Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Johnny • Can't tell if this is real

 :: Avant de rp :: Recensement des habitants :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Johnny
Still alive after all
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 24/06/2016
Still alive after all
Ven 24 Juin - 4:02
Johnny
ft. Black-haired chick de Random Artists

Âge : 27 ans
Race : Hybride (Nightëel - Humaine)
Orientation : Don't even think about it, hon ~
Métier : Leader du gang Family Undead
Code du règlement : Validé sur skypu /o/
Caractère

Johnny peut-être considérée comme une personne parfaitement qualifiée pour être une leader. Elle est à l'écoute des membres de son gang, mais reste autoritaire et les dirige d'une main de fer. Un peu comme une mère, certains diront. Elle possède beaucoup de charisme et sait se montrer convaincante. Bonne négociatrice, elle fonctionne à coups de compromis et de consensus. Vieux jeux, elle aime ce qui est rétro, y compris les idéologies, comme l'anti-racisme, chose qui manque cruellement à la société actuelle. Johnny est une personne qui sait garder son sang froid, fait ce qui est juste, recherche toujours à découvrir et surtout, malgré son apparence intimidante, s'avère être très aimante.

Malheureusement, elle est également... très instable. Impatiente, colérique, parano, avare, cherche souvent à tout contrôler, possessive, elle peut aller jusqu'à se montrer impulsive lorsque son obsession prend le contrôle. La vengeance, ce désir qu'elle essaie de dissimuler derrière sa barrière, montre son côté rancunier, sadique et obsessif ; tous ces sentiments négatifs étant dirigés vers son pire ennemi.

Physique

Grande, silhouette féminine et athlétique, peau pâle et couverte de cicatrices diverses très difficiles à rater, car formant un contraste assez intense avec celle-ci ; elle en a des pieds à la tête. Sur son visage, elle en a une à la bouche et une à l'arcade sourcilière. Ses traits sont ciselés et ses lèvres sont pulpeuses, ses sourcils moyens et son regard perçant, bleu pâle. Ses cheveux sont longs, ondulés et noirs, terminant au milieu de son dos.

C'est, en général, une description appropriée de l'apparence de Johnny. Mais bien sûr, il y a plus. Comme par exemple, vous risquez d'avoir du mal à voir ses cicatrices, car elle les couvre toutes avec ses vêtements. Ceux-ci sont toujours un minimum élaborés, question d'avoir un style assez professionnel tout en restant confortable. Elle ne porte jamais de bijoux. Ce que la jeune femme porte par contre, c'est du maquillage : smokey eye et rouge à lèvre sont quasiment obligatoires pour elle. Bien sûr, elle pourrait décider de ne pas en mettre une journée pour rester au naturel, mais puisqu'elle le peut, elle en met. Avant, elle avait quelques piercings, mais elle ne les met plus depuis trois bonnes années.

Finalement, elle a deux tatouages sous ses cicatrices : un dans le dos représentant son ancien gang et un sur le cœur, représentant celui qu'elle dirige actuellement. Ce-dernier est recouvert par une cicatrice en forme de T.


Pouvoir du personnage

Le pouvoir de Johnny est vraiment très simple. Elle peut créer une barrière mentale pour protéger son esprit. Elle ne peut le faire que pour elle, ce qui veut dire qu'elle ne peut en aucun cas protéger l'esprit d'une autre personne. Cette barrière s'active et agit selon ses peurs et elle explose littéralement si jamais sa folie prend le dessus. Sa force dépend d'à quel point sa peur est viscérale. Toutefois, l'usage de cette barrière n'est pas... confortable, disons.

Johnny ne peut pas contrôler son activation, car celle-ci est strictement liée à sa peur. Lorsque active, ses yeux deviennent légèrement plus gris et brillent un peu dans le noir. Elle ne peut s'en débarrasser que lorsque sa peur se calme. Lorsque active, sa barrière lui cause des sensations comme la confusion et l'effet étau sur son cerveau ; et ira jusqu'à créer des dommages si elle reste active trop longtemps, se concluant éventuellement par son auto-destruction si la peur n'est pas calmée. Disons juste que cette alternative est très peu désirable.


Histoire

- Hey petit, c'est quoi ton vrai nom ?

Le nouvel arrivé prit place sur l'un des fauteuils présents dans la pièce. Il était seul avec un colosse au sourire chaleureux. Pourquoi donc ? Eh bien d'après l'avis du géant, le jour était venu pour lui de rencontrer la famille. C'est avec beaucoup de calme que le jeune homme répondit.

- Je me nomme Conrad COOPER.

- Conrad ? C'est bien. Moi c'est Nicolas Ducharme. Mais appelle-moi Bobby.

Bobby lui fit une tape sur le bras, comme le ferait un grand frère. Conrad laissa un large sourire s'esquisser sur son visage, ce qui fit ricaner le plus grand.

- Je suis prêt, on peut y aller quand tu veux, Bobby !

- Hahaha, content de voir que t'es enthousiaste ! Mais avant, je veux que tu saches que tu vas rencontrer le King. Johnny, quoi. Les autres deviennent toujours un peu nerveux quand ils apprennent ça. T'as des questions ou un truc du genre ?

L'excitation commençait à être à son comble. Agité, Conrad hocha la tête et posa la question qui lui brûlait les lèvres depuis tout à l'heure.

Juste une question... Johnny, c'est un nom d'code ? Ça doit pas être si terrible de le rencontrer. J'ai hâte !

- Ha ! Bien sûr que c'est son nom de code. Personne s'appelle par son vrai nom ici. Et non, le boss est pas un monstre, tu devrais apprécier. Autre chose ?

Le jeune homme fit non de la tête.

- Je m'en doutais un peu. Non, pour le moment je n'ai pas d'autres questions et au pire... j'pourrai les poser au boss, non ?

Bobby prit une position plus confortable sur son fauteuil en cuir et regarda vite fait l'heure sur sa montre luxueuse. Eh, ils avaient encore un peu de temps devant eux.

- Moui, mais tu vas devoir faire attention à ce que tu dis.

- Ne t'en fais pas. Je sais faire attention quand il le faut. Du moins... je pense.

- Tu penses ? Rassurant le gamin ! Bon, j'imagine que c'est le moment où je te tape sur le système avec les avertissements et tout... Déjà, tu sais dans quoi tu t'embarques ?

- Ouep j'sais dans quoi j'm'embarque, j'sais qu'il y aura certaines règles a respecter et j'accepterai sans ronchonner.

Bobby ricana une fois de plus, prenant une position un peu plus propice à un échange d'informations importantes. Il planta son regard ambré dans celui de Conrad.

- Je t'aime bien, petit. Bon, déjà tu dois savoir que notre gang fait partie des deux plus influent de la ville. Nous, on est une famille... certes petite, mais soudée. L'autre gang, c'est des connards que tout le monde veut tabasser, sacrément tenaces. Les traîtres, on ne tolère pas ça... si tu vois où je veux en venir.

- Ouais j'vois où tu veux en venir. T'façon si c'est vers vous que j'viens, c'pas pour aller voir ailleurs, mais tu dois t'en douter ?

Le sourire de Bobby s'élargit.

- Bon, ça devrait bien se passer alors ! Maintenant, souviens-toi bien de ces avertissements si tu tiens à ta santé. En présence de Johnny, on ne parle pas de l'autre gang. Jamais. Surtout pas de leur chef.

Conrad inclina la tête légèrement sur le côté, intrigué.

- Mais c'quoi l'histoire entre les gangs ? Fin j'sais pas vraiment ce qui se passe, j'ai juste entendu des rumeurs. D'accord est-ce que j'ai le droit de savoir pourquoi il ne faut pas faire ça ou bien est-ce confidentiel, si c'est le cas je comprendrai qu'on ne me dise pas tout de suite.

L'expression sur le visage du colosse changea complètement, comme s'il se rappelait de moments très frustrants. C'est sur un ton beaucoup plus sérieux et froid qu'il répondit à son nouveau petit frère :

- Tu veux l'histoire complète ? T'inquiète, si c'est pas maintenant, tu la sauras plus tard, c'est au programme. Mais puisqu'on a encore du temps... Je peux te raconter tout de suite.

Conrad adopta une expression plus sérieuse lui aussi. L'humeur n'était soudainement plus à l'excitation.

- Je veux bien entendre parler de cette histoire, mais après peut-être devrais-je lui laisser le choix de me raconter ? Mais dis moi les grandes lignes au pire, pour que je sache de quoi il en est.

- Nan, compte pas sur Johnny pour te raconter sa propre histoire. Déjà, y'a que son père qui a pu avoir à peine quelques détails ; et il les garde pour lui. Je connais que le début du truc.

- Oh d'accord. Eh bien je t'écoute dans ce cas. Bon et je le dis même si je ne sais pas s'il faut le préciser, mais je ne le répéterai à personne.

Bobby hocha la tête.

- Pas le choix, sinon y'a des sanctions. Mais tu le sais déjà, ça. Enfin bref. Je vais commencer par ce que je dis toujours aux nouveaux : Johnny n'a pas toujours été le chef de notre gang. Même son père en ce moment est un membre du même rang que toi. Nah, The Johnny a gagné sa place en tabassant l'ancien chef. Avant, notre gang était miteux et c'est notre King qui l'a rendu comme il est aujourd'hui. Pas besoin de te dire que c'est une personne qui s'occupe de ce genre de chose comme un pro depuis toujours.

- Ce Johnny prend donc soin du gang tout en s'assurant d'être dans le top des gangs pour gagner du pouvoir c'est ça ?  Et wouah il est sacrément fort ce Johnny pour avoir battu l'ancien chef. Il doit avoir tout votre respect pour être aussi loyal.

- Ah ça, oui ! Et Johnny a toute notre loyauté. Je pourrais me jeter du haut d'un immeuble si c'est son ordre parce que je sais qu'il y aura toujours un gros coussin - ou un hélico - pour me rattraper. Bwahahahaha ! Et puis, il appris à se battre avec l'expérience des combats à mort. Étant toujours bien en vie, ça te donne une idée. M'enfin, bref ; Son père s'appelle se fait appeler Raven. Et sa mère... se faisait appeler Rose. C'était une humaine crainte par tous.

- C'était ? C'est-à-dire ? Elle est morte, c'est ça ?

- Ouais. Elle s'est fait égorger par le chef de l'autre gang. Et pour se venger, Johnny a tué le père de celui qui les dirige maintenant. Tu comprends un peu la rage ?

- Ouep j'comprends parfaitement l'truc. Mais du coup il y a de plus en plus de haine entre les gangs ?

- Ah petit, la haine s'arrêtera jamais. Elle était là avant, pendant et après ; donc maintenant. Surtout après ce que les autres connards ont fait.

À ces mots, la curiosité de Conrad fut profondément piquée. Les conséquences de la rivalité entre les deux gangs étaient flagrantes et ce dès l'entrée dans celui-ci... mais... Pourquoi ?

- Les autres connards, genre l'autre gang ? Mais qu'ont-ils fait de si mal ?

Bobby ferma les yeux et laissa s'écouler une minute de silence à la fois lourd et douloureux. Après un long moment, il ouvrit de nouveau les yeux et parla d'un ton plus faible.

- Ils ont kidnappé l'un de nos meilleurs membres. Il sortait avec Paprika, une fille qui était avec le gang ennemi avant de se rendre compte qu'ils sont tous des sacs à merde. 'Fin bref. On a organisé une mission urgente pour le secourir. Rien que moi, le boss et un autre que tu rencontreras tout à l'heure. On devait entrer, puis sortir. Mais ça s'est pas bien passé. Je... Je le considérais comme mon petit frère... et c'était le meilleur ami de Johnny.

Conrad comprit immédiatement que le membre en question avait été tué. Il lui tapota l'épaule pour le réconforter, lui faisant signe qu'il comprenait ce qu'il devait ressentir. Bobby le remercia avec un faux sourire. Le plus petit détourna le regard quelques secondes avant de le reporter sur son "grand frère" et de poser une question.

- La fille est venue avec vous après ou bien il s'est passé autre chose avant que vous ne puissiez sortir ? Johnny  a dû se sentir mal après cette terrible épreuve...

Le colosse hocha doucement et brièvement la tête, confirmant ses doutes.

- Ouais. Le gang ennemi avait réussi à non seulement tuer notre ami, mais en plus ils nous avaient pris Johnny. Honnêtement, j'ai aucune idée de comment ils s'y sont pris. Je sais juste qu'ils ont profité du choc pour m'exploser la gueule et quand je me suis réveillé, il n'y avait plus personne à part moi, Raven et Pompon. On avait plus aucune arme ou moyen de communication et on savait pas où était Johnny.

Conrad fixa Bobby, voyant où il voulait en venir.

- Comment avez-vous fait après ? Ils ont réussi à embarquer Johnny comme ça, ils vous avaient tout pris... T'sais j'veux pas paraître grossier, mais on sent encore ta peur que tu as eu à ce moment-là.

Le plus grand se gratta la tête et tenta de se calmer un peu.

- Ouais, pardon. C'est les autres qui se sont vite rendus compte que quelque chose clochait. D'habitude, les missions avec Johnny vont toujours très bien, droit au but. Donc c'est eux qui se sont pointés en plus grand nombre pour venir nous chercher. Quand ils ont vu qu'on nous avait pris le chef, on s'est tout de suite mis au travail pour le retrouver.

- Vous avez retrouvé Johnny tout de suite ou bien ça a été compliqué ? On dirait qu'ils avaient préparé la chose, le gang ennemi.

- Tu l'as dis... J'aurais vraiment voulu qu'on puisse le ramener plus tôt, mais on était en crise sans le chef. Ça nous a pris une bonne année, on l'a retrouvé y'a de ça deux ans. Ces connards changeaient souvent de position. Si on a réussi au final, c'est grâce à Paprika, surtout. La pauvre, elle a dû jouer marcher sur ses sentiments et jouer la comédie tout ce temps avant de pouvoir nous rejoindre.

Le jeune homme hocha la tête tout en réfléchissant.

- Ah ouais, j'vois qu'elle a risqué gros, alors qu'elle aurait pu mentir, j'vois l'genre de personne. Eh bien tant mieux si elle est des vôtres maintenant. ... Bon je ne sais pas si c'est vraiment une question qui se pose, mais est-ce que Johnny a vécu des choses pendant qu'il était enfermé ? Vu qu'il a été enfermé longtemps, ils n'ont sûrement pas fait que posé des questions n'est-ce pas ?

- ...T'es futé, petit. Tu sais, Johnny est une personne extrêmement sérieuse et autoritaire, mais il écoute et surtout, il aime. Ça ne paraît pas toujours, mais n'en doute jamais. Maintenant, après tout ça, c'est... différent. Disons que son cerveau a été... gravement touché. Bon, j'y vais plus doucement d'habitude mais ces ordures l'ont torturé pendant tout ce temps. Disons juste que quand on l'a ramené, j'avais l'impression de tenir un cadavre ensanglanté dans mes bras...

Conrad resta silencieux un moment alors que Bobby serrait les poings si fort que ses jointures étaient devenues blanches. Au départ sans émotions, le jeune homme se leva de son siège et planta son regard dans celui du colosse.

- Johnny est fort d'avoir survécu. Ces gens doivent payer pour ce qu'ils ont fait, la torture est certes, d'un côté, pour moi un jeu pour diverses raisons, mais quand c'est pour torturer en prenant du plaisir à faire du mal à son prochain, je trouve ça juste ignoble. Bobby. Ce gang, on arrivera à le détruire.

Bobby regarda le visage déterminé du nouveau. Il se sentait déjà très fier de l'avoir dans sa famille. Il hocha la tête avec la même détermination, regarda l'heure sur sa montre et se leva à son tour, faisant signe à son petit frère de le suivre.

- Par-ici. C'est l'heure.

Ils se dirigèrent vers un ascenseur. Une fois dedans, Bobby pris une grande inspiration avant d'expirer en se dandinant sur ses pieds comme pour évacuer une certaine nervosité.

- Des questions avant de faire le grand saut ?

Après un moment de réflexion, Conrad répondit d'une voix incertaine :

- Est-ce que Johnny préfère qu'on lui dise "tu" ou "vous" ? Pour ne pas manquer de respect je dirai "vous", mais si jamais la préférence est pour "tu" je dirai tu. Sinon je n'ai pas d'autres questions.

Bobby inclina sa tête vers l'arrière, pris d'un rire clair et sincère.

- On vouvoie pas sa famille, que je sache ! Enfin, pas ici. Tu peux utiliser le tu, à moins de vouloir sonner de façon étrange !

À ce moment, les portes de l'ascenseur s'ouvrirent sur un couloir menant ultimement à une porte en acajou. Bobby s'arrêta devant, prenant un air un peu plus professionnel, mais conservant une expression calme et décontractée. Il baissa les yeux vers Conrad pour s'enquérir de son état une dernière fois.

- Prêt ?

L'intéressé prit une expression plus sérieuse. Il était difficile de savoir à quoi il pouvait bien penser. En revanche, sa réponse ne tarda pas à être articulée, d'une voix apparemment sous contrôle. Déterminée. Confiante, même.

- Je suis prêt.

Avec un sourire en coin, Bobby toqua à la porte. Il ne sembla pas attendre de signe quelconque lui donnant l'autorisation d'entrer, puisqu'il ouvrit la porte immédiatement après, entrant dans un petit salon aux décorations très chic. Bobby ferma la porte derrière eux et il conduit Conrad dans la pièce d'à côté.

Là, la décoration était moins présente. Il y avait un bureau à leur droite et quelques tables, fauteuils et classeurs par-ci par-là. Face à eux, par contre, se trouvait la silhouette en contre-jour d'une jeune femme observant la ville à travers la fenêtre-mur. Les deux hommes restèrent plantés là un petit moment, en silence, avant que Bobby ne donne un petit coup de coude sur le bras de son nouveau petit-frère pour qu'il dise quelque chose. Celui-ci s'exécuta, ressentant une bouffée de chaleur due à sa nervosité qui se montrait enfin. Il se racla la gorge.

- Bonjour, je suis Conrad Cooper ; le nouvel arrivant. Je suis enchanté de vo-te rencontrer.
- Conrad Cooper...

Sans se retourner, la jeune femme fit signe à Bobby de quitter la pièce. Le colosse s'exécuta immédiatement en faisant discrètement signe à Conrad d'aller à côté de la dame. Conrad compris alors que Johnny, le chef du gang, n'était finalement pas un homme. Un peu confus, il rejoignit sa supérieure face à l'énorme fenêtre et se mit à observer le paysage qui s'étendait devant ses yeux. Comme le building dépassait les autres aux alentours, une grande partie de la vue n'était que le ciel. Actuellement, c'était le soleil couchant qui était la vedette. Mais l'attention de Conrad se trouvait plutôt tournée vers Johnny. Il ne laissa pas le temps au silence de s'installer.

- Bobby m'a expliqué des choses avant de venir, dois-je faire quelque chose de plus ?

Il se tourna vers la jeune femme, qui, à son tour, posa son regard sur lui. Au lieu de se sentir écrasé par l'intimidation que l'on s'attend à recevoir de la part d'un chef de gang, Johnny regarda Conrad comme si elle regardait l'un des membres de sa famille. Un sourire aux lèvres, elle pressa l'épaule du jeune homme et l'invita dans le petit salon pour y prendre place face à face.

- Si tu es arrivé jusqu'ici, c'est parce que tu es déjà digne d'entrer dans nos rangs. En gros, tu peux tout de suite te considérer comme un membre de notre famille. Si tu es ici, c'est surtout pour régler quelques détails.

Conrad regardait Johnny avec beaucoup de sérieux, allant même jusqu'au pur respect. C'était une chose qui se voyait rarement sur le visage du jeune homme et apparemment, peu de gens se voyaient dignes d'un tel comportement venant de sa part.

- D'accord, j'en suis ravi. Des détails ? Quels genres de détails ?
- Déjà, je suppose que tu as compris que personne ne s'appelle par son vrai nom ici. Il te faut un nom de code.

Conrad rendit son sourire à Johnny.

- Effectivement je l'avais compris. Est-ce que c'est toi qui le donne ou on choisit ensemble ?

La leader s'installa plus confortablement dans son fauteuil, appuyant légèrement sa tête dans le creux de sa main.

- Je te laisse choisir... Mais si je peux te conseiller, tente de ne pas en prendre un trop ridicule. Tu ne te présenteras qu'avec ce nom et nos hacker s'occuperont de tes papiers. Le but ici est de cacher ton identité pour te protéger.

Conrad croisa les mains, reprenant un air plus sérieux. Il fixa le vide quelques instants, ne tardant pas à donner une réponse satisfaisante à son interlocutrice :

- Mortem. Je pense que c'est ce qui me correspond le mieux et c'est pas compliqué à retenir.
- Alors, Mortem... as-tu un portable ?
- Oui, j'en ai un.  Vais-je devoir le changer ?
- Non, pas du tout. Il nous faut juste ton numéro pour le rendre impossible à pister, espionner, saboter, etc.

Elle lui fait un clin d'œil.

- Si tu veux bien, j'ai des questions à te poser pour mieux te connaître.

Conrad commença par noter son numéro de papier avant de le passer à Johnny, qui le rangea dans l'une de ses poches pour le moment. Une fois fait, il continua la conversation.

- Oui, je t'écoute. Des questions personnelles ?
- Ouais, Des secrets à cacher ?
- Non, je n'ai pas de secret, peut-être hormis le fait que j'ai une tante, mais que je ne mentionne pas.
- Quel genre de tante ? Gentille ou méchante ?
- Gentille. Elle m'a élevé quand mes parents sont mort, comme si j'étais son fils qu'elle n'a jamais eu.
- Il faudra lui rendre visite, alors. La famille de ma famille est aussi ma famille, right ?
- D'accord, elle en sera ravie. D'autres questions ?

Johnny déplaça vite fait une mèche de cheveux hors de son champs de vision avant de foncer tout droit dans les questions de l'ordre du "très privé".

- Des parents biologiques ?

Conrad sembla gêné par la question, se tendant un peu avant de répondre.

- Hum, ils sont morts.
- Je vois... Tu étais proche d'eux... ?

Conrad posa son regard sur le visage de Johnny, qui avait perdu son sourire. Il soupira en faisant un effort pour se rappeler de ses parents.

- Je l'étais oui, mais pas assez il faut croire. Et toi tu es ou étais proche de tes parents ?
- ... Oui. À la différence que mon père est toujours parmi nous. C'est Raven, tu le verras plus tard cette nuit, normalement.

Un ange passa.

- Bobby t'as parlé d'Aimée ?
- Oui, il m'a parlé d'elle et de la façon dont... Elle vous a quitté. Il m'a même dit que c'est depuis ce jour qu'il y a des tensions plus forte entre les gangs. Elle se faisait appeler Rose, c'est ça ?
- Oui.

L'expression de Johnny passa brusquement du sourire serein à un air respirant la haine.

- Quant aux tensions... Elles ont toujours été hautes. Mais maintenant...

Sourire.

- C'est une vraie chasse à l'homme.

Conrad fronça les sourcils avant de ne faire qu'un simple petit sourire.

- Une chasse à l'homme ? Je vois.  Est-ce qu'il fut un temps où le gang s'entendait avec le gang ennemi ou depuis que tu es née il y a la guerre ?

Johnny reprit immédiatement une expression plus sérieuse, mais cette fois mélangée avec... quelque chose de différent. Elle avait l'air de se rappeler d'une époque sortie tout droit d'un autre monde et fixait le vide intensément.

- Avant, l'ancien chef des Poison Angels était un ami d'enfance de ma mère.

Conrad comprit de quoi il était question. Il prit un air plus que sérieux face à la conversation qui tournait étrangement.

- Que s'est-il passé pour que tout dérape comme ça ? D'avant à maintenant, il y a eu quand même une grande évolution dans la haine des gangs.

Johnny haussa les épaules en haussant brièvement les sourcils. Elle marmonna :

- Aucune idée. Raven ne veut rien me dire à ce sujet et esquive mes questions. Disons juste que... avant, c'était la guerre. Maintenant, c'est un massacre. Si tu vois un membre des Poison Angels, tu as l'obligation de lui refaire le portrait ; au minimum. Mais ça, tu le sais déjà.

Le jeune homme hocha la tête, comme si la réponse était évidente à ses yeux. Il ne comprenait juste pas comment un chef ne pouvait pas être au courant de l'origine des tensions.

- OK. Oui je me doutais bien de ça. Est-ce qu'aux yeux des autres il faut s'inventer un passé ou bien dire la vérité ?
- C'est toi qui voit. Certains mentent, d'autres s'en fichent complètement. L'important, c'est que tes supérieurs soient au courant de la vérité.

La leader jaugea Conrad de la tête aux pieds, sentant une certaine fierté grimper en elle. Elle ricana doucement.

- Tu as définitivement ta place parmi nous.

Conrad sembla hésiter un moment, puis il se lança.

- Est-ce que... moi aussi je pourrai en savoir plus sur toi ? Ou est-ce trop indiscret ?

Johnny ouvrit la bouche et sembla hésiter une seconde, avant de simplement prendre sa décision immédiatement au lieu de se prendre la tête et de changer d'idée :

- Bien sûr.

Conrad toussa un peu histoire d'éclaircir sa voix.

- Eh bien, comment était ton enfance ?
- Heh. Mouvementée. Raven était du genre strict, sérieux sur mon potentiel. Depuis le temps, il s'est adoucit. Rose, elle, était beaucoup plus... aimante. Elle portait bien son nom.

Elle eut un sourire nostalgique.

- ... Et je lui dois beaucoup.
- Que veux-tu dire ?

Johnny laissa passer quelques secondes de silence pensif.

- Elle était mon... phare. Sans sa guidance, je me serais définitivement laissée couler. C'était à elle que je me confiais. Puis à Thomas.

Elle soupira lourdement.

- Thomas...

À ce moment, Conrad prit une décision. Il voyait bien qu'il descendait sur la dangereuse pente des sujets sensibles. Il savait que ce n'était pas une bonne idée et il était conscient de ce que Bobby lui avait dit. Mais sa curiosité était plus forte que son bon sens : il voulait absolument savoir, comme si c'était littéralement un besoin vital. Alors il continua de descendre la pente.

- Thomas... Bobby m'en a parlé vaguement, c'est donc un ami d'enfance ?

Johnny fronça les sourcils rapidement, comme prise d'un tic.

- C'était.

Son ton était sec. Les jambes toujours croisées, elle avait une main posée sur son visage, dont l'expression était visiblement préoccupée, mais qui s'adoucissait tranquillement. Conrad se pencha un peu pour s'excuser.

- Ah oui. C'était, pardon. Hum... Eh bien, c'était ton ami d'enfance, donc ?
- Oui. Je l'ai rencontré à l'arène.
- Et, hum, si j'ai bien compris, il sortait avec Paprika ?
- Oui. À l'époque, j'étais... en désaccord. Avec leur relation.
- ... Car elle faisait partie de l'autre gang, n'est-ce pas ?

Johnny soupira et se leva, se dirigeant à nouveau vers la fenêtre de son bureau.

- Exactement. Avec le recul, je vois que c'en est risible tellement tout ça est ironique.

Conrad resta à sa place et il croisa les mains ne sachant plus trop quoi dire.

- Sans doute, mais est-ce que ça aurait changé la situation d'avoir accepté avant leur relation ?

Johnny ricana. Un rire qui jetait un certain malaise comme ambiance.

- Honnêtement ? Oui.

Conrad fronça les sourcils.

- Et comment tout le monde vit cette décision ?

Johnny croisa les bras en s'arrêtant face à la fenêtre. Le soleil avait presque disparu.

- Ils disent tous la même chose. "Ouvre les yeux, Johnny, tu n'aurais jamais pu prévoir une telle chose ! Ce n'est pas ta faute !" HAHAHA ! Définitivement, ils se laissent tous aveugler volontairement. Les faits. Sont. Là.

La pente devenait de plus en plus brusque. Et la curiosité du Nightëel en devenait tout aussi forte. Il se leva pour aller la rejoindre à la fenêtre et secoua la tête en soupirant.

- D'un côté, ils ont raison, non ? On ne peut pas toujours tout prévoir et si ça se trouve, si tu avais accepté la relation avant, ça aurait peut-être été pire non ?

Johnny ferma les yeux, comme si elle encaissait quelque chose. Ses mains serraient ses bras très fort, au point de trembler. Elle parla d'une voix instable, comme si elle faisait un effort quelconque.

- Non. Si je l'avais acceptée, je n'aurais jamais envoyé Thomas sur le terrain, en pleine tension, alors qu'il avait demandé un congé. Jamais l'ennemi ne l'aurait capturé. Jamais ils n'auraient eu l'occasion de lui tirer une balle dans la tête. Et jamais Taylor n'aurait pu--

Elle coupa brusquement la fin de sa phrase, comme si ses mots avaient été étouffés. Le soleil avait maintenant complètement laissé place à la lune. Johnny referma les yeux à nouveau, sa respiration inaudible. Conrad voyait bien que tout ce manège atteignait profondément a supérieure de ses supérieurs, mais il ne pouvait pas faire autrement. Il devait tout comprendre pour ne pas faire d'erreurs plus tard. Pour aider... au moins juste un peu.

- Je suppose que tu as raison, mais dans un sens, Taylor aurait pu faire ce qu'il a fait après, dans une autre situation. Pour une autre raison.... des représailles, peut-être ?

Johnny ne bougea pas.

- Peut-être. Mais dans ce cas, Thomas serait toujours vivant et je... Enfin...

Ne voulant pas continuer sa phrase et ne sachant pas quoi ajouter, elle soupira.

- D'autres questions ?

Et elle regretta très vite ses paroles. Quant à lui, Conrad se gratta le cou et soupira. Il savait qu'il était aller un peu loin. Mais...

- Euh... Je sais que c'est un sujet sensible ce que t'es arrivée par la suite, donc je ne sais pas si tu accepterais d'en parler...

Johnny soupira. Elle posa une main sur son front avant de finalement ouvrir les yeux et de les poser sur Conrad. On aurait dit un bloc de glace, mais sa voix avait un effet différent.

- En parler ? J'ai des doutes, mais tu peux toujours essayer. À tes risques et périls, comme Bobby te l'a probablement expliqué.

De la tristesse, peut-être ?

- Oui, enfin sans vraiment entrer dans les détails et si tu le peux et oui il m'a expliqué... Mais je dois t'avouer que j'aimerai énormément comprendre tout ceci.

Johnny décroisa finalement les bras en faisant face à Taylor, la lumière de la lune rendant sa silhouette sombre et en contre-jour de l'angle de Conrad. Son expression était dure et sa voix glaciale.

- Au début, il posait des questions. Mais très vite, ses visites ne servaient plus qu'à "jouer".

Elle avançait doucement en même temps qu'elle parlait, faisant reculer Conrad jusqu'à ce qu'il soit pris au piège dans un coin, comme une misérable souris face à une menace imminente. Johnny posa sa main juste à côté de sa tête comme pour lui barrer le chemin.

- Dis-moi. Quelles étaient les règles, d'après toi ?

Il n'avait pas peur. Il savait que la situation était dangereuse. Fragile, volatile, tendue. Mais il n'avait pas peur. Il espérait juste que ça n'allait pas dégénérer. Et pour se faire, il avait besoin de beaucoup d'optimisme et d'une pointe d'idéalisme.

- Tais-toi et endure la douleur ?

Pas peur de dire ce qu'il pensait.

- Le supplier d'arrêter pour se sentir puissant ?

Johnny se mit à rire et répondit avec un grand sourire :

- Non, il savait déjà à quoi s'attendre.

Son expression se vida immédiatement, devenant très sombre.

- Non. La seule règle du jeu était de ne pas mourir.

Conrad détourna le regard, encaissant l'information. Ça ne le surprenait pas ; c'était malheureux. Il regarda l'expression de l'hybride avant de doucement reprendre la parole :

- Si tu es là, c'est que tu as survécu. Donc, que tu as surmonté ses épreuves et tu as gagné ; et lui, perdu à son propre jeu, auquel tu as mis fin. N'est-ce pas, Johnny ?

L'expression de Johnny ne changea pas. Elle resta silencieuse un court moment avant de répondre tout bas :

- Y mettre fin ? C'est faux. Je n'ai rien fais... Et le jeu continue.

Elle approcha son visage de celui de Conrad pour mettre un point au clair, précis et important.

- En permanence.

À ce moment, elle recula juste un peu, mais pas au point de lui laisser assez d'espace pour être confortable.

- Taylor n'a pas besoin d'être présent pour jouer.

Elle plissa les yeux, ses lèvres formant une grimace de dégoût, ses mots transpirant la haine et faisant l'effet d'un venin :

- Tu comprends ce que ça signifie ?

Conrad la regarda un long moment, partagé entre plusieurs réponses différentes... avant de secouer négativement la tête d'un mouvement lent, voyant l,expression de la miss se rapprocher de la colère à vue d'œil.

- Il aura beau être à l'autre bout de la ville, il est là... Juste ici...

Elle pointa son crâne d'un mouvement brusque.

- Dans ma tête.

Cette fois, elle se mit à gesticuler, ne tenant plus en place : tournant le dos à Conrad en changeant aléatoirement de direction, elle se mit à parler plus à elle-même qu'au jeune homme.

- Je l'entend au fond de mon esprit. Il me nargue, il me... manipule, même si je fais tout pour l'ignorer. J'aurai beau l'enterrer avec plus de bruit, toujours... toujours là.

Elle se retourna vers Conrad. Deux pas lui suffirent pour traverser la pièce, le plaquer au mur. Son cœur rata un battement.

- Son rire ! En écho quand je m'y attend le moins !

Elle serrait Conrad si fort que ses ongles lui perçaient la peau. Mais Johnny avait maintenant l'air à la fois en détresse et aux aguets, regardant partout sans jamais laisser Conrad bouger ne serait-ce d'un centimètre. Sa voix passa de basse à explosive.

- Il me rappelle tout le temps... Il me répète que...

Johnny lâcha Conrad pour diriger ses mans vers sa tête, lui tournant le dos à nouveau et s'éloignant de plusieurs pas avant de s'arrêter. De rester immobile. Finalement, ses muscles semblèrent se détendre. Elle lâcha sa tête et tapa deux fois des mains, mollement, pour allumer les lumières du bureau, qui devenait beaucoup trop sombre. Le jeune homme aux cheveux noirs se remit à respirer. Il comprenait la gravité de la situation. Tout se faisait ressentir dans les paroles et les gestes de Johnny. Tout se ressentait et il savait que la peur qui l'étouffait ne venait pas de lui, mais, inconsciemment, venait de la leader. Se décollant de son coin, il rassembla ses pensées avant de continuer à pousser.

- C’est sans doute ce qu’il voulait que tu ressentes, même si tu t’en sortais. Qu'est-ce qu'il te répète ?

Il s’aventurait encore sur cette pente dangereuse, mais il devait savoir le fin mot de l’histoire. Il se rapprocha, mais pas trop, juste pour avoir une distance de sécurité entre lui et Johnny. Au cas où...

- Et si on gagnait cette chasse à l’homme, est-ce que tout ceci s’arrêterait ? Une bonne fois pour toute ?

Johnny soupira et se dirigea vers son bureau pour prendre un mouchoir avant de le porter à son nez, essuyant le sang qui s'était mis à couler. Elle fit un geste mélangeant l'indifférence et le désespoir, haussant les épaules, ses sourcils creusant son front avec ce qui semblait être de la fatigue et une profonde réflexion. Johnny reposa son regard gris sur Conrad, sans pour autant croiser son regard. Sa voix se fit plus douce, mais toujours aussi grave. Elle esquiva sa première question sans aucune subtilité.

- Oui. Tout irait beaucoup mieux. Car malgré tout ce que Taylor peut dire, il y a quelque chose qu'il n'aura jamais et que je n'ai jamais perdu : des amis.

Conrad sourit à cette dernière phrase. C'était bien dit et il n'avait absolument aucun mal à y croire.

- C'est bien plus que des amis, c'est une famille que tu as réussi à créer. C'est ce que lui n'aura jamais et qu'il ne pourra jamais te prendre, quoi qu'il fasse. Je l'ai remarqué dès mon arrivée.

Il se rapprocha pour lui tendre la main, toujours aussi souriant.

- Et je serai heureux de t'aider à garder cette famille en bon état.

Johnny finit par sourire, comme si rien ne s'était passé. Elle jeta son mouchoir, son nez ayant presque cessé de saigner, attrapa le poignet de Conrad et le tira vers elle pour entourer ses épaules avec son bras, comme le ferait une grande sœur, chose qui pris le jeune homme par surprise. Elle le secoua amicalement dans son étreinte en baissant les yeux vers lui.

- Merci, Momo. Et... Désolée pour tout ça... Je ne t'ai pas fais mal, j'espère ?

- Pas d'quoi, Johnny et non, t'inquiète pas.

Il se tapota le bras comme ferait un gars qui se vante de sa super force.


- J'suis un gros dur, t'verras.

Johnny ricana et le conduisit au salon à nouveau, mais ne prit pas place sur un quelconque fauteuil.

- J'ai une dernière question à te poser. Où veux-tu placer ton tatouage ?

Il tapota son épaule gauche en souriant.

- Eh bien ça sera à l'épaule gauche.  Seul endroit libre sur mon corps.

Johnny hocha la tête. Elle jeta un coup d'œil à l'horloge posée sur le mur.

- Reviens me voir avec Paprika vers... 3h00. Quand tu sortiras d'ici, tu seras officiellement dans la famille.

Elle le dirigea vers la porte de son bureau, s'arrêtant juste avant de tourner la poignée.

- Une dernière chose. Ne dis rien de ce qu'il s'est passé à Bobby. C'est ton premier ordre !

Elle ouvrit la porte, là où Bobby attendait assis sur un banc en jouant à un jeu sur son téléphone. Il leva la tête en voyant le duo sortir du bureau et alla vite les rejoindre.

- C'était rapide, pour une fo--

Il s'interrompit, haussant un sourcil en inclinant la tête et en l'approchant du vidage de Johnny avec un air intrigué. Johnny le repoussa avec un sourire avant de parler très vite :

- Va lui présenter les autres et reviens avec Paprika à 3h00 byyyyye !

Elle ferma la porte et Bobby fut forcé de rebrousser chemin, n'ayant pas le temps d'insister. Il regarda Conrad avec beaucoup de curiosité et d'incrédulité.

- ... Pourquoi tes manches sont froissées comme ça ?

Le concerné observa Bobby un instant en haussant les épaules.

- Je lui ai montré mes bandages, t'sais pour lui expliquer pourquoi il n'y a qu'un seul endroit possible pour le tatouage. Lui expliquer tout le bordel quoi.

Il essaya de défroisser ses manches en souriant puis il fit un clin d'œil à Bobby, qui semblait se détendre finalement.

- En tout cas ce fut fort sympathique, j'pense me plaire ici. Elle est sympa Johnny. On y va ?

Le colosse acquiesça visiblement avec les paroles de son nouveau "petit frère", qui souriait de toutes ses dents - avant de lui donner une tape dans le dos. Un peu trop fort.

- Bienvenue dans la famille, petit frère. Mais prend soin de parler de Johnny au masculin, question sécurité et autres conneries comme les dealeurs misogynes. Comment je t'appelle ?
- Mortem.
- Alors Mortem, on a du pain sur la planche. On va commencer par le plus difficile : te présenter à Pompon. Suis-moi. Je vais en profiter pour te faire une visite du building.

Ainsi donc, Bobby entraîna avec lui le nouveau membre des Family Undead, cette fois, en direction des escaliers...

Un peu de vous

PUF : Starfish
Prénom : A+B=Z
Âge : 19 ans
Un peu plus de vous : Gloire aux points de suspension.............

Revenir en haut Aller en bas
William O'Cahan
The nightmare
avatar
Messages : 194
Date d'inscription : 19/08/2015
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS.
The nightmare
Ven 24 Juin - 4:18
Yo ma Vi !
Bienvenue et bonne continuation pour ta fiche sur laquelle on a tant parlé. /Pan/

Je prépare le prochain thème pour quelque chose de plus été donc bientôt OAO.

J'aime son caractère et son physique vive les tatouages !!

Bisous. <3

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Johnny
Still alive after all
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 24/06/2016
Still alive after all
Ven 24 Juin - 6:51
Alright >8D Je te finis ça vite et puis hop, rp !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
William O'Cahan
The nightmare
avatar
Messages : 194
Date d'inscription : 19/08/2015
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS.
The nightmare
Sam 25 Juin - 18:32
Yop ma Vi !
Bon comme tu m'as dit sur Skype que tu avais terminé ta fiche, je vais m'en occuper maintenant !

Je sais que tu vas dessiner ton avatar donc je me permets de te valider un peu avant en attendant que tu le dessines essaye de mettre juste un avatar qui ressemblerait à ton personnage pour qu'on voit un peu à quoi elle ressemble ! o/

Bon du coup le caractère et le physique je l'avais déjà lu et tout était ok !
L'histoire... Bah on a fait ensemble donc pour moi tout est bon surtout qu'on sait un peu de son passé tout en étant dans le mystère et c'est ce qui est bien pour les rp's je trouve.

Donc pour moi tout est bon, je te valide donc et je te souhaite de bien t'amuser parmi nous !

N'oublie pas les recensements qui sont juste ici => http://exp-darwin.forumgratuit.fr/f24-grand-registre

Pis la demande de rp si tu veux un ami de rp ! => http://exp-darwin.forumgratuit.fr/f27-les-demandes


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
William O'Cahan
The nightmare
avatar
Messages : 194
Date d'inscription : 19/08/2015
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS.
The nightmare
Ven 10 Mar - 19:36

• Tu es validée. •



Johnny


Bonsoir,

Bon on fait un peu de vaoritisme en validant la fiche est à moitié correct, mais on te valide donc félicitations



N'oublie pas les recensements qui sont juste ici => http://exp-darwin.forumgratuit.fr/f24-grand-registre

Pis la demande de rp si tu veux un ami de rp.Puis ta demande de logement aussi pour ne pas vivre dans la rue !=> http://exp-darwin.forumgratuit.fr/f27-les-demandes

(c) code de Mîm

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Johnny Knoxville. - G
» Johnny Curtis.
» Flame On [Johnny Storm]
» les 70 ans de Johnny Hallyday à Bercy
» [Solo/Mission]Oh une nouvelle prime et... Johnny Mc Fly ? Connais pas !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de rp :: Recensement des habitants :: Présentations validées-
Sauter vers: