Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

«C'est ainsi que j'ai compris que j'étais perdu.» ◄► Première séance chez Golan L. Grey.

 :: Capitale :: Les quartiers résidentiels :: Quartier Est. :: Cabinet de Mr. Grey Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 10/01/2018
Autres comptes : William O'CAHAN, Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS
Dim 4 Mar - 21:49
You will become my light.
Le psychologue.
Je n’avais jamais eu envie d’aller voir un psychologue. Je n’avais jamais voulu voir quelqu’un, lui parler de mes sentiments, de ce que je ressentais. De ce que je pensais des autres, de moi, de ce qui m’est arrivé. Je n’avais jamais voulu ça et bien parfois ça avait amené des débats dans ma famille, dans mon entourage. On voulait absolument que j’aille voir un psychologue pour que je fasse un pas en avant, mais pour moi j’avais déjà fait ce pas.

Je me voile la face je le sais très bien, mais j’avais une vie. Un boulot, un appartement. Un truc quoi, un début de quelque chose. Certes pas très clair comme truc, mais j’avais un début et c’est important de le noter. Ce que je ne comprenais vraiment pas c’était pourquoi c’était aussi important d’aller voir un psychologue. J’allais lui dire quoi ? Que ma vie ne fût qu’une suite d’échec à cause de ce que j’ai fait dans mon passé ? Ce n’était pas comme s’il allait pouvoir réparer tout ceci, revenir dans le passé et faire « Hello boy tout est propre tout est beau, tout est effacé. » Non. Je n’aimais pas voir les psychologues pour ça. Oui certes ça aidait à avancer parait-il, mais ça n’efface pas le passé et moi dans un sens c’est tout ce que je souhaite qu’on efface le passé. Cependant j’avais fini par accepté je dois bien l’avouer que c’était chiant. C’était horripilant. Cette façon de me harceler pour que j’y aille, je n’avais qu’une envie leur faire plaisir et puis pouf comme ça j’y vais, une séance et je m’en vais tel un fantôme. J’avais pris un nom qui semblait intéressant. Enfin que mes parents avaient dit que ça serait bien. Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais été vérifié s’il existait bien déjà, car bon vu ce que mes parents font parfois je me pose des questions.

Mais il existait bien ce Monsieur GREY. Ca allait être donc lui mon psychologue d’un jour. Je sais que ce n’était pas bien d’utiliser les gens comme ça et si ça se trouve je vais apprécier d’aller voir ce psychologue, même si j’en doutais, mais je voulais vraiment qu’on arrête de venir sonner à ma porte, qu’on m’appelle pour me dire « va voir un psychologue. » il fallait que tout ceci cesse et j’avais décidé que c’était aujourd’hui. Après avoir pris rendez-vous au préalable le jour J était enfin arrivé. Je m’étais mis en tenu on va dire de boulot, vu que je venais de quitter ce dernier, une chemise blanche, une veste, un pantalon noir, mon fameux chapeau, j’avais toujours sur moi le collier qui était au ras du cou, ce qui mettait un peu de « non professionnalisme » dans ma tenue on va dire histoire de dire oui je suis toujours un être vivant avec des sentiments malgré la tenue. J’étais arrivé devant ce qui semblait être le cabinet, j’avais croisé deux trois personnes qui étaient en avance. Je m’étais approché de la salle d’attente et je m’étais assis. Attendant qu’il soit l’heure. Mais je me suis rapproché de la porte en voyant un mot écrit dessus. Eh bien eh bien. On pouvait entrer, car il était occupé ? J’ai tourné la tête vers les autres patients pourquoi ils n’y sont pas allés avant ? J’ai secoué la tête en fixant l’heure. Bon aller.

J’ai tout de même toqué histoire d’être poli, puis je suis rentré, j’ai d’abord regardé de droite à gauche, il n’y avait personne. J’ai refermé la porte derrière moi en toussotant un peu.

« Erhm…Euh…Bonjour ? »

Si ça se trouve il était là dans un coin sauvage et je ne m’apercevais pas de la chose. Je m’étais approché de ce qui semblait être le sofa pour patient, tout en restant debout. Je ne voulais pas non plus trop prendre mes aises. En tournant ma tête d’un autre côté j’ai vu quelqu’un de dos. J’ai failli sursauter, mais je me suis retenu de justesse, bordel de charrette. Ce n’est pas permis de faire ça moi je vous le dis. Je ne savais pas quoi lui dire, peut-être lui dire que j’étais son patient ? Ouais ça serait pas mal.

« Je suis euh Luukas KARJALAINEN..Je me suis permis d’entrer à cause du mot sur la porte. »

Ouais faisons comme ça. C’est plus simple. Je me suis un peu tapoté les joues. Je fronçais un peu les sourcils, de dos ce n’était pas facile de dire qu’il était, mais… il avait l’air plus grand que moi et je peux dire que bon ce n’était pas compliqué d’etre plus grand que moi. Oui oui je suis en stresse ça ne se remarque pas du tout.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Je note en #098654
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Date d'inscription : 17/03/2017
Autres comptes : Angel Argawagen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Dim 4 Mar - 22:22
  • Le roux.
  • Golan Grey
Première scéance.
J’étais décédé. Totalement arraché, avec une sensation pâteuse dans la bouche et un mal de crâne qui ferait faire pâle figure au migraine que j’ai déjà connu. Définitivement, j’étais décédé. La question du pourquoi ce pose ? Je supporte bien l’alcool, il faut dire que j’y suis plus qu’habituer au vu de mes rendez -vous hebdomadaire avec ce qui me sert de frangin. Mais non, il n’avait rien avoir là dedans pour une fois. Je n’avais même plus réellement la permission de l’approcher. Et ça sans doute que ça avait jouer un peu. Frustré, en colère et fatigué de réfléchir à ce qui avait pu ce passer. Jamais je ne l’avais vu ainsi mon Celui dont on ne doit pas prononcer le nom. Jamais je ne l’avais vu rejeter ma présence, au dépit de quoi, en plus ? Un menthanël roux, mal dans sa peau et complètement névrosé ? Bha c’est jolie l’amour fraternel ! Je m’étais donc rincé la tronche bien comme il faut avec diverse liqueur la veille, essayant vainement de calmer ma frustration grandissante. Alors oui, j’aurais pu me plonger dans le travail à la place de ça ! Quel idée…

J’avais ouvert mes dossiers indiquant les rendez-vous du lendemain. Un débile qui venait pour la première fois, sans doute pour ce plaindre que tonton machin lui tapait dessus gamin, une grosse mal dans sa peau qui venait uniquement pour me faire du rentre dedans et … Ho seigneur ! J’avais rendez-vous avec deux gamins au lycées pour réglé une querelle ? Non mais je suis quoi moi, conseillé pédagogique ? Alors oui, la liqueur m’avait semblait être d’un bien plus doux refuge. Et croyez moi, je regrette amèrement au vu de la gueule de bois carambolesque que je me paie à présent. Je m’étais réveillé assez en retard et une bonne dose de café très noir ainsi qu’un bouteille entière d’eau m’avait été nécessaire pour m’arracher du lit .

Après une douche plus que froide, j’avais enfilé les premier vêtements venus, puis réalisant que m’habillé entièrement en vert pourrait entacher mon image professionnel, j’ai toute de fois eu le courage d’enfilé une chemise noir et un pantalon noir en tissus assortie. Arborant une cravate rouge que je nouais avec grande difficulté, j’étais partie m’asseoir dans mon bureau avec une boite de cachet pour la tête et une autre grande bouteille d’eau. J’avais coller un mot écrit à la va vite sur la porte pour éviter qu’un crétin vienne à frapper dessus, explosant ainsi ce qu’il me reste de crâne. Ainsi, m’endormant à moitié sur place, j’ai crispé le visage à l’extrême. Qui était l’imbécile pas possible qui tapait à la porte malgré le mot ! Sa voix ce présenta, et je me suis retourner, le visage certes cerné, mais surtout lançant un regard pas du tout content. Puis j’ai pris un air surpris. HA NON ! Un menthanël roux ! Encore ! Le monde s’acharnait donc sur moi pour m’en envoyer autant ? A croire qu’ils sont tous stupide. J’ai pousser un soupire d’outre tombe et je me suis lever.

- J’avais mis un mot sur la porte pour éviter qu’on tape dessus.

J’ai pris un verre propre que j’ai retourné, puis j’ai souffler dedans pour en dégager l’éventuelle poussière et je l’ai remplie avec ma bouteille pour finalement y versé un autre médicament pour le mal de tête. Le mélangeant doucement pour le dilué j’ai reporté un regards plus calme vers lui pour le détaillé. Luukas, donc. Il me regardait de façon très surprise, un peu perplexe. Cela me fit tique et j’ai détailler ma tenu vite fait, puis j’ai passer une main dans mes cheveux pour faire retombé ma franche devant ma balafre. Bha quoi j’avais quoi pour qu’il me fixe ainsi avec ces yeux de merlan frit tout paumé ? J’ai soupiré, avalant mon verre d’une traite et grimaçant au gout, puis je me suis assis, attrapant mon carnet et un bic, pour commencer à noter mes premières impression.

- Tu peux t’asseoir je vais pas te bouffer et c’est assez impolie de dévisager les gens.

Était ce à cause de ma balafre ? Je n’en suis certes pas fier, mais je n’ai jamais réellement eu honte, au bout de la cacher. J’ai même l’esprit provocateur de la pavané tel un trophée de guerre. Et oui, j’avais buté personne, ça mérite un trophée, point. Donc, je prenais note en le regardant du coin de l’œil puis je lui ai sourie histoire de pas non plus lui donner la pire impression du monde. Mes humeurs ne devant pas entacher sur mon travail, j’allais devoir ravalé ma gueule de bois malgré mes cernes plus que marqué.


- plop -

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
I'm so grey
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 10/01/2018
Autres comptes : William O'CAHAN, Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS
Dim 4 Mar - 22:57
Are you the person I've been waiting for so long?
Il y a des choses que je ne pourrai sans doute jamais expliquer à mes parents, mes amis et à moi-même, mais ce qui se passe en ce moment ce n’était pas réaliste. Ce n’était pas possible, ça ne pouvait pas se passer. La personne en face de moi ressemblait tellement à mon frère. Il lui ressemblait trait pour trait, certes il n’avait pas les oreilles pointues, certes il était plus grand et avait une cicatrice sur la gueule, mais il lui ressemblait terriblement et ça je ne pouvais pas le nier. Si la réincarnation existait je crois que le message était clair. Il était là en face de moi. Il était l’être que j’attendais. Ce moment que j’attendais tant, pouvoir revenir en arrière et avoir mon frère avec moi tout ma vie. Etait-ce réellement possible ? Entendant sa voix, entendant ses dires… Quelque chose clocha. C’était bel et bien un gros connard il n’y a pas à dire. Cependant il n’avait pas tort du tout dévisager quelqu’un comme je le faisais ce n’était pas vraiment poli, mais je n’arrivais pas à détacher mon regard du siens. C’était terriblement troublant d’avoir quelqu’un qui ressemblait à mon frère en face de moi. En cher et en os. Est-ce le destin qui m’avait fait choisir Monsieur GREY ? Je me pose la question actuellement, est-ce que mes parents l’avaient mis en haut de la liste exprès pour que je le prenne lui sachant que je n’allais pas chercher plus loin que ça ? N’était-ce qu’un plan farfelu de leur part ?

Je me suis assis tout en gardant mon regard sur lui, puis j’ai secoué la tête doucement. Ce n’était pas bien, il faut que je me reprenne je ne peux pas le dévisager comme ça tout le long de la séance en me disant des choses qui n’ont vraiment aucune logique. Je ne peux pas le laisser envahir mon esprit ainsi. Je n’étais pas là pour ça. Non je ne l’étais pas. Je devais vraiment avoir l’air surpris pour que lui-même remarque que je le regardais ainsi, ce n’était déjà pas bon s’il captait ce genre de chose, en plus le voir écrire, alors que nous n’avons rien fait ne m’aidait pas du tout. Qu’est-ce qu’il pouvait bien marquer ? Que oui j’avais frappé avant d’entrer malgré le mot, parce que je suis quelqu’un de vraiment trop polie ? Que oui je le regardais avec tant de ferveur que ça pouvait faire peur ? Ce n’était pas le moment de noter des choses Monsieur GREY, vous ne savez rien et la gestuelle pour le coup ne compte pas du tout, mais je crois qu’il serait bon de s’excuser et de dire quelque chose. J’ai retiré mon chapeau histoire de politesse, le déposant sur mes genoux. J’évitais maintenant son regard sans vraiment m’en rendre compte, je voulais le voir, mais en même temps je ne pouvais pas.

« Je suis désolé pour la porte et euh.. les regards. Je dois vous avouer que c’est la première fois que je viens ici et je ne sais pas quoi dire du tout ne sachant pas vraiment pourquoi j’ai accepté de venir déjà. »

Finalement c’était sans doute une mauvaise idée de venir non ? De base je sais que mes parents veulent que je fasse mon deuil, mais comment le faire avec quelqu’un qui ressemble à mon frère ? Ce n’était pas possible c’était quasiment comme si on mettait à quelqu’un qui ne peut pas manger de pistaches des pistaches sous le nez en mode « ne mange pas même si tu aimes. » C’est tellement tentant qu’il finira par manger, moi c’est la même chose je dois faire le deuil, mais si je reste en face de lui je ne le ferai sans doute pas. C’est un connard en plus de ça, mais Niko il ressemble tellement à mon frère que je ne peux même pas lui en vouloir et ça fait quoi ? Deux minutes que je l’ai vu ? Deux minutes et je suis déjà un faible qui ne peut pas lui en vouloir d’agir ainsi cela n’avait aucun sens et je le savais très bien.

Passant une main dans mes cheveux, j’avais très bien remarqué son regard surpris lui aussi au début. Est-ce que j’avais une tenue étrange ? Un truc sur le visage ? ou peut-être que j’étais genre clairement pas ce qu’il attendait ? Je jouais nerveusement avec mes doigts ne sachant quoi lui dire, je ne pourrai décidément pas lui parler de mon frère, pas parler de sa mort, de la déception de mes parents ou encore du fait que j’ai causé sa mort, ça ressemble au schéma typique du gars qui s’en veut et malheureusement c’était le schéma typique du gars qui s’en veut.

« Je ne sais pas quoi dire. Je ne sais pas par où commencé… C’est idiot. Puis on doit souvent vous le dire cette phrase. Euh.. On va dire que vous avez mon prénom, j’ai 25 ans, j’ai des parents, ma vie est pas si merdique que ça en ce moment, mais faut croire que pas tout le monde pense la même chose.»

J’étais un peu trop bavard quand j’étais nerveux, puis ouais lui sortir l’excuse de je ne sais pas quoi dire désolé guy ce n’était pas la bonne solution. Puis lui raconter ça d’un coup, ce n’était certainement pas la meilleure chose à faire, qu’est-ce que ça craint d’être aussi con parfois.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Je note en #098654
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Date d'inscription : 17/03/2017
Autres comptes : Angel Argawagen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Lun 5 Mar - 22:26
  • Le roux.
  • Golan Grey
Première scéance.
Il s’assis finalement en gardant son regard braqué sur moi, ce qui commençait à devenir franchement gênant ! Il sembla le remarquer et passa le reste du temps à éviter mon regard, ce qui n’était pas vraiment mieux. J’ai donc noté qu’il semblait toujours dans l’extrême sans pouvoir trouver un limite à son comportement. Il retira finalement son chapeau, me laissant un peu plus apprécier sa tignasse affreusement rousse, mon mal de tête me reprenait tandis que je me disais que le monde s’acharnait contre moi. J’ai retenu un soupire de peu, me concentrant un peu plus sur l’aspect professionnel de la situation. Il semblait ne pas être réellement venu d’un bon pied de joie, ce qui était malheureusement souvent le cas avec mes patients. Qui a envie de consulter aussi, c’est souvent l’entourage qui pousse à cela. Me concentrant un peu plus sur mes écrit, j’ai continuer de l’écouter, en ravalant au fond de moi la nausée qui me prenait.

Sa phrase ne me surpris pas du tout, je l’entendais presque une fois sur deux. Il est souvent difficile pour eux de commencer, mais une fois fait, il fait dur de les arrêter. J’ai donc fini de noter mes première impression, traçant une ligne transversale, puis j’ai poser mon bic et mon bloc sur mes genoux et je me suis mis à le dévisager un petit moment. Je sentais une tension émaner de lui. Rien avoir avec mes pouvoirs étrange, c’était plus un 6ème sens que j’avais pu développer avec ce métier. Attention, je sais que les gens sont souvent nerveux de venir raconter leurs petits secrets, mais ici c’était une autre sorte de tension. Comme s’il venait de remarquer que tout ça était une erreur, sans pour autant oser le dire. Je me suis donc ré adosser prenant un air parfaitement professionnel qui se voulait rassurer et j’ai hocher la tête à son affirmation. J’ai trituré ma mèche un petit moment cherchant mes mots. Puis j’ai finalement dit en me redressant un peu.

- En général, il y a une raison précise qui pousse les gens à venir me voir, ou qui pousse leurs famille à les convaincre de venir me voir. Ce qui revient au même au final. Débuter par cette raison me semble donc le plus simple, non ?


J’ai haussé les épaules comme si cela était d’une parfaite logique, puis je lui ai sourie. J’allais devoir reprendre mon adaptation social, au vu de la mauvaise première impression que je lui avais faite. La sincérité étant en général une bonne arme, car elle désamorce les apriori, j’ai repris mon bic pour le triturer le regards un peu ailleurs.

- Excuse la mauvaise impression que je viens de te donner, j’ai une migraine accablante.

Puis je lui ai jeter un regard de coin et je lui ai  nouveau sourire.

- Alors appel loi Golan, déjà, pas de Monsieur Grey, ça me vieillis horriblement. Et sache que chez moi les choses fonctionne de façon assez simple. Tu me parles, si tu mens je le saurais forcément, si tu me caches un truc pareil. Mais j’en ferais fit, simplement je fonctionne par échange. Donne moi ce que je veux et je ferais de même. Simple, non ?

Ma méthode était souvent controversé, mais elle avait fait ces preuves plus d’une fois. Et je m’y fiais plus que clairement, alors si quelqu’un était contre, libre à lui de prendre la porte. Je le regardais à nouveau avec curiosité. Je voulais savoir s’il oserait à nouveau un contact visuelle ou s’il gardait toujours les réprimandes en tête. Je m’interrogeais également sur la teneur de ces pouvoirs, bien que je doute qu’il m’en parle. Bien je pouvais être patient, après tout, s’il me le dit je devrais faire de même. Et dans les conditions de notre rencontre, je ne pense pas que cela le rassure de savoir que je peux ressentir la moindre de ces peurs et angoisses. Je pouvais également toujours sentir son petit moment de doute qui me chipotait assez pour me rendre plus attentif. Qu’est ce qui t’as perturbé, petit ? Je doute que tu me le dises, mais d’un coté cela serait trop facile. Game On ! J’ai sourie sur cette idée de façon plus sincère et naturel que mes habituelles sourires de circonstances.
- plop -

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
I'm so grey
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 10/01/2018
Autres comptes : William O'CAHAN, Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS
Mer 7 Mar - 22:31
Are you the person I've been waiting for so long?
Je ne faisais que l’écouter et rien d’autres. Je ne faisais que ça. Il y avait cette chose en moi qui disait qu'aujourd’hui ça allait être bien compliqué de reprendre sa routine surtout avec comment il a dit ? Golan. J’aimais bien ce prénom. Ce n’était pas mal du tout, cependant quelque chose clochait. Oui quelque chose n’allait pas. Devoir expliquer pourquoi ma famille l’envoie ? Puis il va savoir si je mens ? Est-ce vraiment possible une telle chose ? Je ne suis pas bien sûr. J'ai même un sérieux doute sur la chose. Après tout si je ne lui dis pas que mon frère est mort il ne pourra pas savoir que ma famille l’envoie pour ça. Mais je n'aime pas mentir… non ce n’est vraiment pas quelque chose en quoi je suis doué puis l dernière fois que j’ai menti et que j’ai fait des conneries, mon grand-frère en était mort. C'était pour dire à quel point ce n'était pas une bonne idée. Il voulait faire un truc d’échange je ne comprenais pas trop. Qu’est-ce qu’il veut bien faire avec ça hein ? Que je lui dise ma vie et il me racontera la sienne ? Ou juste m’aider à me faire comprendre que même si je m’en veux ou que je ne m’en veux pas mon frère restera toujours aussi mort ? Malheureusement je le savais très bien.

J’ai tourné ma tête vers lui pour le regarder une nouvelle fois et j’ai senti mon cœur dire que je devais arrêter toute résistance qui ne servait à rien là maintenant, mais je ne pouvais décidément pas lui dire tout de suite que mes parents m’ont envoyé là à cause de la mort de mon frère, ça pourrait venir plus tard non ? Ce n’est pas comme si je mentais. Après tout je ne comprends toujours pas pourquoi ils veulent que je vienne hein. J’ai ma propre vie ce n’est pas comme si je me laissais mourir dans un coin. Loin de là même, je fais tout pour m’en sortir, ils auraient pu prendre ça en compte non, mais franchement les gens aucune logique ! Je ne sais pas si je pouvais réellement lui dire les choses, après tout ce n’était pas un réel problème si on prend en compte que ma vie n’est pas si nulle. Puis je me suis passé une main dans les cheveux lâchant un petit soupire.

« Très bien Golan. Je vais dire les choses clairement. Je ne sais pas. Ils pensent que je n’ai pas réussi une étape de ma vie qui semble être importante, cependant même si c’est le cas ça n’impacte en rien ma vie actuelle. J’ai un boulot, un chez moi, j’ai ma vie. Mes am-collègues eux ? Ils disent que j’ai un sérieux problème avec la boisson, mais bon ça n’impacte pas ma vie, je ne sais pas je ne suis jamais venu bourré au boulot. »

Lui parler des problèmes antérieurs ça ne devrait pas poser de problème n’est-ce pas ? Après tout ce sont eux qui disent que j’ai un sérieux problème avec l’alcool, moi je ne vois aucun problème je suis très bien même ! Je recommençais donc à le regarde comme il me regardait aussi. Son sourire était vraiment comme mon frère, si bienveillant sans que je sache pourquoi, je lui ai souris brièvement, je n’osais pas trop bouger, ni trop le regarder longtemps ou même faire une expression faciale qui aurait pu me trahir. Tout ce que je pouvais faire, c’était le regarder et repenser à mon frère. Il était la seule personne qui avait été importante pour moi et voir une personne présente ici, qui lui ressemble c’était vraiment troublant.

« Je sais déjà qu’il y a les réunions pour ça, je sais aussi que quand on n’a pas de problème bah voilà. Donc je ne sais pas ce que votre euh comment vous avez dit «fonctionnement par échange » va être utile.. Vous pensez que boire de temps en temps pose problème ? »

Plus je le regardais plus l’envie de lui dire « mon frère est mort » était présent, mais je ne sais pas si c’était possible de lui dire, si je commençais par la boisson ? Puis après par euh je ne sais pas ma passion pour les coussins ? Les séances pourraient facilement défiler à une vitesse telle que je pourrai le voir souvent ? L’idée me traversa l’esprit comme ça, sans que je ne sache pourquoi. Le revoir. Nous n’étions même pas à la moitié de la séance que je me programmais déjà une autre séance et une autre et encore une autre sans réellement savoir si une prochaine séance allait avoir lieu.

« Luukas, 25 ans, fils unique et sans doute trop roux à votre goût vu que vous fixez ça tout à l’heure. »

S’il ne pensait pas que je ne l’avais pas vu celui-là. Je sais que ma couleur de cheveux est voyante, mais tout de même !

Luukas, 25 ans, meurtrier sans vraiment l’être, alcoolique, qui se déteste. Est-ce que si je lui disais ainsi il voudrait m’enfermer ? Sans doute que oui, moi-même parfois je veux m’enfermer et ne plus jamais revoir le monde extérieur.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Je note en #098654
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Date d'inscription : 17/03/2017
Autres comptes : Angel Argawagen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Sam 24 Mar - 16:12
  • Le roux.
  • Golan Grey
Première scéance.
Il me regarda finalement, semblant peser le pour et le contre. Vas-tu rester ? Reviendras-tu ? Vas-tu me mentir ? J’étais de plus en plus intrigué par se personnage qui semblait en dire plus avec ces yeux qu’avec ces mots. J’aimais le challenge. Attendant patiemment qu’il daigne continuer. Il passa finalement sa main dans ces cheveux en soupirant. Il semblait avoir fait son choix pour la suite. Je l’écoutais tant dis qu’un sourire pointait sur mon visage. La boisson, j’étais dans la pire des situations pour l’en critiquer. De plus j’avais un principe particulier qui disait que l’on peut boire autant qu’on veut, tant qu’on le fait pour les bonnes raisons. Mais les siennes ne semblaient pas justifier quoi que ce soit. Ces collègues, plutôt qu’ami, je le notais également. Semblait refuser le contact avec les autres. Un soucie de jeunesse qui le poussait à se refermer sans doute. De la culpabilité ? ou alors se dévalorise-t-il en mode je ne suis pas digne ? Son sourire me désarma. En général quand mes patients passe à la partie aveux ils sont nerveux, mal à l’aise, mais il est assez rare qu’il me sourire. Je n’ai même pas penser à le note tellement cela me troubla pour le coup.

J’avais vu beaucoup de personne étrange avant lui. Il suffisait de voir Alfredo pour le comprendre. Pourtant quelques chose me troublait sans que je ne puisse mettre le doigt dessus. Sa question me sortie de ma réflexion et j’ai repris une figure plus professionnelle. Voulait-il réellement connaître mon avis ou était ce une façon pour lui de ce justifier ? Son visage changea à nouveau. Il avait prit une autre décision, j’ai froncé les sourcils curieux. J’aimais apprendre à lire en lui et j’espérais vraiment qu’il revienne pour pouvoir en apprendre plus. Peu sont les patients qui m’intrigues autant dès les premières minutes. Sa réflexion me fit rire de bon cœur. Il avait donc remarqué pour ces cheveux. Il pouvait donc lire en moi lui aussi. J’allais devoir faire attention. J’ai finalement repris mon souffle et j’ai fini de noter une ou deux choses avant de reposé ma plume pour le regarder, joignant les mains sous mon menton. Mon regard pétillait clairement de curiosité et je ne faisais rien pour le cacher.

- Je serais mal placer pour te juger. Je pense que les raisons pour les quels ont boit sont plus importantes que la quantité ou la fréquence à laquelle ont boit. Et pour le reste oui, t’es cheveux me trouble. Tu ressembles vraiment à quelqu’un que je ne porte pas dans mon cœur.

Je me suis ré adosser chipotant mon Bic. Physiquement il ressemblait à Nikoprostipute, mais il me faisait également penser à quelqu’un d’autre sans que j’arrive à savoir qui. Quelques chose clochait dans son discourt. Les gens mettent du temps à déballer leurs problèmes. Hors lui avait parler de l’alcool en premier temps et sans que ça ne semble réellement le gêner de ce confier. Je pensais donc que cela n’étais qu’un prétexte. Parler de ça pour ne pas parler d’autre chose. J’ai sourie amusé. C’était trop facile pour que je m’y face prendre petit, je ne suis pas né de la dernière pluie

- Mais le vrai soucie n’est pas l’alcool, ce serait trop simple.

J’ai haussé les épaules. Il ne voulait pas me parler de suite du soucie. C’était à la fois frustrant pour ma curiosité et amusé pour le jeu. Car oui pour moi chaque patient est un puzzle à compléter, pièce par pièce, séance par séance. Et même si je ne pense pas que cela ne m’ai jamais affecter personnellement, j’espérais peut-être que ce soit un jour le cas. Qu’un puzzle me donne un indice pour résoudre ma propre énigme. Aller savoir. J’ai mordillé le haut de mon Bic pensif, je l’observais, comme un obèse au régime observe un gâteau à la crème fraiche un jour de grande chaleur. En un mot, avec envie.

- Il réalisera que bien après que la ressemblance ce fait entre lui et Luukas. -

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
I'm so grey
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 10/01/2018
Autres comptes : William O'CAHAN, Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS
Dim 25 Mar - 16:16
Are you the person I've been waiting for so long?
Je fixais Golan. Encore et encore jusqu’à ce que je secoue la tête me rendant compte que le fixer ainsi ce n’était pas bien, il avait des manières de faire, me fixer, sourire, noter encore et encore. Qu’est-ce que tu peux noter de si intéressant hein ? Que j’étais juste un imbécile qui buvait sans avoir de vraies raisons pour les gens, que j’étais petit, que j’étais roux, que j’avais sans doute un problème autre que l’alcool ? Tout le monde peut le deviner facilement, l’alcool ce n’est qu’une petite façade qu’on peut vite démolir si on me connait bien. Ce n’était pas la peine de le nier. Je n’allais pas m’en sortir en lui mentant, mais je n’allais pas m’en sortir en ne lui disant qu’une partie des choses non plus. C’était bel et bien un cul de sac. Son rire me fit rougir comme pas permis. Son rire était clairement le plus doux que je n’ai jamais entendu de toute ma vie… Mon frère aussi avait un rire doux, mais pas autant que lui. Ils étaient si semblables, mais si différents en même temps.
Sa remarque me fit l’effet d’une claque bien placée sans que je ne le demande. Une personne qu’il ne porte pas dans son coeur ? Si seulement lui il savait, il est exactement la personne que je porte dans mon coeur, il est exactement la raison pour laquelle on m’a envoyé ici. Une histoire si triste, je ne pouvais tout simplement pas lui dire pour le moment et j’allais devoir être subtile. Il avait un peu compris. Ce n’était pas le problème l’alcool, ce n’était qu’une petite facette, je me grattais nerveusement le cou. Il avait raison, j’allais devoir trouver une autre histoire vraie pour qu’il comprenne.  Jouer le jeu du loup et de la brebis sans doute ? Le loup veut toujours chasser la brebis, mais si la brebis se cache bien le loup ne peut que continuer de chercher. C’est à ça qu’il allait devoir se confronter ce cher Golan. Le loup c’est toi, je suis la brebis tu vas devoir m’attraper pour deviner ce que je cache derrière ce problème d’alcool qui n’est sans doute pas un problème si on l’écoute d’un côté.

Son regard m’avait clairement troublé. Il me regardait tellement que j’allais devenir aussi rouge que mes cheveux sans comprendre pourquoi. J’ai respiré un bon coup. Un bon coup et Luukas tu te lances.

« Faut-il vraiment une bonne raison à tout Golan ? »

Simple et efficace.
Mais d’une nullité sans précédent je pense. Je fixais un autre point que de regarder ce dernier une nouvelle fois. J’ai remonté mes manches, je me suis mis en tailleur en fixant ce point que personne ne pourrait voir. Ses pensées, j’avais tenté de les entendre, savoir ce qu’il pense de moi, de la situation, mais c’était le noir complet et si je le menais sur ça ? Le fait que je ne puisse pas lire en lui, peut-être que ça allait faire quelque chose ? J’allais pouvoir lancer un autre sujet, mon pouvoir est-il défaillant ou non ? Je l’ai regardé de nouveau.

« C’est vrai. Le vrai problème n’est pas vraiment l’alcool, ça aurait été trop simple sinon n’est-ce pas ? Mais si je dis tout maintenant ça serait bête, je préfère régler un problème à la fois au lieu d’en soulever plusieurs.»

C’était aussi simple que ça. Je tapotais mes genoux nerveusement. Son regard me troublait, j’étais perturbé, mais Niko je ne pouvais pas lui en vouloir et on se connaissait même pas depuis longtemps ça craint, je suis toujours aussi faible faut croire.

« Je n’entends pas tes pensées. C’est perturbant, c’est trop calme du coup.»

De nouveau simple et efficace. Auras-tu une réponse à ça mon cher ? Sans doute je cherchais à éterniser cette conversation, juste un peu… Encore un peu avant de me demander si c’est une bonne idée de revenir ou non. Juste un peu que je sache si ça en vaut la peine.

« Ce n’est arrivé qu’une fois dans ma vie. Tu es la deuxième.»

J’en rajoutai trop. Ce n’est pas bien Luukas. Tu vas perdre le fil et tu vas perdre. Tu le sais bien. Je le regardais. Mon regard avait changé. C’était si… C’est triste bordel, pourquoi il lui ressemble autant ? Pourquoi sur lui aussi les pensées ne marchent pas ? Pourquoi devait-il être si semblable à mon frère ? Si c’est une boutade elle est de mauvais goût.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Je note en #098654
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Date d'inscription : 17/03/2017
Autres comptes : Angel Argawagen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Dim 25 Mar - 18:12
  • Le roux.
  • Golan Grey
Première scéance.
Ces phrases sonnaient creux. Il n’y avait rien de vivant dans ces questions qui ne semblait n’être là que pour dissiper son angoisse. Encore une fois mon 6ème sens sentis cette gène qui m’intriguait autant. Je me suis donc ré-adosser comme il se doit à mon siège, me faisant un peu plus attentif pour la suite. Il sembla remarquer que ces tentatives sonnaient creuses car il s’en justifia sans que cela ne me fasse quoi que ce soit. L’écoutant toujours simplement concentré. Il tapotait ces genoux clairement nerveux et lâcha une bombe sur moi. Je me suis redressé plus que surpris. Mes pensées ? Cela m’indiquait son pouvoir, mais aussi son impolitesse d’avoir essayer. Il n’y arrivait donc pas ? C’était troublant, intriguant ! Un vrai mystère ! J’ai sourie comme le chat qui vient d’attraper la sourie. Il avait clairement touché sa cible en lâchant une chose pareil, rien d’autre ne pourrait focaliser mon attention à présent. J’avais la question, je voulais la réponse ! Il en rajouta une couche, comme si cela était nécessaire et son regard se fit très triste sur l’instant. Je pétillais de l’intérieur.

- Il est impoli de ta part d’avoir essayer de lire mes pensées.

Simple pour commencer, je refusais de lui laisser voir le trouble et l’envie qu’il venait de créer en moi. J’en oubliais même de prendre des notes, le fixant un plus intensément avec ce même sourire. J’ai voulu à mon tour le sonder. J’ai essayer de sentir ces peurs, ces angoisses te ces doutes. Ne prêtant pas attention à la pénombre qui envahis la pièce l’espace d’un instant, je repris vers moi les quelques infirmations que j’en avait tiré. Souriant de façon plus satisfait, j’ai repris mes notes, laissant la luminosité redevenir ce quelle était.

- Bien nous sommes à égalité maintenant. Tu comptes me le dire tout de suite ou pas ? La chose qui te met si mal à l’aise.

Je voulais le laisser croire que je savais de quoi il s’agit ainsi, même si je n’avais fais que confirmer par mon pouvoir les doutes que mon 6ème sens m’avait annoncer. Quelques chose l’angoissait et le rendait visiblement triste. Et étrangement, bien que j’ai capté ça. Je ne l’avais pas ressenti comme il était habituelle avec mon pouvoir. C’était étrange Très étrange, mais je ne laissais rien paraître. Je voulais simplement me repaitre de sa réaction qui ne saurait tarder. Pourtant, aller savoir si cela venait des quelques vapeurs qu’il me restait ou d’autre chose. Une idée me vient en tête. Je m’étais donc lever, posant mes affaires sur mon siège. Je me suis approcher de lui, pour m’asseoir sur lui sans la moindre petite gène, et colle mon front au sien, lui tenant le visage de mes mains. Allais-je le ressentir ainsi ?

- Hm, tu les entends maintenant ?

J’ai sourie super amusé, essayant de pousser les quelques pensées que je pouvais encore formuler de façon cohérente vers lui. A savoir en gros et dans la substance « Je sais ce que tu me caches. A toi de m’en parler ou de continuer de me mentir ». Puis je me suis reculer un peu, me levant de ces genoux, lui faisait face, debout et les bras croisées, avec toujours ce même sourire. Fuir ou pas ?


- Assez court, mais y a de quoi faire je pense. -

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
I'm so grey
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 10/01/2018
Autres comptes : William O'CAHAN, Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS
Dim 25 Mar - 20:31
Are you the person I've been waiting for so long?
Son changement de comportement était bien trop voyant pour que ça ne soit rien. Je ne savais vraiment pas comment réagir surtout quand il me dit que ce n’était pas polie, je le savais déjà, mais ce n’était pas de ma faute, c’était juste comme ça, je voulais voir. Je voulais juste être sûr… Finalement ce test m’a fait perdre le petit espoir qu’ils n’étaient pas tant pareil. Mais quelque chose me sortit de mes pensées, quelque chose comme le fait que la lumière de la pièce semblait se faire la mal pendant qu’il me regardait. J’ai froncé légèrement les sourcils quand tout redevient normal et j’ai froncé encore plus les sourcils à sa remarque, de quoi est-ce qu’il parlait est-ce qu’il savait ? Non ce n’était pas possible j’avais trop bien caché la chose pour qu’il le découvre et jusqu’à preuve du contraire les nightëels ne peuvent pas savoir ce genre de chose, mais une autre chose me sortit de mes pensées, alors que je retournais tout en boucle.

Un poids.
Un Golan surtout.
Il était assis sur moi.


J’étais devenu aussi rouge qu’une tomate et certainement que je faisais concurrence à mes cheveux là maintenant, mais le souci n’était pas là, c’était le fait qu’il me tenait le visage, qu’il était si proche de moi, que se passait-il ? Comment était-ce possible ? Sa phrase me fit réagir, non je n’entendais toujours pas, non je ne savais toujours pas ce qu’il pensait, rien n’y faisait. Je n’entendais rien. C’était le néant. Il se releva enfin. Je l’ai fixé et je me suis frotté les joues. Il ne le savait pas n’est-ce pas ? Il ne l’avait pas deviné sinon il n’aurait pas agit ainsi, je ne suis pas bête à ce point ou alors il joue super bien la comédie c’est aussi un fait que je ne pouvais pas ignorer. J’ai continué de le fixer pendant un temps. Je ne savais pas quoi dire et encore moins quoi faire.
Golan tu es si ressemblant avec lui, cette manière d’agir sans vraiment te soucier des conséquences, cette façon d’être, cette ressemblance physique puis ce point avec lui. Celui où je ne pouvais pas savoir ses pensées à lui non plus. Tu lui ressembles tellement que c’est perturbant. Tu souris comme si tout était normal, mais tu ne sais pas à quel point ça ne va pas.

Je ressemble à une personne que tu détestes, mais tu ressembles à une personne que j’aime. Une personne que je ne pourrai plus jamais voir. Tu ressembles à la seule personne qui ne fallait surtout pas ressembler. C’est une torture sans même que quelqu’un ne se rende compte de la chose.

« Pourquoi ?»

C’est tout ce que j’arrivais à dire. Pourquoi, pourquoi lui ? Pourquoi moi ? Pourquoi mon frère ? Pourquoi ça n’a pas été moi ? Pourquoi ça n’a pas été si facile de l’oublier ? Pourquoi je n’ai pas pu faire le deuil comme tout le monde ? Pourquoi la vie est si difficile quand quelqu’un décède ? Pourquoi. Juste pourquoi. Le monde est “vaste” et il faut que je tombe sur la seule personne qui lui ressemble autant physiquement qu’au niveau du caractère ça craint.
Je pensais que j’allais être fort, que j’allais résister, mais là ce qui arrive, je n’y arrive pas. Si j’avais entendu ses pensées, si seulement j’avais entendu ses pensées rien de tout ça ne serait arrivé, si seulement j’avais su à quoi il pensait, si seulement il n’y avait pas ça. Toutes ces choses qui font que c’est compliqué. J’ai mis ma main sur mes yeux, je sentais les larmes monter, ça faisait si longtemps, la réalité m’avait rattrapé d’un coup comme ça sans prévenir, mais je ne pouvais toujours pas lui dire qu’il ressemblait à mon frère, je ne pouvais tout simplement pas lui dire qu’il était ce qui me manquait, enfin qu’il ressemblait à la personne qui me manquait.

« Mon.. Mon frère est mort. J-je m’en veux tellement, tout est ma faute. C'est affreux, j'ai tellement fait de ma vie un échec, tout le monde fait semblant, mais je sais bien ce qu'ils pensent, j'entends tout, c'est affreux...Tellement affreux.»

Penser que tes parents te détestent, car tu as causé la mort de leur enfant c’est terrible, penser qu’ils font les gentils pour pas que tu te sentes mal c’est tout aussi terrible, tout ce que je me disais, tout ce que je pensais, tout ce qui se passe depuis ces dernières années ce n’est que du mensonge, je le sais bien. On ne peut pas aimer un enfant qui a tué son frère. J’essayais de calmer mes larmes, mais je n’y arrivais pas. Ce n’est pas vraiment pour ça que je pleurais je crois… C’est plus par rapport au fait que j’ai l’impression de parler à la seule personne à qui je devrais des excuses, alors que ce n’est pas le cas. C’est juste une torture d’être ici/ Vraiment.
[/quote]

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Je note en #098654
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Date d'inscription : 17/03/2017
Autres comptes : Angel Argawagen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Lun 9 Avr - 20:00
  • Le roux.
  • Golan Grey
Première scéance.
Il se frotta les joues, j’étais toujours debout devant lui, bras croisé attendant seulement la réponse que je désirais si ardument. Le jeu aura été de courte durée et c’était un peu dommage car il c’était montré fort intéressant. Mais il paraissait aussi cédé trop vite sous la pression de mes questions. Pourtant ! Pourtant alors que je pensais les cartes jouer, il ne me surpris qu’un peu plus. Je ne comprenais pas sa question et j’ai froncé les sourcils réellement troublé par le mal être qui semblait le rongé soudainement. Lui qui jouait les garçons détacher que peu de chose peut atteindre. J’avais dépasser les limites, semblerait-il. Et je m’en sentais mal. Quand imposa sa main sur son visage, ce fut comme un choc. Je me suis rapprocher en m’accroupissant à son niveau. Il pleurait ? Sa phrase me glaça le sang. Ho bordel j’avais déterrer un truc sans la moindre douceur ou subtilité. J’ai poser ma main sur son épaule essayant de trouver les mots pour le calmer tout en analysant la situation. C’était donc le « banal » syndrome du survivant, doubler d’une culpabilité qui m’avait l’air vaguement bien placé. Il se sentait coupable certes, mais l’était-il ? C’est rarement le cas, mais ici les choses me paraissait plus trouble. J’ai continuer de lui caresser doucement l’épaule en me composant un aspect plus subtil qui pourrait l’aider.

- C’était donc ça.

Okay, j’admets mon enthousiasme d’avoir trouver une pièce du puzzle me dépassait quelques peu. J’ai soupiré contre moi-même et je me suis relevé, je devais noté. Trop émotive pour un contact physique qui le taquinait. J’avais voulu soulever la réponse, mais j’avais manqué de tact. J’ai passé une main dans mes cheveux mal à l’aise, soulevant un peu ma franche, dégageant mon visage malgré son aspect. J’ai ensuite refixé mon regards sur lui.

- Si j’avais pensé cela ci grave, j’aurais fais preuve de plus de subtilité pardonne moi. Mon enthousiasme à vouloir trouver des réponse me surpasse parfois. Tu es réellement une personne intéressant, alors je m’emballe.


J’ai haussé les épaules, après tout rien n’étais plus vrai, puis je suis simplement retourné m’asseoir pour noté ce que j’avais appris. Mon mal de tête me reprenait, les douces vapeurs appaisantes de l’alcool m’avait retiré tout l’enchantement de la scène. J’avais été stupide, mais j’avais eu ma réponse et c’était le principale. J’ai mordillé le bout de mon bic pensif. J’allais devoir composé plus intelligement pour la suite. Il ne semblait pouvoir se retiré l’épine du pied. J’ai pris un air plus concentré encore.

- Il faudrait détourner cette attention sur autre chose

Je n’avais pas réellement remarquer que j’avais prononcé cela à voix haut, notant simplement mes quelques idées sur le papier. Le syndrome du survivant est difficile à guérir car l’entourage est en général un facteur causal. J’allais donc devoir détourner son attention, que sa passion dévorante du passé s’en prenne à autre chose. Ainsi on pourrait parler plus en douceur du réel problème. Car selon moi, il était trop instable et fragile ce petit machin assis en face de moi. En plus c’était un coup bas ! Je n’aime pas qu’on pleure devant moi car je ne sais jamais qu’elle est la juste chose à dire. Hors j’ai toujours la juste chose à dire d’habitude ! Il me sortait de mes zones de confort. Mais cela rendait le jeu plus intéressant dans un sens. J’ai sourie pour moi-même et j’ai lâché mon bic. Bien, il devait avoir profiter de cette instant pour ce remettre de sa petite crise émotionnel. J’ai donc pris un air déterminé.

- Il faut d’abord te trouver une passion dévorante, pour pouvoir atténuer l’importance de se sujet te le traiter plus… Subtilement disons. Tu comprends où je veux ne venir ?

J’ai sourie réellement pris par ce cas. Je lui avais avouer sans vraiment m’en soucier. Je fonctionne comme ça et j’emmerde le premier que ça dérange. Mon petit jeu ne prendrais forme que lors de notre deuxième rendez-vous de toute façon. Quand je serais certain qu’il reviendra. Car mes méthodes peu orthodoxe écartes généralement les gens venus en dépits de cause. Enfin sauf le cas O’dril forcer à continuer mon jeu par le conseil. Douce lueur pointant dans mes yeux malgré moi. Ce cas s’avérait prenant !


- Assez court, mais y a de quoi faire je pense.  -

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
I'm so grey
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» C’est en te regardant que j’ai compris que tu étais tout
» Pour ceux qui n'ont toujours rien compris à Matrix ^^
» Vous n'avez pas compris le Seigneur des Anneaux si...
» « Nous avons compris qu’il faut agir dans les meilleurs délais », réaffirme Mich
» Ainsi sera ta vie [PV Mistral Glacé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Capitale :: Les quartiers résidentiels :: Quartier Est. :: Cabinet de Mr. Grey-
Sauter vers: