Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Tu sais que c'est toujours trop tard pour regretter tes choix ? ◄► Kobayashi

 :: Capitale :: Les quartiers résidentiels :: Quartier Est. :: La maison de feu◄► Jakob B. Collins Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 08/04/2017
Autres comptes : William O'Cahan, Conrad Cooper, April Hawkins, Ethan Walker, Nikolas Woods
Sam 29 Avr - 20:33
Tss tu es idiot.Kobayashi & JakobSi tu pouvais disparaitre le ferais-tu ? Si tu devais ne jamais revenir est-ce que tu partirais sans te retourner ? (System Of A Down → Aerials)Je ne sais pas ce qui lui prend, mais une chose est sûr, il agit toujours étrangement sans que je puisse comprendre ce qu’il pense ou veut faire à chaque fois. Je me sens toujours étrange. Puis là il m’offrit un vrai sourire, eh bien s’il fallait que je dise que j’accepte qu’on s’entende bien, est-ce que c’était si cool que ça ? Je ne sais pas.
Il prononça mon prénom aussi, c’était comme si tout ce que j’avais dit l’avait rendu heureux, alors qu’il y a quelques minutes il était tout triste. C’était étrange son comportement je ne comprenais vraiment pas ce qu’il fabriquait. Je ne comprendrai sans doute jamais, mais ce n’est pas comme si ça m’intéressait réellement. J’ai détourné le regard un instant quand il me prit la main. Pourquoi faisait-il ça ? Franchement je ne comprenais pas. Ma main était si chaud que ça ? Sans doute que oui. J’ai penché la tête en l’écoutant et quand il partit d’un coup je dois avouer que je n’ai pas su quoi faire. Je n’ai pas su si je devais bouger ou non.

Pendant quelques instants je me suis demandé ce que je pourrai faire. Je me suis rapproché de la fenêtre, alors qu’il était parti et j’ai fixé dehors. Ma fille n’allait pas tarder à arriver. J’allais passer un excellent week-end si on ne m’embêtait pas. J’ai sursauté quand il est revenu et je suis venu vers lui en l’écoutant.
Oh qui était ce gars ? Il avait donc quelqu’un qui le protégeait, mais qui le prenait comme un gosse ? Fort bien. Ce n’était pas si grave après tout, il était là c’est le principal. Puis bon je m’en foutais un peu de sa vie… Attends si on veut sympathiser normalement on doit faire attention à la vie de l’autre non ? Arf je ne sais pas vraiment, je me suis passé une main sur le visage et j’ai soupiré.

« Ah pas de soucis.. Je vois le genre, mais bon tu as quelqu’un qui te protège, n’est-ce pas bien ça ? »

Il est sûr que ce n’est pas moi qui sera là si jamais il a des ennuis. Jamais je ne le protégerai. Je n’étais pas comme ça, puis ce n’était qu’une perte de temps. Je veux bien sympathiser, mais avec une certaine limite. J’ai regardé la poche de glace et je l’ai prise en tirant Kobayashi pour sortir de la salle de sport. J’ai tourné légèrement la tête vers la salle de bain j’allais devoir ranger ce bordel, mais quelle fut ma surprise quand j’ai remarqué que tout était rangé. J’ai arrêté tout mouvement en lâchant Kobayashi et je l’ai regardé. Est-ce que c’était lui qui avait tout rangé ? Est-ce qu’il avait pris la peine de faire ça ? j’ai froncé les sourcils, pourquoi avait-il fait une telle chose ? Ce n’était pas bien qu’il fasse ça ce n’était pas bien du tout, ce n’était pas à lui de ranger le bordel que j’avais mis après tout ce n’était pas sa faute.
Je suis allé vider les glaçons qui étaient devenu presque eau dans le lavabo et j’ai soupiré regardant autour de moi. Je me dis que peut-être devrai-je faire un coin pour ma fille, car il est vrai que c’était tout dans sa chambre, mais ce n’était pas si bien que ça. Oui je regarderai ça plus tard. Pour le coup je suis ressorti en tirant de nouveau Kobayashi.

« Tu n’avais pas à ranger tu sais, c’est moi qui ait mis le bordel, il était naturel que je range. »

J’allais lui devoir quelque chose maintenant vu qu’il avait rangé, je lui devais forcément quelque chose et il n’avait pas intérêt à me sortir une excuse bidon que c’était normal de ranger et tout le blabla sinon j’allais vraiment m’énerver. Une fois arrivé en bas je suis allé poser le sac sur le plan de travail et je suis revenu vers lui calmement. J’ai regardé l’heure. Elle n’allait pas tarder sans doute devrai-je lui dire de partir pour de bon ? Est-ce que c’était si mauvais s’il rencontrait ma fille ? Je pense que ouais sans doute elle n’était pas encore prête à rencontrer une personne comme Kobayashi et de toute façon je lui ai dit que ce week-end comme tous les autres week-ends on sera tous les deux comme elle le veut à chaque fois. Je me suis gratté le cou me mordillant la lèvre bon. Que faire c’était quand même assez gênant comme situation, je ne pouvais même pas être méchant, vu que j’ai dit qu’on allait essayer de s’entendre et s’entendre avec quelqu’un avec mon caractère je peux vous dire que ce n’était pas chose aisée parfois même moi je m’insupporte.
Enfin bref ce n’était pas le moment de penser à une telle chose. Je dois penser à autre chose et commencer par lui demander ce qu’il souhaiterai en retour pour avoir rangé ma salle de bain, il faut dire que d’un côté ça m’enlevait une tâche déjà que j’allais devoir tout ranger avant qu’elle arrive.

« Bon… je n’ai pas pour habitude de demander ça, mais hum vu que tu as rangé tu peux me demander ce que tu veux je le ferai juste pour cette fois. Me sort pas l’excuse de ne faut pas, tu dis juste ce que tu souhaites puis voilà. Fais pas chier. »

Oui oui oui bon très subtil, très bien dit et ce n’est pas du tout chelou comme demande, mais bon. Puis j’ai repensé à son mec plein de poil je ne sais pas quoi, sans doute qu’il l’attendait s’il demandait quelque chose, je n’attendais pas vraiment une réponse de sa part et ni même qu’il me dise qui est cet homme poilu, mais si c’était quelqu’un qui était du genre à tout défoncé quand il ne sait pas où est Kobayashi autant qu’il se tire tout de suite, je n’étais vraiment pas d’humeur à voir un débile qui traite un homme de 26 ans comme un enfant.

« Enfin faut le dire maintenant et non dans quinze ans, car ça sera annulé sinon. Donc magne-toi d’me dire. »

Bon ce n’était certes pas très gentil, mais bon je ne pouvais pas faire autrement je ne me sentais pas de dire autre chose que ça actuellement sans doute parce que je ne sais pas être gentil je pense que c’est ça je ne sais pas être gentil malheureusement et c’est limite désolant je crois, mais je ne suis pas sûr de ça, enfin bref oublions pendant un instant tout ceci et écoutant ce qu’il a dire. Je me suis assis sur le canapé et je l’ai fixé du coin de l’œil attendant sa réponse, je jouais nerveusement avec mon élastique.
Jakob dans quoi tu t’es lancé encore une fois ? Tout ça pour pas qu’il se sente mal, bah bravo tu as réussi à faire ça, mais maintenant c’est toi qui ne te sens pas à l’aise du tout, ça allait certainement changer quelque chose à la situation ! Puis bordel pourquoi je suis aussi nerveux ? Ce n’est pas comme si c’était la première fois que je me retrouvais seul avec quelqu’un dans la même pièce, mais sans doute que c’était la première fois de mon propre chef que je demandais qu’on s’entende bien. Ouais sans doute était-ce dû à ça, je ne savais juste pas comment agir.
© 2981 12289 0[/quote]

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Je te hurle dessus en #C03000
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 76
Date d'inscription : 28/01/2017
Localisation : Non loin
Autres comptes : Angel Argawaen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Golan L. Grey
Sam 29 Avr - 21:16


Comprends moi, même un peu. Jakob & IrisSa question me surpris quelques peu. Je n’avais pas besoin qu’on me protège, allons bon je suis assez grand pour ça ! Pourquoi tout le monde pense que parce que j’ai une bouille d’enfant je ne peux pas me protégé moi-même au même titre qu’un autre ? J’ai levé les yeux au ciel essuyant la question, par mon silence. Il avait sursauté quand j’étais rentré, sans doute que je l’avais dérangée dans ses pensées. Parfois j’aimerais savoir ce qu’il pense. J’ai peur qu’il se force à être gentil avec moi. Ce n’est pas ce que je veux. Il bougea finalement et prit en la poche de glace avant de sortir en me tirant derrière lui jusqu’ç la salle de bain. Il semblait surpris que j’aille mis un peu d’ordre et sur le coup je me demandais si j’avais bien fais. Je n’avais pas fouillé dans ses affaires après tout, j’avais juste arrangé un peu les choses. Était si grave ? Il fronçait les sourcils en me regardant et je n’étais plus sûre de rien. Il vida la glace fondu dans l’évier et reparti en me reprenant avec lui. J’ai haussé les épaules comme toute réponse à ces mots. Je ne vois pas ça comme ça, après tout je pense sérieusement avoir une part de responsabilité dans tout ça, alors dans un sens c’était le moins que je puisse faire.

Nous étions redescendus et à nouveau, presque machinalement, mon regard balaya la pièce. Ses mots me surprirent et pas qu’un peu. Allons bon, il ne pouvait pas juste accepter mon geste, tout simplement ? Pourquoi ce sentir redevable. Pourtant, c’était une belle occasion qui se présentait à moi et surtout à ma curiosité parasite. J’avais bien une question à lui posé, mais j’ignore s’il voudra y répondre après tout. Je n’aimer pas l’idée de le forcé à faire quelques choses. Son petit côté brute de décoffrage me fit sourire. Il se devait de ponctuer ces phrase de la sorte, il eut parût trop gentil sinon. Mine de rien ça en dit déjà long sur lui. Il prit finalement place sur le canapé semblant réellement attendre une réponse de ma part. Je me suis touché le menton pensif. J’aurais pu lui demander qu’il m’enlace à nouveau ou qu’il me sourit mais cela irait contre tous mes principes. J’aime penser que tout geste doit être pensé de son propre chef, sinon c’est faussé. C’est bien pour ça que je me refuse à embrasser quelqu’un juste par défis.

- Ok, qu’est-ce que tu as entendus tout à l’heure ? Dans le jardin.

Je suis un incorrigible curieux et mon regard en témoigne. La tête penché j’avais presque l’air innocent. Mes yeux pétille, c’est vrai que je veux vraiment savoir. Mais rien à faire, je me sens coupable de lui arracher la réponse de cette façon, je suis donc venus m’assoir en face de lui, les mains joints l’air sérieux à nouveau.

- Te force pas à me répondre si tu ne veux pas. Personnellement je me sens entièrement responsable de ce qu’il passé et de cet air déprimé qui avait envahis ton visage alors bon dans un sens, c’est plus moi qui te devais quelque chose. Tu comprends ?


J’étais tout à fait sincère. J’ai souri le temps d’un battement de cils, un peu coupable. J’ai joué nerveusement avec une mèche de mes cheveux. Je voyais bien dans ces gestes que ça le fait chier après tout. Je ne veux pas qu’il se force, je trouve ça stupide.

- Te force pas à être gentil si ça te fait chier. J’peux supporter tes humeurs sais-tu ? Au tout du moins jusqu’ici ça me va, alors bon.


J’ai haussé les épaules une fois de plus en balayant les mèches qui me retombaient devant les yeux. Je m’étais un peu plus enfoncé sur mon siège soudain penseur quand mon téléphone sonna à nouveau. J’ai jeté un regard agacé vers mon sac, sans pour autant aller répondre. J’ai ensuite entendu frapper à la porte. Non, ho non ! Je me suis redressé presque toute de suite. Il n’a pas osé ? Entrant sans la moindre politesse, Facedepoil m’apparût cigarette au bec et s’arrêta un moment pour fixer Jakob comme si il allait le bouffé. Pff, mon gars tu ne fais vraiment pas le poids. Je me suis levé le jugeant super fort du regard mais avant que le moindre mot ne puisse franchir mes lèvres, il attrapa mon sac et se planta devant moi pour fixer mon poignet. Ha merde. Putain Kobayashi réfléchis vitesse grand V là.

- Rediffusion, fait pas attention. Je te présente Jakob. Mais dis ! Tu ne sais pas attendre qu’on t’invite à entrer sérieusement ?

Je sais très bien à quoi il pense, mais je ne suis pas un aimant à pédophile non plus, il pouvait déstresser trente secondes ! Son grognement me fit seul réponse te j’ai soupiré lourdement. Un des modèles avait dû lui dire que j’étais parti en compagnie du Vimentel, je n’imagine même pas sa tête à ce moment-là. Il continuait de fixé Jakob et j’étais certain que ça allait mal finir. J’ai claque de la langue, je suis anxieux. J’ai secoué ma tête, laissant à nouveau mes mèches me balayer le front et j’ai poussé mon ami vers la porte en râlant.

- Heu je vais y aller Jakob, désolé pour ça heu... Oui ... A la semaine prochaine…

J’ai poussé PoildeBarbe jusqu’à la porte en lui faisant lourdement la morale alors qu’il en faisait tout autant. Non, mais je suis des inconnues dans la rues si je veux ! Je suis majeur et vacciné ! Une fois dehors j’ai réalisé, alors avant de refermé la porte je suis à nouveau rentré et je suis venus coller un bisou sur la joue de Jakob.

- Merci pour tout. Jakob.

Je lui ai sourie et je suis ressorti aussitôt afin d’évité un meurtre racial, mon ami étant humain. Non non ce n’est pas un Galaïel hybridé avec un ours. Bon je le charrie mais il a juste une barbe toute poilu dans le fond. Il est même plutôt séduisant dans son genre. J’ai soupiré lourdement et il me raccompagna avec force jusque dans sa voiture. M’énerve, il va encore vouloir me privé de sorti ! Mais non, tout ce que Monsieur trouva à me demander c’était si j’avais pécho. Non mais c’était quoi l’idée ? Je lui ai donc gentiment appris que Jakob n’était rien d’autre que mon prof de sport et que je l’avais vu se faire écrabouillé par un projecteur, je l’avais aidé et je me suis blessé donc il m’a accompagné pour me soigner point barre. Bon c’était qu’un tout petit mensonge après tout. J’ai jeté un dernier regarde à l’habitat. Techniquement j’avais cours avec lui la semaine prochaine après tout… J’espère qu’il tiendra sa parole et qu’on sera un peu plus proche que simplement élève-prof. Mais je n’osais pas trop l’espéré. Je devais afficher une mine tristounette car l’espace d’un instant j’ai bien cru que mon ami allait descendre et retourné explosé Jaja, mais il n’en fit rien et nous sommes simplement rentré.


© YOU_COMPLETTE_MESS

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 50
Date d'inscription : 08/04/2017
Autres comptes : William O'Cahan, Conrad Cooper, April Hawkins, Ethan Walker, Nikolas Woods
Sam 29 Avr - 22:09
Tss tu es idiot.Kobayashi & JakobSi tu pouvais disparaitre le ferais-tu ? Si tu devais ne jamais revenir est-ce que tu partirais sans te retourner ? (System Of A Down → Aerials)Une simple question.
Une simple question qui me laissa perplexe. Qu’est-ce que j’avais entendu tantôt ? En quoi est-ce que ça le regardait ? Pourquoi il voulait savoir une telle chose ? Ce n’était pas vraiment important en soit nous étions d’accord hein ? Non puis de toute façon je ne pourrai jamais lui dire. Je ne sais pas si je le peux. Il n’arrête pas de me dire que je ne suis pas obligé de répondre, mais pourquoi il m’avait posé la question dans ce cas ? S’il ne voulait pas réellement savoir il n’aurait pas dû poser la question. Puis c’est quoi cette histoire de supporter mes humeurs ? Il est con ou il est con, j’allais enfin dire quelque chose quand quelqu’un débarqua chez moi comme s’il était chez lui.

Kobayashi semblait le connaître et le fait qu’il soit poilu me disait vaguement que c’était le gars surprotecteur de tout à l’heure. J’ai soupiré. Il entrait comme ça, comme si c’était chez lui et il osait me regarder ainsi ? Je l’ai fixé aussi. Une sorte de battle de regard. Je me demande bien comment je pouvais répondre à ça, puis bon pourquoi il me regarde comme ça ?C’est bon je ne l’ai pas baisé son ami. Il peut en faire ce qu’il veut et le reprendre. J’espère que ce n’est pas Kobayashi qui lui a donné l’adresse sinon je vais me fâcher je ne donne que très peu mon adresse, alors si en plus on vient m’emmerder chez moi ça n’allait pas le faire. J’ai fixé tout ceci et j’ai soupiré quand Koabayashi parti. J’allais me relever, mais j’ai laissé mon regard vagabondé dans la pièce et un bisou surprise me fit sortir de lune.

Kobayashi pourquoi tu fais ça, ça me fait tellement pensé à ma petite fille qui voulait toujours se sentir bien avec moi. Puis il me remerciait de quoi hein ? j’ai soupiré et je suis allé fermer la porte. J’ai regardé par la fenêtre le gars tiré le nain dans la voiture. Il semblait chelou. Je crois que je ne l’aime pas vraiment, mais bon en même temps je n’aime personne. Je me suis frotté le poignet et je l’ai regardé partir en soupirant. Une fois fait je me suis dépêché de tout ranger et caché le fait que quelqu’un était venu et au bout de quelques minutes seulement la sonnette retenti et ma fille était là.  Mon petit rayon de soleil et la fille qui me met de bonne humeur quand tout va mal. Elle était enfin arrivée et elle était heureuse comme à chaque fois qu’on se voit. C’est vrai. Elle ne se souviendra jamais qu’au début je ne voulais pas d’elle et j’espère qu’elle l’ignora toute sa vie. Ça peut détruire un enfant de savoir que de base il n’était pas voulu et je ne veux pas qu’elle ressente cette tristesse que certains ont. Après tout c’était du passé.

Comme chaque week-end je lui ai souris, lui racontant ma semaine, comme elle me racontait sa semaine. Puis je lui ai bien caché qu’il y avait eu quelqu’un ici. Nous avons joué à la guerre, manger, fait les cons comme d’habitude. Puis moi je repensais seulement parfois à Kobayashi et à sa question un peu idiote sur le coup.
Ce que j’avais entendu n’était que le crie pousser par quelqu’un dans le passé. Un crie qui me hante et j’espère que c’est un crie que je n’entendrai plus jamais en vrai. Je me sentais un peu mal et je n’avais même pas eu le temps de lui dire au revoir au nain d’ailleurs. Je me demande si je vais venir la semaine prochaine, ne serait-il pas mieux avec un nouveau  professeur ? je ne sais pas du tout, je me dis que oui, mais en même temps je me dis que non. Je ne sais pas. J’ai le week-end pour réfléchir de toute façon.  Puis j’ai ma fille là ce n’est pas le moment de se poser des questions. Ma fille était là et c’était le plus important.

Kobayashi voyons voir si tu vas tenir. Si tu ne tiens pas tu ne pourras pas dire que je ne t’avais pas prévenu sache-le.
Si tu abandonnes tu ne viendras pas te plaindre que tu as perdu ton temps.
Je ne me laisserai pas faire aussi facilement sache-le aussi. Tu vas sans doute perdre patiente avant même de te rendre compte de la chose. Oui.
© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Je te hurle dessus en #C03000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» apres l' heure, c'est trop tard
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» Il fait beau, mais toujours trop chaud. [Fin]
» Trop tard ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Capitale :: Les quartiers résidentiels :: Quartier Est. :: La maison de feu◄► Jakob B. Collins-
Sauter vers: