Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 17/03/2017
Autres comptes : Angel Argawagen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Dim 9 Avr - 1:52
La nouvelle était tombée ce matin et une colère sans nom me dévorait depuis. Je revois Ange, tout chétif m’annoncer avec une malaise certain que je n’avais plus le droit de posé un doigt sur lui. Je m’étais beaucoup inquiété à son sujet, depuis ma dernière visite j’avais eu très peu de nouvelle. J’avais donc fini par revenir voir comment il allait. Le constat était frappant. Il avait maigris, manquait vraisemblablement de sommeil et surtout. Il c’était soumis. Directement à mon entré, j’ai vu son comportement qui mimait celui de sa jeunesse. N’était-il pas Alpha il y a peu encore ? J’avais gorgée à l’idée que Nikolas lui arrache se rôle. L’obligeant ainsi à maintenir une certaine distance avec moi. Oui, je suis fâché, et je suis rarement fâché car ça ne m’apporte jamais rien de bon. J’avais fait mine basse devant lui, bien entendu, même si je pense qu’il connait assez bien la teneur de mon ressentis. Je ne veux pas qu’il se sente coupable à cause de Nikolas. J’allais me charger de ça. En l’instant j’avais accepté en lui assurant que ce n’était pas si grave et surtout temporaire. J’avais ensuite passé ma visite comme je les passe toujours. Mon cher petit Ange.

J’ai dans mes patients un jeune homme du prénom d’Alfredo, ami depuis maintenant quelques années il m’a confié être le médecin de Nikolas, qu’il soigne depuis un certain temps pour une maladie incurable. J’ai presque sourie à cette idée, je l’avoue. Il avait finalement consenti à me donner son adresse, contre service s’entends. Ainsi je me retrouvais dans un quartier miséreux, devant une porte, la colère plein le corps. Je vais t’exploser le nain. Je sais qu’un minimum de self-control est de mise, mais en l’instant je m’en bats les ovaires de ma féminité inexistante. J’ai fait craquer mes doigts et avec un plaisir à peine dissimulé, j’ai enfoncé sa porte d’un coup de pied, main dans les poches de mon sweat vert pâle. J’ai ensuite pénétré dans l’appartement, repéré le nain en moins de trente secondes, sourie et je me suis approché pour l’attrapé au col et lui fourré l’arrière du corps contre/dans le mur le plus proche. J’avais un regard voilé de rage. Et j’ai à nouveau sourie, plus que mauvais. J’ai volé de sourire à mon tendre ami Alfredo je l’admets, mais il fait souvent son effet. Les canines en moins.

- Toc toc, alors comme ça tu demandes à Ange de ne plus me laissé le touché ? Tu as crus que j’allais laisser passer un tel affront ? Il ne t’appartient en rien je te signal, tu n’as pas à en faire un putain de beta bien obéissent, ça c’est ma diligence tu permets. Et je ne permets pas qu’on marche sur mes plates-bandes, gamin.


Je me revois ce matin même, annoncer à un de mes patients que faire preuve de violence et laisser libre court à sa colère est un geste faible. Bon Dieu ce que je m’éclate pourtant. J’ai rêvé de lui coller mon poing dans la face une bonne dizaine de fois et je l’avais enfin à disposition pour évacuer ma rage. Bénis soit les jours comme aujourd’hui, j’allais enfin lui faire comprendre qui avait l’ascendant et surtout qui avait Ange. Je ne supporte pas l’idée de les avoirs laissés seuls. Alors qu’il allait si mal. Tout ça me répugne, mais je me rassure. Je sais plus que chose que lui sur ce garçon, j’ai vu des choses, des peurs en lui qu’il ne soupçonne même pas. Et puis ce n’est pas une prostipute en solde qui allait me prendre l’amour de ma vie ! Comme si j’allais laissé faire une chose pareil ! Ange mérite cent fois, mille fois mieux même que ça. Sérieux quand je pense à ce qu’il lui impose.

- Haha ça ne t’a pas suffi de lui imposer ton métier de souillure hein ? Il a fallu que tu lui retires son seul vrai ami en prime. Pour bien l’isolé, qu’il soit à ta botte. Raclure.

J’admets, ça c’était gratuit. Et ça fait un bien fou. Je pouvais laisser libre court à l’adrénaline qui pulse dans tout mon corps. J’aurais dû demander à Alfredo ce qu’il savait de lui tiens. Bien que je sens d’ici sa peur de mal faire avec Ang-attends. J’ai un doute. Il a pensé à quoi là, de façon inconsciente ? J’ai battus des cils, un moment perturbé.
Sorry petit mais bon s't'un début. .

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
I'm so grey
Revenir en haut Aller en bas
Nikolas Wood
Sex, drug, vanity
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 19/10/2016
Autres comptes : William O'CAHAN, Ethan WALKER, Conrad COOPER, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS.
Sex, drug, vanity
Dim 9 Avr - 22:30
Oh ta gueule du con.
#Golan
Je ne sais jamais quand je dois prendre mes médicaments, du coup je les prends n’importe quand dans la journée, mais quand je ne les prends pas, on voit tout de suite le résultat. J’étais posé dans mon salon quand tout d’un coup j’ai entendu ma porte se faire fracasser et la seule chose que j’ai faite été de balancer mes médicaments je ne sais pas où et sans vraiment comprendre je me suis retrouvé le dos contre le mur, il me fallut quelques secondes pour comprendre que c’était… Golan ?! Comment ça se fait qu’il était là ? Comment avait-il eu mon adresse, je l’ai écouté sans me défendre vraiment, j’étais un peu faible ces derniers temps.  Il était vraiment venu pour ça ?
Je ne pouvais donc pas sortir avec Angel sans que son ex vienne foutre la merde. Je ne suis pas ok moi. Je ne sais pas du tout comment faire, je me sens énervé, ce n’est pas bon. Ma mère quand elle était énervée ce n’était pas bien, je ne veux pas que ça m’arrive. Il pensait vraiment que mon amant était SON objet ? Il se prend pour qui lui déjà !

Mon métier.
J’ai baissé les yeux quelques secondes il avait raison, j’imposais à Ilan mon métier ce n’était pas bien, mais ce n’est pas comme si j’allais pas changer, j’attends juste le bon moment, je dois la vie à ce métier après tout. Il semblait perdu, alors j’en ai profité pour me dégager de sa poigne. Je me suis frotté le torse. J’étais habillé comme un clochard je dois l’avouer mon pantalon trop grand, un t-shirt trop grand, les cheveux un peu en bataille, j’étais fatigué, je cherchais des solutions toute la journée concernant mon Albinos que j’aime, du coup j’en oubliais de dormir, il n’était pas venu depuis que je lui ai donné la clé. Je me suis mis à rire. Ce Golan pensait réellement pouvoir venir chez moi et m’insulter en disant qu’Angel lui appartient ? Jamais de la vie.

« Toc toc toc, tu penses qu’Angel t’appartient ? Ce n’est pas un objet monsieur qui dit aimer son « Ange ». Il est devenu beta, car il me l’a demandé, c’est juste temporaire. Je lui ai demandé ça, car tu ne sais pas te tenir avec lui tu ne te rends même pas compte que tu le gênes à le toucher comme tu le fais. »

Mon dieu, mais je disais quoi moi encore ? Je ne sais pas, mais je sens que ce n’est pas très intelligent, mais en même temps c’est vrai. Quand Golan lui a fait un suçon, il était tellement gêné qu’il avait mis une écharpe et m’avait sorti l’excuse du « il était bourré ». Je ne sais même pas comment lui dire que je n’y crois pas un seul mot, Golan sait toujours ce qu’il fait et il veut Angel, je ne suis pas bête. Je me suis rapproché de lui.

« Puis il peut venir te voir, ce n’est pas interdit, mais tu ne peux juste pas le toucher de partout ou encore le marqué comme tu le fais. Tu n’as même pas de respect pour ton ami qui est en couple, car tu ne penses qu’à tes sentiments. Tu n’es pas le centre du monde. Puis je peux savoir comment tu as eu mon adresse ? En plus la porte tu pouvais pas sonner comme tout le monde ? Tu as si peu de respect pour les gens qui bossent ? »

Je suis méchant je dois l’avouer, mais je ne suis pas d’humeur. Je n’ai pas pris mes médicaments, je n’ai pas de solution pour Angel, il me manque, je ne sais pas quoi faire pour lui et maintenant son soit disant ami vient défoncer ma porte pour m’engueuler j’aurai tout vu aujourd’hui.
Je me suis étiré tranquille pépère et j’ai tapoté le mur genre je le tapote lui, mais c’est le mur que je touche.

« Maintenant si tu permets je vais prendre mes médicaments sinon Angel va encore me passer un savon, car je ne prends pas soin de ma santé. »

Mais ça sans doute il le savait déjà non ? Angel lui disait tout n'est-ce pas ? Je suis partie rechercher mes médicaments calmement et je les ai regardé, puis au final je les ai juste posé et je me suis accoudé à ma table en le regardant calmement. Il voulait jour à celui qui veut avoir Angel ? Moi je gagnerai, car Angel est devenu ma raison de vivre et je lui ai promis de rester avec lui toute ma vie. Je ne vais pas l'abandonner même si Golan me frappe jusqu'à ce que je ne puisse plus me relever.
S'il pense me faire peur il se trompe. Ce n'est pas le premier à me plaquer contre un mur, ça ne sera pas le premier à me foutre son poing dans la figure. Mon métier est dangereux aussi. S'il pense que je ne fais que baiser il se trompe.


© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 17/03/2017
Autres comptes : Angel Argawagen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Lun 10 Avr - 11:47
Il avait profité de ma seconde d’inattention pour se dégager mais un trouble restait présent. J’avais cru entendre quelques choses, sans doute une de ces peurs qui était venus parasiter ma vision de la chose. Sans doute. Je n’allais pas y pensé à l’instant, j’avais autre chose à faire quand même ! En détaillant un peu plus Nikolas j’ai remarqué qu’il était dans un état proche de celui d’Ange. Allons bon, il avait foutus quoi hein ? Que ça ne prête pas préjudice à mon albinos où je lui cassais le nez de suite. J’ai planté mes poings contre mes hanches en l’écoutant me parler. Pourquoi je l’écoutais en plus, je m’en contre fou de ce qu’il peut me dire, j’étais simplement venus me défoulé et remettre quelques points sur les « i ». De plus ces paroles n’avaient pas le moindre sens ! Je ne gênais pas Ange et je faisais attention avec lui ! Je connais par cœur les endroits que j’ai le droit de le touché, et je sais aussi que son dos m’est réservé. Et je sourie à l’idée que cela doit être horrible comme réalité pour Nikolas. Il parler du fait que je l’avais marqué et je mis quelques secondes à comprendre à quoi il faisait référence. Juste. J’avais fait un suçon dans le cou de mon Ange.

Pas très malin je l’admets, mais ça c’est ce qu’il arrive quand on boit et que Monsieur m’annonce être dans une relation sérieuse. Je suis possessif, ce fut un pur reflexe, parole et geste de l’instinct. Ces mots me faisaient sourire, comment j’avais eu son adresse ? J’avais joué au larbin avec un ami, toujours avoir de bonne connaissance, c’est une règle de base. Quand il me parla de respect, j’étais au bord de la crise de fou rire. Qui respect les putes ? Je sais que de nature, je ne juge jamais les actes, car j’estime qu’il se justifie tous d’une certaine manière. Mais dans le cas présent, ça blesse Ange et ça je ne pardonne pas. Combien de fois en avons parlé lui et moi ? Combien de fois j’ai pu lire sa peine dans ces gestes et ces faux sourires affectifs. Non décidément, je ne pardonne pas aujourd’hui. Il continuait de me raconter sa vie, mais je m’en, battais la ratte moi sérieux. J’ai passé deux mains dans mes cheveux pour me dégagée le visage de ma mèche.

- Tu sais j’suis pas ta mère alors t’es gentil t’évite de me raconter ta life. Je ne fais pas de mal à Ange. Je le connais, je sais comment je dois agir pour son bien et uniquement dans ce but. Et sache que je ne supporte plus de voir la peine qu’il porte quand il me parle de ton putain de métier.

Je me suis à nouveau approcher de lui pour le toisé de ma hauteur. Il est minuscule ce mec en fait, c’est vrai qu’on oublie souvent sa race. Il faut dire qu’elle ne lui est d’aucune réelle utilité. J’ai posé mon regard de façon plus calme. Je devais essayer de voir les choses d’une façon plus posé. Objectif, solution, Golan tu sais que c’est ce qu’il fonctionne le mieux. Et l’objectif était simple, je toucherais Ange, je mettrais mon odeur sur lui. Car ça ne le gêne en rien, je le sais, je le connais. La solution était donc de recadré le nain qui lui sert d’Alpha. Après tout dans ces lois animales, je suis également Alpha. J’ai presque sourie à l’image de deux loups se battant pour leurs femelles. C’était risible, admettez le ! J’ai pris mon souffle de façon plus posé, oui c’est réellement le mieux à faire, il ne ressortirait RIEN de bien d’une réelle colère de ma part. J’ai donc repris la parole plus calme.

- Ange, je le connais. Et je ne te laisserais pas m’imposé tes lois d’Alpha. Je le suis aussi. Et je refuse de me soumettre à un nain qui fait le trottoir. Moi je peux lui toucher le dos, tu t’es jamais dit qu’il y avait une raison ? Je peux faire des choses avec Ange dont tu n’auras jamais le droit. Alors te t’avises plus d’essayer de m’évincer. Je sais ce qui est bien pour lui. Et ce n’est pas toi.

J’ai sourie toujours aussi mauvais. J’aime à penser qu’en effet je sais ce qui est bon pour lui. Mais la marque sur mon visage me trahis. Ma seule erreur, et je l’ai payé au prix fort. Il ignore ce que c’est, Ange est venu m’enlacer de lui-même ce jour-là et j’ai bien compris dans ces gestes qu’il regrettait ces mots. Alors pourquoi je le laisserais, hein ? C’est illogique. Je l’aime. Et je veux le protégé de « ça ». Ce mec est néfaste.

Tu me diras si je dois changée un truc :)

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
I'm so grey
Revenir en haut Aller en bas
Nikolas Wood
Sex, drug, vanity
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 19/10/2016
Autres comptes : William O'CAHAN, Ethan WALKER, Conrad COOPER, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS.
Sex, drug, vanity
Mar 11 Avr - 11:40
Oh ta gueule du con.
#Golan
Le silence ne me gênait pas plus que ça au final, j’aurai même aimé qu’il parte, mais non c’était trop lui demandé, il aimait faire le fier comme un bâtard de chien qu’il était. Je l’ai regardé sourire en l’écoutant parler. Il était si inutile. Tellement inutile. N’est-ce pas maman ?
Je l’ai regardé de haut en bas. Il savait ce qui était bien pour Angel n’est-ce pas ? S’il le savait il ne ferait pas ce qu’il est en train de faire et c’est un psychologue ce gars ? C’est plutôt un gars inutile à la société qui devrait pourrir dans un caniveau. C’est tout ce qu’il était. Je le déteste lui et sa bonne santé.

Sa peine… Il avait raison sur ce point. Mon métier était un fardeau. Le fait qu’il en parle à Golan m’énervait. Angel ne se rend même pas compte que son soi-disant ami était encore amoureux de lui, franchement pour le coup Ilan tu crains. Tss. Je me suis tapoté le front. Bon Nikolas reste calme. Il parle du dos d’Angel, mais tu sais très bien qu’il y a une raison, une raison que tu ne veux pas savoir, car tu t’en fous. Le passé est le passé. Si Golan peut que grand bien lui fasse, je peux attendre qu’Angel accepte que je lui touche cet endroit.
Je n’ai certes pas toute la vie devant moi, mais je peux attendre qu’il se sente prêt, bien entendu qu’il y a des choses que je ne pourrai jamais faire avec Angel, mais moi je sais son prénom et pas toi du con. Je l’ai regardé avec un petit sourire.

« Le truc… C’est que je m’en fous. »

Ok, ce n’était pas vraiment ce que je voulais dire, mais bon je n’avais sans doute pas le choix de dire ça, ce n’est pas comme si mon cerveau décidait tout seul, bien que si monsieur le fait tout seul. Je me suis doucement rapproché de Golan le fixant, il était certes plus grand que moi, mais je m’en foutais royalement si je voulais lui en décoller une je pouvais le faire malgré ma petite taille. Je me demande ce qu’Angel peut bien trouvé à Golan, alors que celui-ci pense qu’il peut venir chez moi comme ça, j’étais lassé.

« Tu ne peux pas faire comme tout le monde non ? Attendre que je crève pour pouvoir récupéré ce que tu penses qui t’appartient ? Non, monsieur vient en pensant qu’il connait tout d’Angel, car il a pu avoir un semblant d’enfance avec ce dernier. Bravo gars tu veux une médaille pour ça ? Tu me pardonneras de ne pas avoir atterrit dans le même orphelinat que vous à l’époque, p’t’être que tu n’aurais jamais pu l’avoir à l’époque, ah… Mais suis-je bête, dans tous les cas il t’a quitté donc ça revient au même. »

Je devenais vraiment méchant ce n’était pas bien, mais il avait dit «ta mère », on ne mentionne pas ma mère qu’importe si c’est une expression ou non. On ne vient pas m’emmerder, on ne vient pas emmerder Angel. Je lui avais certes dit que je ne voulais plus que Golan le touche, mais il n’était pas obligé de lui dire, je ne lui ai pas non plus imposé… Il pouvait défié les règles, ce n’est pas comme si moi j’avais obéit quand j’étais « beta ». Je me suis massé les tempes et je l’ai fixé une nouvelle fois. Me reculant légèrement et me foutant sur ma chaise. J’ai lâché un gros soupire et j’ai gardé le silence pendant un moment.
Qu’est-ce que je pouvais lui dire ? Est-ce que j’étais réellement si mauvais pour mon petit-ami ? Est-ce qu’il devrait retourner avec Golan ? Mais si c’était le cas ne l’aurait-il pas déjà fait depuis un moment ? Je me sentais un peu perdu face à une telle situation je ne savais pas comment réagir, je dois avouer que je me sentais étrange, car si jamais je disais quelque chose qui ne fallait pas et qu’Angel repartait dans les bras de Golan qu’est-ce que je ferai ? Reprendre ma vie d’avant ? Oublier de prendre mes médicaments, continuer la drogue ? Ouais j’allais sans doute faire ça et oublier petit à petit que j’avais ressenti de l’amour une nouvelle fois.

« Pourquoi ? Pourquoi TOI tu pourrais avoir Angel et pas moi ? Pourquoi TOI tu aurais droit de vivre un amour avec lui et pas moi ? Je te parais si nuisible que ça pour que tu penses qu’Angel n’ait pas le droit de sortir avec moi ? Je n’ai pas le droit de connaître l’amour juste un peu ? Il n’était pas vraiment obligé de venir te voir tu sais, mais il est venu. Ça devrait te mettre sur la piste de ce qu’il veut réellement comme relation avec toi. »

C’était un psychologue, mais dès qu’on parlait d’Ilan c’était mort, il n’y avait plus personne autre que lui, lui et encore lui. Il veut Angel tant que ça ? Bah il attendra ma mort point final, qu’il ne fasse pas chier non plus.
Je ne pensais pas que sortir avec quelqu’un allait créer plus de problème qu’autre chose, j’ai froncé les sourcils, j’aimerai bien savoir qui lui a donné mon adresse. Sans doute pas Angel, jamais il n’aurait osé, car j’ai dit que j’invitais jamais personne chez moi. Mon voisin ? Non jamais il aurait fait une telle chose, il tient un tant soit peu à avoir le droit de venir chez moi… Donc jamais il n’aurait donné mon adresse comme ça. Alfredo ? Non le secret pro… Ce gars en a rien à foutre du secret professionnel en vrai, bordel si c’était lui… Bon ce n’était pas le moment de se demander qui a vendu la mèche, je devais juste m’occuper de Golan, le calmer un peu, histoire que voilà. Je n’avais pas envie qu’Angel se sente mal, car Golan et moi on ne s’entend pas, je me suis levé pour aller chercher deux verres et j’ai pris la bouteille d’eau et je suis revenu m’asseoir.

« C’est p’t’être pas le bon moment, mais bon t’veux boire un peu d’eau ? Tout ce blablabla que tu me fais et ma pauvre porte cassée, ça donne soif, j’te jure y’a pas de poison dans les verres, ni dans l’eau. T’peux boire sans mourir. »

Ma pauvre porte ouais, qu’est-ce que j’allais pouvoir dire hein ? Ouais qu’un débile de night est venu tout cassé, car il voulait faire le beau ? Mouais. Je ne pense pas que ça marche ainsi. Non, loin de là même.

© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 17/03/2017
Autres comptes : Angel Argawagen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Mar 11 Avr - 18:19
Je n’aime pas sa façon de me toisé, transite d’une impolitesse et d’une provocation crue. C’est vulgaire, tout comme lui. J’ai senti une masse noir m’envahir, je dois me calmé, mais je n’aime pas la place qu’il m’accorde vis-à-vis d’Ange. Je ne suis pas un vulgaire ami près à tout pour reconquérir cet homme. Il est réellement important pour moi et si j’estimais que le mieux pour lui était de resté avec Nikolas, je le ferais sans soucie. Mais voilà, cet homme est néfaste et je refuse de voir un garçon tel que mon ange se faire engloutir dans cet élan de drogue, de prosélytisme et de boisson. Mon regard ce voilà une seconde quand il reprit parole. Cette phrase, sa façon de parler de l’orphelinat me confirmait qu’il ne savait rien de l’enfance que j’ai pu vivre à ces cotés. Alors comme ça tu ne lui en as pas parlé Ange, c’est moche de caché des choses à son amant, sais-tu. Mais il est vrai que tu es passé maître dans ce domaine. J’ai sourie mauvais. Je peux te détruire Nikolas et je parle sur un plan moral.

Je devais subir les plaindre de son questionnement intérieur à présent, mais je ne suis pas son psy, je m’en fou de sa vie, de son point de vue, de ces problèmes. Tout ça m’est égal, seul le point de vue donné à Ange compte à mes yeux et en l’instant. Je sentais son questionnement muet. Il voulait savoir comment j’étais arrivée jusqu’à lui, idiot. Il me prend vraiment pour un débutant, même sans l’aide d’Alfredo je l’aurais retrouvé. J’ai levé un sourcil sur sa question et je l’ai volontairement ignoré. Il pense pouvoir s’en sortir après les horreurs qu’il m’a balancées ? Il veut faire copain ? Je veux le détruire, le réduire à un rien. Le voir ce décomposé psychologiquement sous mes yeux. J’en jubilais d’avance. Le plus beau, c’est que je n’avais même pas à mentir et s’il est ne serait-ce qu’un peu racé il sentira que mes paroles sont vrais. J’ai repris mon sourire mauvais, je sentais la pièce s’assombrir sous les feux de ma colère. Je ne me contrôle pas bien, du tout même. Et je priais pour que cela ce calme un peu, tout de même. J’ai pris une inspiration assez longue et j’ai repris d’une voix bien plus grave que d’habitude.

- J’ai couché avec Angel, récemment. Et à l’époque, j’ai pu voir en lui des peurs qu’il ne se connaît même pas. L’incendie, la terreur. Moi je l’a connais. Et crois-moi, tu es néfastes en tout point pour lui. Tu vas le détruire, moralement. Et je ne compte pas te laissé faire. Sache que tu te trompes sur un point. Si tu étais bon pour lui, je te laisserais faire. Mais tu vas le détruire.

Je pense chacun de mes mots. Sincèrement. Je suis venu m’asseoir juste en face de lui, main en poche, le toisant jambe croisé. Nikolas, tu ne sais pas ce qu’il a vécus. Tu ne peux donc pas comprendre à quel point tu lui fais du mal, inconsciemment. Pour lui aussi. J’ai pesté en y pensant. Ces souvenirs m’avait terrassé à l’époque et je ne doute pas un instant que c’est ce qu’il l’a poussé à me fuir. Il a eu aussi peur que moi. Sa peur et la mienne n’était qu’une et même chose. J’ai inspiré longuement à nouveau, ce simple souvenir amplifiait l’obscurité qui se dégageait de ma personne. J’ai regardé un instant dans le vide. L’orphelinat, c’était un période très crue, pour nous deux. Mais ça aussi il l’ignore surement. Je veux prendre plaisir à le détruire, je rêve sincèrement de le voir prendre conscience du mal qu’il engendre dans le moindre de ces pas. Je me suis un peu penché pour le fixé bien droit dans les yeux. Lis en moi la vérité Nikolas. Tu ne peux plus le nier. Tu es le mal.

- Ne parle plus de l’orphelinat. Surtout devant Ange. C’était une période très difficile pour lui. Mais bien entendu tu l’ignores. C’est à ce demandé si tu le connais réellement. Et pour répondre à ta complainte puérile, tu ne peux pas l’aimé, car tu es néfastes. Son passé est tâcher et je refuse qu’il se souvienne de quelques chose à cause de toi. Il ne le veut pas. Et je ne veux pas que tu l’y force, par ton mode de vie ou autre.

Tu ne le connais pas. Et ça te fait mal. Et j’aime profondément te le remémoré. J’y passerais la moindre parcelle de ma vie s’il le faut. Je l’ai toisé de bas en haut. J’en avais dit juste assez pour semer en lui un doute étrange. Tu ignores de quoi je parle. Et je n’ai pas encore décidé si j’allais te le dire ou non. Après tout si Ange après que je connais une partie de son enfance, pas sûre qu’il le prenne très bien. J’ai sourie. Rho Nikolas, vraiment, tu ne sais rien. Je voulais lui porté le coup fatal, l’adrénaline pulsait en moi. Je venais d’identifier le doute que j’avais eu en entrant. Tu connais son vrai prénom Nikolas. C’est surprenant qu’il te l’ai dit, je l’admets. Je ne pensais pas qu’il voyait leur relation avec autant de sérieux. Et j’allais détruire ce seul petit truc que tu penses posséder. Mon sourire s’élargie. J’allais exploser de jubilation.

- Ilan et toi n’êtes pas faits pour être ensemble.

Je le sais depuis ma rupture avec lui. Cela fait partie des choses que j’ai pu voir sur Ange. J’admets que j’ignore une bonne partie de sa vie. Je n’en connais que la conclusion après tout. Mais ça au moins, on ne me le volera pas. Mon sourire s’était élargi à l’extrême. Je veux voir la tristesse sur sa sale face ! Même s’il dit s’en foutre, je n’en croirais pas un mot. Mais j’étais impatient de le voir feindre une indifférence pour cacher son mal.

Echec et mat.
Tu me diras si je dois changée un truc :)

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
I'm so grey
Revenir en haut Aller en bas
Nikolas Wood
Sex, drug, vanity
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 19/10/2016
Autres comptes : William O'CAHAN, Ethan WALKER, Conrad COOPER, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS.
Sex, drug, vanity
Mer 12 Avr - 10:40
Oh ta gueule du con.
#Golan
Ce sourire. Ses phrases. Tout ceci. Il disait ça dans l’optique d’être méchant, mais je savais que c’était la vérité je ne suis pas naïf. Il veut me faire du mal donc forcément, il disait les choses qui faisaient mal. Je l’ai regardé un moment, j’étais un peu déçu.
Angel avait donc couché avec Golan récemment ? Je ne pouvais pas tellement le blâmer, je le faisais aussi n’est-ce pas, mais il disait détester mon métier et il ose faire une telle chose ? J’étais tellement déçu, je ne sais pas… ça me blessait. Est-ce qu’Angel ressentait ça ? Est-ce qu’il ressentait ce sentiment quand il savait que je le faisais ? Je l’avais pourtant prévenu que si mon métier le dérangeait il devait me quitter, c’était dans les conditions que je lui avais énoncées. Je ne sais juste pas comment le prendre du coup. Je me sentais perdu, mais je n’étais pas tellement blessé.

J’allais donc réellement le détruire ? Haha, je sais ce qu’il dit est vrai après tout, j’ai tué ma mère, n’est-ce pas déjà une preuve ? Si normalement si, alors pourquoi je me suis lancé dans une telle relation ? Pourquoi je recommence. J’ai fermé les yeux pendant un moment en réfléchissant, je ne pouvais tout bonnement pas laisser Golan dire de telles choses. Il le connait mieux que moi normal non ? En quoi il se vante hein ? Il le connait tellement mieux. Je me suis relevé et je l’ai fixé et je lui ai tout simplement ri au nez. Oui oui je lui ai ri au nez.

Il était tellement con ce gars.
Il ne sait pas de quoi il parle. Il pense qu’il agit pour le bien être d’Angel ? Même pas en rêve il agit que pour son propre bien à lui. Je ne suis pas con à ce point, il me prend pour qui. Je me suis penché légèrement pour reprendre mon sérieux et je l’ai fixé comme je n’ai jamais fixé quelqu’un. OK, je crois que le manque de médicament se faisait vraiment se ressentir je ne me reconnais pas. Je suis un idiot complet, je me fous dans la merde tout seul.

« Ah ouais ? Tu as couché avec lui ? J’espère que tu aimes dans ce cas. Tu te vantes de bien le connaître et tu t’amuses à dire que je ne le connais pas ? Mec… Tu le connais depuis plus longtemps, si tu ne le connaissais pas ça me ferai peur tu sais. Je ne connais sans doute pas tout d’Angel, mais lui non plus ne sait pas tout de moi, on apprend juste à se connaitre pour le moment, tu me pardonneras pas de ne pas tout savoir, mais s’il ne veut pas me parler je ne le force pas, comparé à toi. Vu ta gueule, tu es parti loin n’est-ce pas ?»

Touché les points sensibles aussi. Il veut jouer jouons ? En réalité pour son visage je ne sais pas du tout ce qui est arrivé et en vrai je m’en fous totalement, chacun ses problèmes, lui il est juste un déchet dans mon cerveau, je le hais juste. Je ne peux pas l’apprécier même s’il est ami avec Angel.
Je me suis rassis, en jouant un peu avec mon verre. Normalement je dis à tout le monde de dégager, je me dis que je ne veux plus jamais voir Angel. Je veux qu’il dégage de ma vie, mais malheureusement tout ce que je pensais était, est-ce qu’il sait que son ami pense de telle chose ? pourquoi il a coché avec lui, alors qu’il fait son petit malheureux quand ce dernier lui fait un suçon dans le cou ? Ah ouais… ça se voit, couché avec quelqu’un ne se voit pas forcément suis-je bête. J’ai lâché un soupire.

« Si moi je ne suis pas fait pour être avec lui, toi c’est encore pire… Sinon il n’aurait pas choisi de sortir avec une pute comme moi, tu ne penses pas ? Je suis tellement néfaste ouhh. Quelle nouvelle, monsieur le psy pense m’apprendre quelque chose. Je le sais déjà. Mais du moment qu’Angel ne me dit rien, je ne crois personne, car malgré les apparences, je l’aime ; Outch pardon je suis néfaste je ne devrai pas dire que j’aime quelqu’un pardonne moi ma stupidité.»

J’ai dit ça en me tapant légèrement le front. Bah mince alors que dis-je ? Je suis amoureux, beh dit donc quel honte Nikolas, tu devrais mourir dans un coin. Non, mais sérieux il ne peut pas dégager ? J’aimerai pouvoir me reposer un peu avant de faire des courses et faire des repas pour qu’Angel reprenne un peu de poids, car bon hein je ne suis pas aveugle, puis je dois faire attention à ce qu’il dorme un peu.
Angel ne lui a toujours rien dit et ça s’entend dans ses paroles. Il ne veut pas qu’il se souvienne à cause de moi ? mais je n’ai rien fait. Pff, bientôt on va m’accuser de la mort de Master.

« Je ne sais pas si tu te rends compte, mais tu essayes d’être méchant en disant la vérité n’est-ce pas ? Mais je suis désolé… Mais je m’en balance, tout ce que tu dis je le sais déjà, donc en fait, tout ce que tu essayes de faire est tellement… inutile. Tu me fatigues plus qu’autre chose, au lieu de me défoncer la porte si tu étais un véritable ami tu serais en train de lui changer les idées, lui faire à manger. Tu ne serais pas en train d’emmerder le truc qui lui sert de petit-ami. Es-tu idiot ? Si tu veux remonter dans ses sentiments, ce n’est pas comme ça que tu vas y arriver. »

Je suis vraiment en train de lui dire ce qu’il doit faire pour qu’Angel l’aime de nouveau ? Mais bon dieu, suis-je bête à ce point, il le faut croire, j’ai pris mon verre dans mes mains, je me suis levé pour le foutre dans l’évier, mais tout ce qui est arrivé est qu’il est tombé par terre, ma main l’ayant tout simplement lâché. Bah mince… Ce n’était pas bon ça. J’ai haussé les épaules et je suis retourné m’asseoir, mais cette fois sur le canapé. Je ne vais plus bougé, c’est plus sûr.

« Si tu pouvais tout simplement partir... Me laisser un peu seul tu permets, je sais que tu en tires une jouissance pas possible à me voir dans un état pareil, mais même Angel ne le voit pas ça. »

Mais chut Nikolas, juste chut. Tais toi, ne dis plus rien il s’en fout de ta vie en plus, toi-même tu t’en fous de ta life donc chut. J’ai finalement juste fait un petit signe de main. Je ne sais pas ; qu’il fasse ce qu’il veut je m’en fiche.


© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 17/03/2017
Autres comptes : Angel Argawagen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Mer 12 Avr - 21:53
Son rire me mit sur la vois. Ce n’était pas une réaction normale et logique, même pour un mec super étrange. J’ai froncé les sourcils interloqué. Il avait beau me fixé de cette façon, je n’avais en rien l’air d’être intimidé, la curiosité avait remplacé tous les autres sentiments, je l’admets. Il ne réagit pas comme d’habitude, c’est étrange. Je savais qu’il était malade, physiquement. Mais j’ignore tout du reste, j’étais donc en plein raisonnement quand il reprit la parole. Sa phrase réussie à me remettre en colère et j’ai machinalement porté ma main sur mon visage. Foutus Menthanel de merde, il se sentait obligé avec ces remarques désobligeante sur le physique ! C’était gratuit et méchant. Et surtout, ce n’était pas dans ses habitudes. Pour le peu que je sais de lui, il est plus du genre à fuir les problèmes qu’à les prendre de face. Tout ça me confirmait que quelques choses clochaient. Il soupira avant de reprendre, cette fois j’essaye de faire surtout attention à l’intonation de sa voix, plus qu’à ces mots en eux même. J’ai même souries sur ces derniers. Ha oui, là pour en venir à me conseiller il devait y avoir anguille sous roche, pas moyen. J’ai regretté de ne rien avoir pour prendre des notes et j’ai essayé de m’imprégné de sa voix et de ces intonations. J’étais complètement occupé à le psychanalysé.


Déformation professionnel ou non, je ne m’en sentais qu’à demi honteux. Après tout il est dans ma nature de vouloir comprendre les gens, tout cela poussé par ma curiosité naturel. Je te tiens, Nikolas. Il se leva et mon regards accompagna sous déplacement jusqu’à ce qu’il lâche son verre. Okay, cette fois je suis bel et bien fixé. Je me suis doucement levé tant dis qu’il rejoignit son canapé boudeur. C’était franchement risible. J’ai ramassé le verre, enfin ce qu’il en restait et j’ai posé le tout sur son plan de travail. Je n’avais pas envie de perdre un morceau d’oreille à cause de ce débile profond. Je me suis ensuite approche de lui et je me suis baissé pour lui prendre le visage et le fixé attentivement. Au cours de mes études j’ai été amené à côtoie de très près le monde de la médecine toute pure. Et même si j’ignore quel mal le ronge, il ne va sans doute qu’un traitement lui ai donné. J’ai froncé les sourcils. Je n’aime pas les personnes qui prenne leurs santés à la léger. J’ai soupiré en reculant, parcourant la pièce du regard, une main dans les cheveux. Il m’exaspère.

- Ils sont où tes médicaments ? Non, parce que je n’ai pas envie d’essuyer ta petite crise de psychose encore longtemps, donc bon. Si on pouvait parler entre personne saine d’esprit.

J’ai regardé sa porte. Oui bon sain d’esprit n’est peut-être pas le qualificatif premier que l’on peut m’offrir. Mais bon, passons ce détail. Je n’avais pas envie de fouillé tout son appartement, miteux en plus, pour chercher ces plaquettes de médicaments. S’il pouvait donc arrêter d’être buté juste deux secondes et me dire où c’était, je serais largement plus avancer. Toute fois j’ai fini par distinguer quelques choses sur son plan de cuisine. Ha il avait dû préparer son traitement et mon entré l’aura interrompu. Crétin sérieux, j’ai levé les yeux au ciel. Il pouvait finir de se soigné, j’aurais attendus hein. Oui, oui je vous assure que j’aurais pris patience ! Je me suis donc approché, pour en lire les noms et j’ai posé ce qui me semblait être la bonne dose avant de lui foutre dans les mains avec un verre d’eau et de m’asseoir posément en face de lui. Bha quoi, je reste médecin hein merde !

- Idiot, tu ne sais pas te soigné tout seul ? Te faut une infirmière perso’ ? S’tu m’avais dit que tu étais occupé, en sachant, la teneur, j’aurais pris patience. J’suis médecin je te rappel du con.

Je me suis ensuite penché pour lui offrir le même regard que lui précédemment. Je vous l’ai dit, je prends très souvent les mimiques des autres à mon avantage. On appelle ça, le désire de l’adaptation parfaite et j’avoue être en plein dedans.

- Et ne parle plus jamais de mon visage, compris ? Ce genre de chose ne te regarde vraiment pas.

J’étais en colère qu’il ait parlé de cette foutus marque. Il est vrai que j’aborde souvent avec une presque fierté, sans pour autant en être moins honteux. J’avais merdé ce jour-là et je ne saurais jamais à quel point. Mais visiblement Ange était plus fort que moi. Sans doute son absence de peur. Aller savoir.

Tu me diras si je dois changée un truc :)

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
I'm so grey
Revenir en haut Aller en bas
Nikolas Wood
Sex, drug, vanity
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 19/10/2016
Autres comptes : William O'CAHAN, Ethan WALKER, Conrad COOPER, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS.
Sex, drug, vanity
Jeu 13 Avr - 11:07
Oh ta gueule du con.
#Golan
Je ne sais pas pourquoi, mais j’observai Golan, tout ce qu’il faisait je le regardai comme si un de ses gestes allaient le trahir, cependant il semblait plus intrigué d’un coup qu’autre chose, il a même ramassé le verre cassé, si seulement il pouvait réparer ma porte il serait bien gentil, on peut tout voire maintenant, mais je ne veux pas qu’on puisse voir chez moi, c’était privée, personne ne pouvait entrer sauf lui. Sauf Angel. Ilan. Je me doute bien qu’il ne va pas venir tout de suite, mais j’aurai bien aimé, juste un peu. Juste une fois que je me dise qu’il a assez confiance pour venir chez moi sans tomber sur quelque chose qui pourrait le rendre triste, c’est tout ce que je voulais.

Il est ensuite venu vers moi et il m’a pris mon visage, me fixant. Il me voulait quoi tout d’un coup lui ? Mes médicaments ? Qu’est-ce qu’il m’embêtait avec ça, il est venu m’emmerder, il a cru que j’allais prendre mes médicaments ? Il est con ou il est con celui-là ? Des personnes saines d’esprit ? Il a vu ma porte était-ce digne d’une personne saine d’esprit ça ? Je ne pense pas non.

Il est allé dans ma cuisine, il voulait sans doute mes médicaments, mais moi je ne voulais pas qu’il touche à ça, c’était à moi et non à lui, il ne pouvait pas me forcer quand il me dit qu’il aurait attendu avant de me parler, j’ai balancé mes médicaments, j’étais en colère cette fois-ci. Il est sérieux ce petit con ? Il pense qu’il peut me dire ça comme ça ? Puis je me fiche bien de sa putain de cicatrice bordel de merde, je voulais juste le frapper là maintenant, mais je me suis retenu, je ne peux pas faire ça Ilan allait me faire la gueule après, il faut juste que je sois gentil, je dois trouver quelque chose de logique, je sais je n’agis pas comme d’habitude, mais ce n’était pas pour autant qu’il devait me traiter comme un malade... Je sais que je le suis.

« Je te hais toi et ta bonne santé, tu le sais ça ? Toi au moins tu peux faire ce que tu veux sans te demander si tu as oublié tes médicaments le matin, tu n’es pas obligé de dire « Attends Angel je dois prendre mes médicaments », tu n’es pas obligé d’aller à des rendez-vous à l’hôpital. Donc monsieur qui me prend en pitié en disant qu‘il aurait attendu… Bah j’aurai aimé que tu ne viennes pas du tout. »

Je me suis levé et j’ai pris le verre pour de nouveau le mettre dans la cuisine, je ne voulais pas prendre mes putains de médocs en sa présence. Médecin ? il se prend pour un médecin, le petit psy de rien du tout. Je suis fâché. Je suis réellement fâché et il ne le sait pas à quel point, depuis tantôt il dit que des choses que je sais déjà, des choses que je ne veux pas tout le temps entendre, car je suis déjà au courant de tout ceci, ce n’est pas nouveau. Il pensait réellement qu’il servait à quelque chose ? Loin de là il est juste inutile.

« Puis je m’en branle de ta tronche, je faisais juste ce que tu fais toucher les points sensibles de l’autre, si tu penses être le seul à savoir-faire ça, sache que tu te goures. »

Je suis revenu récupéré mes médocs, il ne m’avait pas donné la bonne quantité de toute façon, puis j’ai tout trié tranquillement et j’ai fixé ces petites gélules une à une. Est-ce si bien que ça de vous prendre ? Au final à part retardé l’inévitable, vous ne servez à rien. J’ai soupiré et j’ai finalement pris mes médicaments, je commençais à trembler, c’était chiant et inutile. Je me suis tourné ensuite et j’ai regardé Golan.

« Tu veux parler de quoi encore d’ailleurs ? J’ai compris ce que tu voulais et que tu me détestais, car je vais sans doute faire du mal à Angel, c’est bon j’ai compris, tu veux quoi encore ? Dire que l’incendie du coin c’est ma faute, car je suis passé devant le bâtiment ? Tu attends quoi au juste hein ? Que je te dise oui tu as raison ? TU veux que je te dise « oui je te laisse Angel » ? Si c’est ce que tu veux entendre, bah je te le dis et casse-toi maintenant. J’ai une porte à réparer moi. »

J’ai soupiré de ouf. Je me suis demandé pendant un instant comment j’allais réparer ça, je pouvais sans doute demander à mon voisin de m’aider non ? Je pense que oui. Je ne sais pas juste quand. Je suis revenu vers ma porte et je l’ai regardé. Est-ce que je pouvais réellement dire que j’allais laisser Angel ? Non je ne peux pas faire ça, ce n’est certainement pas ce que je voulais.

« Je suis désolé, mais non. Je ne peux pas. Je ne peux pas te dire que je vais te laisser retourner auprès d’Angel, tu peux rester son ami, mais s’il te plait ne me demande pas de te le laisser, car tu penses que je ne suis pas digne d’être avec lui »

Je me suis passé une main sur le visage, oui je ne pouvais tout bonnement pas le laisser tout seul, alors qu’il s’était confier à moi. Je sais son prénom, je sais ce qu’il a fait à son frère, je sais des choses que personne ne sait pour le moment, je ne veux pas l’abandonner dans un moment pareil.

Je suis désolé Golan, mais je ne céderai pas à tes menaces à deux balles, tu perds ton temps, tu vas juste perdre.
Je ne te laisserai jamais Angel, car je l’aime et ce n’est pas un petit con comme toi qui va m’empêcher de l’aimer et de rester avec lui. Est-ce qu’il a conscience que si Angel était là, il aurait tout perdu amitié, amour, il aurait perdu son Ange, est-ce qu’il en a conscience ou pas du tout ? Je pense que non, sinon il ne serait pas venu non ? Je ne sais pas du tout haha.


© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 17/03/2017
Autres comptes : Angel Argawagen - Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Lun 17 Avr - 16:54
Rien à faire je le déteste de plus en plus, je sens la rage et la colère bouillir en une masse noir et dégoulinante. Je n’aime pas ça, il me pousse dans mes retranchements sans ce douté que le danger est réel pour lui. Idiot. Avec mon métier j’ai appris a attisé cette colère qui me ronge, pourtant face à lui je perds tous mes repères professionnelle, me laissant aller à des pulsions toute simples. Chacun de ces mots me laissait sur cette grimace faciale. Idiot. Sa jalousie est stupide, c’est lui qui sort avec Ange, non ? C’est moi et uniquement moi qui devrait être jaloux et je n’ai même pas la bêtise de m’abaisser à ça. Je ne fais que m’assuré que mon ami est entre de bonnes mains. Et ce n’est vraiment pas le cas. Chacune de mes tentatives pour lui faire comprendre, ma gentillesse, ma vacuité, mes gestes et même mes conseils ! Il avait tout nié de bloc. Stupide. Il n’était dévoré que par un sentiment injustifié d’envie. Il ne prenait même pas ces médicaments, crétin de débile. J’ai pas les mots pour exprimer ce sentiments qui me dévore de plus en plus, celui qui assombrie les pièces comme mon regards. Cette chose qui rampe en moi. Est-ce que j’ai peur ? Sans doute plus pour Ange que pour lui. Il fait tout de travers, il va le blesser. Et je m’en sens coupable.

Il était sur la défensif de façon complètement puéril, il cherche quoi là ? A prouver qu’il vaut mieux que moi ? Bingo gars c’est avec toi qu’il sort ! Je veux juste que tu t’en montre digne. J4ai levé les yeux au ciel essayant de combattre mes ombres intérieures. Il prit ces médicaments et me dépita à nouveau une horde de mots dénuée de sens. Il est idiot, je ne pourrais jamais plus le nier. Se fourvoyant sur mes attentions, sur mes mots, sur mes gestes. Sans doute que ça l’arrange de pensé ça, j’endosse si bien le rôle du méchant ? Il faut croire. Dans ce cas je devrais vraiment être méchant, non ? J’ai serré la mâchoire, non je ne dois pas penser comme ça, surtout. Ces affronts précédant me revenaient en tête, achevalé sur ces affronts présents. Il me colle un rôle que je n’aime pas du tout. Je ne lui ai jamais demandé de me laisser Ange. Car cela blesserait ce dernier. Et cela me tue. Je n’arrive plus à raisonné dans une logique plus calme et neutre, mes sentiments prennent le pas sur mes mots.

Mon corps se raidit et je me suis levé poussé par un sentiment bien trop fort pour que je ne puisse le contrôler. Tu veux que je sois le méchant Nikolas ? Pas de soucis. Tu penses que je vaux mieux que toi ? Je le pense aussi. Je ne veux aucunement que » tu me laisses Ange, mais je refuse de te laisser le détruire à petit feu. Chacun de tes mots me confirment le mal que tu vas lui faire ! J’ai sourie, d’un sale sourire. Pire que celui que je peux emprunter à mon jeun ami médecin. J’ai empoigné Nikolas, m’agenouillant d’une jambe presque sur lui. Il s’en fou de toute façon, pauvre pute camé qu’il est. J’avais un regard et un visage très neutre en l’instant, mes pupilles simplement planté dans les siennes. Pleins de chose t’effraye n’est-ce pas Nikolas ? Le noir qui nous englobe petit à petit va t’aider à faire remonter tout ça, qu’en penses-tu ? Si on te brisait une bonne fois pour toute ? Je peux voir ta mère, je peux voir ces hommes. Je peux tout voir Nikolas. Je suis en toi. J’ai pris une inspiration, qui ne présageait rien de bon, quand une main me tira en arrière, brisant ma concentration. Que-quoi ? Mon regard laissé partir les ombres et le rouge de mes yeux reprirent un semblant de vie et d’émotion.

- Putain Ange, je suis occupé ça ce vois pas ?

Il n’a pas peur de moi, c’est une chose qui m’a toujours séduit et c’est surement ce qui l’a sauvé. Il ne connait pas ces peurs profondes, il est comme un mur face à moi. Son regard était mi- fâcher mi- exaspéré. Comment tu es arrivées jusqu’à moi, hein ? C’est ce putain de médecin qui a tout crasher j’en suis sûre. Secret médical de mes couilles, je sais qu’il raconte tout à son ami, qui dans sa fois héroïque aura été prévenir Ange. Putain de journée. J’ai lâché Nikolas et je me suis relevé en un soupire, passant une main dans mes cheveux. La lumière, les ombres son partie. Tant mieux. Un petit silence envahis les lieux. Pourquoi faut-il toujours que tu sois là ? C’est ta vengeance pour mon interruption de l’autre jour ? Il leva un sourcil et tiqua de la langue. Je l’énerve, mais il sait que c’est une mauvaise idée de le montré clairement. Il s’approche donc simplement de Nikolas. Rho ça va je l’ai pas cassé il a rien ton chéri. J’ai à mon tour tiqué de la langue ce qui lui fait baisser les oreilles. Ne me lance pas ce regards, ça va j’ai compris !

Il se décolla finalement de Nikolas, non sans lui avoir demandé s’il allait bien. Pff, une vraie mère poule. Et il vint ce colla face à moi, tapant de la queue, les poings visés sur les hanches. J’ai levé les mains, je ne suis pas du genre à vouloir le défier. Surtout en sa position. J’vais le cassé, après. Je vais avoir droit à un sermon, je le sais. Mais il ne le fera pas devant Nikolas, et ça m’en réjouie. Lui et moi on a une façon bien à nous de régler nos soucis. C’est pour ça que notre amitié perdre. Et j’espère que ça fait chier Nikolas. J’ai donc sourie à Ange quand il pointa la porte du doigt. L’air de dire, t’es gentil tu sors. Je sais que sa colère est réel, mais plus que ça je l’intrigue. Tu veux d’abords savoir pourquoi je suis là, hein Ange ? C’est pour ça que tu es si calme, je le sais. Je le sens, tu as peur qu’il me soit arrivé quelques choses. Je trouve ça touchant et ça me fait sourire un peu plus. Je suis donc venus lui ébouriffer les cheveux, j’ai fixé très méchamment Nikolas et je suis sorti. Je sais que je dois l’attendre, sinon il va me faire un deuxième trous de .. De nez.


Tu me diras si je dois changée un truc :)

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
I'm so grey
Revenir en haut Aller en bas
Nikolas Wood
Sex, drug, vanity
avatar
Messages : 83
Date d'inscription : 19/10/2016
Autres comptes : William O'CAHAN, Ethan WALKER, Conrad COOPER, April HAWKINS, Jakob B. COLLINS.
Sex, drug, vanity
Lun 17 Avr - 21:45
Oh ta gueule du con.
#Golan
Il était mauvais.
Pendant un instant j’ai cru qu’il aurait pu montrer son intelligence après tout il est psychologue... Il devrait piger plus vite que la norme, cependant ça ne semblait pas être le cas. Il est donc tout aussi inutile que les autres, bien dommage pour lui. Je ne savais pas quoi faire et quand il se leva, qu’il s’approche je me suis rappelé cet homme. Cet homme si dangereux qui avait détruit l’existence de ma maman. Il était comme lui. J’aurai voulu reculer, mais dans mon état actuel ce n’était pas possible. Rien de tout ceci n’était possible je suis désolé Angel, je ne peux même pas tenir tête à ton ex. Mais pourquoi tu n’es pas là ? Ne le sens-tu pas qu’il était méchant ? Je ne sais pas.

Tout était noir d’un coup, il me faisait mal, j’étais plus que sensible quand mes médicaments ne faisaient pas tout de suite effet, un effleurement peut me faire mal, mais ça ne me fait pas peur, non loin de là. Il lisait dans mes peurs je ne suis pas bête et je dois avouer que je n’aimais pas. Je le fixais droit dans les yeux, en sentant la peur monter, mais sans vraiment le montrer ne lui donne pas cette joie Nikolas, ne lui donne pas cette putain de joie. Il n’est pas digne. Il est inutile ne l’oublie jamais. Inutile. Sans intérêt.
Puis là tout s’arrêta. Tout semblait aller mieux et je ne sais pas d’où ça venait. J’ai vu Angel. Je me suis laissé tomber au sol ; Angel était venu que faisait-il là ? J’avais la nette impression que ce n’était pas pour moi qu’il était là… Bah oui pourquoi serait-il venu me voir hein, il n’était pas venu depuis pourquoi maintenant hein ? Ça serait trop beau. Il me parlait, mais je ne l’écoutais pas, je regardais juste tous les gestes qui se faisaient entre eux.

Ils étaient proche.
J’étais jaloux.
Je me sentais mal.

J’ai vu Golan partir, sans doute allaient-ils s’attendre, est-ce que je suis parano ? Non bien sûr que non, c’était juste une évidence, ça coulait de source. J’ai fixé Angel un moment, puis ma porte, je ne pouvais tout simplement pas accepter ça.
Ce regard, ce moment. Je ne peux pas accepter une telle situation, je n’ai pas envie. Ce n’était pas tenable, ce n’était pas ce que je voulais. Je me suis relevé et j’ai fixé le dos d’ilan. Ah oui il est vrai que tout m’est interdit. Je sais que je ne pourrai jamais le connaitre comme Golan le connait, je ne pourrai jamais faire ce qu’il faisait avec lui. J’ai bien compris, je n’étais que « l’amant » je n’étais pas réellement « le petit-copain », n’est-ce pas hein ? Je n’étais pas ça. Je me suis passé une main dans les cheveux. J’ai simplement tiré Angel en dehors de mon appartement et j’ai secoué la tête.

« Pars s’il te plait, je ne veux voir plus personne… Désolé. »

J’aurai pu faire passer Golan pour un connard, il est vrai, mais cela ne me mènera à rien n’est-ce pas ? Il sait comment gagner je le sais bien. Haha et je n’ai pas la force de faire le connard non sérieusement je n’ai pas la force de faire une telle chose.
Ce n’est pas comme si je le voulais en plus. Je me demande ce que je pouvais faire en plus. J’ai juste
regardé Angel une dernière fois et j’ai fermé ma porte qui ne fermait plus vraiment. Je me suis adossé à cette dernière et j’ai croisé les bras après avoir rapproché mes jambes de mon torse. Maman pourquoi tu me regardes comme ça ? Tu sais j’ai pris mes médicaments… Je suis un grand. N’est-ce pas ?

Quelle moche journée, Golan… Je te hais. Ilan je suis tellement désolé. Maman, tu vas disparaitre sous peu… Tu veux bien rester avec moi ? Oui oui juste un peu après je te laisse promis maman… Haha.


© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pavlina Wood
» Partenaire avec Silver Wood ?
» Griffith Wood
» CAMILLE MELANIE PARKER ► evan rachel wood.
» Revenge Kill

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Capitale :: Les quartiers résidentiels :: Quartier Sud. :: L'appartement de la prostituée ♥ ◄► Nikolas WODD-
Sauter vers: