu blessé de me faire juger ainsi, est-ce que c’est si mal d’être gentil avec quelqu’un ? Je ne sais pas du tout, je ne sais vraiment rien et ça m’embête. Je ne sais jamais quoi dire ou quoi faire avec lui, alors que d’habitude, c’est juste hyper facile, sans doute est-ce parce qu’il n’est pas comme tout le monde, il agit étrangement. Oui c’est ça il n’agit pas comme tout le monde du coup je suis perturbé comme tout je ne sais pas comment lui dire les choses à cause de ça, c’était vraiment idiot je suppose, mais c’est comme ça.
Je me suis passé la main sur le visage ce n’était pas bon que je repense au passé, ça n’allait pas du tout m’aider et je le sais bien, je sais bien que tout ce qui arrive ne peut pas m’aider, je le sais tellement, mais je ne suis bête il faut croire.

Je suis revenue vers lui doucement, mais gardant le sourire un peu, sans doute n’est-il pas aussi étincelant que d’habitude, mais c’est fatiguant de toujours sourire. Je me suis penchée légèrement, il devait sans doute reprendre son boulot, j’avais pris beaucoup de temps à ce docteur, alors qu’il peut aller sauver des vies. Je ne sais pas comment lui dire sans qu’il le prenne mal. Il allait sans doute le prendre mal non ? Il allait penser que je le jette dehors, alors que ce n’est pas le cas du tout. Ce n’est pas ça du tout, non non je ne veux pas qu’il pense ça.

« Alfredo, tu sais je pense que nous sommes amis, je le sais, car je me sens bien avec toi, même si tu me dis débile, stupide ou je ne sais quoi d’autres. Je sais aussi sans doute que c’est bien tôt, mais bon si on se revoit, nous allons faire connaissance bien comme il se doit. »

Je me suis dit qu’il n’avait plus son gant non ? Oui il me semble que ça doit être ça, je me suis déplacée sur le côté et je suis allée dans mon atelier tâtonnant le sol un bon moment, puis là je l’ai trouvé son gant. Mon dieu, enfin c’était cool. Je me suis relevée et j’ai soupiré un bon coup.
Qui me disait qu’il allait revenir après ça ? Je ne sais pas du tout, je ne sais plus, je me sens étrange un peu. Je ne sais pas comment lui annoncer que je veux qu’on se revoie au plus vite. Je ne sais pas s’il acceptera, sans doute a-t-il parlé d’amitié par simple courtoisie. Je suis revnue vers lui et j’ai tendu son gant.

« Merci d’être resté jusque là, je ne vais pas plus t’embêter, tu as du boulot et ils vont sans doute t’engueuler pour avoir louper autant d’heure, je ne veux pas que tu ais de soucis, car tu as été courtois. »

J’allais rajouter quelque chose, mais quelqu’un frappa à ma porte et rentra sans demander la permission. C’était mon amie Miranda qui hurlait de partout qu’elle avait vu un gars trop canon et qu’elle avait aussi appris pour l’hôpital. Elle s’était arrêtée pendant un instant saluant Alfredo et elle partit dans ma chambre en disant qu’elle avait un truc à faire. Je me suis grattée le cou et je me suis légèrement inclinée.

« Pardonne-moi… Elle fait toujours des entrées du genre. Bon euh je te dis à bientôt dans ce cas, rentre bien, je vais éviter de la faire attendre, elle va s’imaginer des choses et dieu seul sait que les filles peuvent lancer comme conversations étranges haha. Je te remercie pour tout. »

Je suis venue lui embrasser la joue rapidement l’accompagnant vers la porte. Puis j’ai attendu qu’il parte.

© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Je te touche en #8E3557
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 57
Date d'inscription : 21/12/2016
Autres comptes : Angel Argawaen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Kobayashi
Doctor
Dim 9 Avr - 0:00
Alors- on est voisin ?   -

Alfredo O'dril

April  Hawkins

Je ne cherche définitivement plus à comprendre, je vais me contenter d’être spectateur de ces impressions étranges qui m’envahisse quand un mot franchis ces douces lèvres. Et je dis douce, car c’est ainsi que j’en ai le souvenir. A jamais graver sur les miennes, ce geste me trouble à nouveau en l’instant de façon inexplicable. Ces paroles me sont douces. Nous sommes amis car elle se sent bien avec moi. Je me sens bien avec elle aussi, mais je suis surpris que le contraire soit vrai. Après tout je n’ai pas été brillant d’amour et de tendresse. Du tout. Elle partit à nouveau et reviens cette fois avec mon gant. J’ai n’ai pu cacher mon soulagement, même si je sentais mes tripes se tordre. Elle me fou dehors là. Son faux prétexte me blesse presque, mais je ne fis de rien. Après tout, j’ai abusé. Mais je n’ai rien dis acquiesçant seulement et reprenant prudemment mon gant avant de l’enfilé. Je me sentais un peu mieux avec lui. Il fait barrière avec le monde, n’est-ce pas ? J’ai penché la tête de coté en regardant April. Oui avec ce gant, je ne risque plus de te faire de mal. C’est déjà ça !

J’ai soudaine entendu frapper à la porte et mon sang ne fit qu’un tour. La personne entra avec ardeur comme si cette demeure était sienne. C’était quoi ces manières allons bon ! Une gamine. Je dis gamine, mais elle semble avoir l’âge d’April. Bon Dieu fait que cette fille n’ai pas un côté enfantin et burlesque tel que son ami ! Je ne serais pas sûre de le supporter. Heureusement, elle resta d’un calme imperturbable. C’était à prévoir, en même temps. Je n’avais même pas le temps d’emmagasiné les informations que pouvait piaffer son amie. Sérieusement, ça n’a pas de retenus ou quoi ? Sa sortie de la pièce me laissa un gout amer dans la bouche. Sérieusement. Je suis choqué. April s’en excusa, mais je ne l’a tenait pas pour responsable des gestes grossier de l’autre jeune fille. Elle finit par venir m’embrasser la joue après m’avoir raccompagné à la porte. Je suppose que je dois partir, alors. Je me suis gratter la nuque un moment. Bon tant qu’à faire hein ?! Ai-je réellement encore quelques choses à perdre ? Non. Je suis donc venue l’embrassé aussi chastement que dans le parking.

- Au revoir April. J’espère te revoir bientôt. Je poserais ton cadeau sur mon bureau, pour que tout le monde puisse l’admirer.

Je lui ai sourie, brièvement seulement. Pas déconner, j’allais vraiment avoir des courbatures au zygomatiques après ! Et je suis sorti. J’ai fait deux pas et à peine entré dans ma voiture j’ai entendu mon cellulaire vibré. Un regard à l’écran, c’était le balafré. Hé bha, il a le don d’appelé quand il faut lui. J’ai levé les yeux aux ciels et j’ai balancé mon portable à l’arrière de la voiture avant de démarré mon moteur. Je n’avais pas fini ma journée moi. Mais au moins, j’avais passé une matinée délicieuse. Et j’avais gagné un pot. Un cadeau. Un présent. Quand Lawrence va apprendre que j’ai sourie. J’vais peut-être m’abstenir de lui dire…




▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Ma dream is #cc3366
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» AMY & ELEANORE Ҩ « le doux parfum d'une fleur à peine éclose. »
» Catalina MacRoses - « Les roses sont une musique au doux parfum d'été »
» Cuvette de wc attaque doux parfum. C'est super efficace. [PV LUKE]
» Une jolie fleur de Camélia vient laisser son doux parfum ♥
» Nuage D'Amaryllis ~ Le doux parfum d'une fleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Capitale :: Les quartiers résidentiels :: Quartier Nord. :: Maison d'April HAWKINS et Isil.-
Sauter vers: