Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Hunger [Johnny]

 :: Alentours :: Entrepôts abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 31/01/2017
Vimentel
Sam 11 Mar - 4:05





Hunger


Do you remember how many loaves of bread you have eaten in your life?

/////////////////////////////////////////////


Silence. C'était ce qui régnait en maître sur la zone cette nuit. Pas le simple silence de l'absence de bruits communs, non. Le vrai silence. Pas de bruits d'insectes, pas de bruits distants de la mégapole qui n'était pourtant pas bien loin, pas d'animaux au loin. Pas même le vent. Rien ne bougeait. Ce silence était l'original, le primal, celui que l'on entend dans l'espace. Il donne l'impression d'être une entité omniprésente qui recouvre le quartier comme un voile, épais et sirupeux, qui s'enfonce de force dans vols oreilles comme si c'eut été du coton. Certains diraient qu'une telle ambiance est paisible... mais c'est qu'ils n'ont jamais connu ce réel silence qui est causé par quelque chose qui prend très, très, très soin de ne faire absolument aucun son et de tout autour qui fait autant attention pour ne pas bouger un seul muscle. Ce silence lourd et dangereux, déstabilisant, qui éveille les instincts de survie les plus profondément enfouis dans le subconscient humain et qui fait remonter la pensée suivante à la surface: « je suis en danger ».


L'écho de pas, de course, sur le sol en béton du secteur industriel abandonné qui déchire et chasse le silence comme un coup de tonnerre. L'écho devient un bruit, le bruit devient un son. Une respiration accélérée, sans rythme, la lumière erratique d'une lampe de poche qui se fait dandiner dans tous les sens et voilà qu'un jeune homme saute la clôture dans un bruyant tintement métallique et se met a courir dans le labyrinthe d'entrepôts, ses chaussures de sport produisant un son sec qui se répète à l'infini entre les bâtiments vides. Quelques minutes plus tard, un second carillon indique qu'au moins une autre personne a violé le périmètre en décidant d'escalader le grillage autour du quartier désaffecté. Le son des pas a un rythme différent. Le premier était une proie, le deuxième un chasseur. Au loin, un grognement guttural que personne n'entend indique qu'un troisième joueur s'est joint à la partie.


Le jeune homme est horrifié. Il a cru qu'il sèmerait ses poursuivants en venant ici, que personne n'oserait le suivre, surtout avec les stupides rumeurs qui courent depuis quelques semaines disant qu'un monstre se terre dans le coin. Pffff. Un monstre. Quand on se coltine des Mëntanel, des Dïstoriels et des Nightëels tous les jours, même les humains n'ont plus peur de rien. Dans ce cas pourquoi il a cru que ses poursuivants abandonneraient la chasse si lui, le chassé, n'avait pas peur? Parce qu'il n'est pas très futé... il fait même honte au titre de Galaïel. Le bout de son nez remue et la bille noire qui lui sert d’œil tourne dans son orbite alors qu'il prend un virage un peu trop sec et percute un vieux panneau en tôle qui retentit comme un gong à travers le territoire désert. Il se prend le museau à deux mains et sautille sur place, tentant de ne pas crier de douleur, reprend sa lampe de poche et il se remet en course, sa queue de rat le suivant de près.


Il entre dans un bâtiment et se colle contre le mur et écoute. Il n'entend rien. Les minutes passent et le silence demeure. Il souffle, il les a semé. Il s’assoit et renifle, réalisant qu'il saigne du nez depuis son impact avec la pancarte. Avec sa lampe de poche, il regarde le sol pour constater qu'il a laissé une traînée de goûtes de sang tout au long de sa course. Il murmure un juron et s’apprête à reprendre sa course quand il entend le bruit d'une pierre qui bouge contre le sol. Il pointe sa lampe de poche vers le bruit mais ne voit que la pointe d'une queue disparaître vers la gauche. D'un mouvement sec il pointe la lampe vers la gauche en dégainant un pistolet et voit la même chose qui fuit vers la droite. Répétition de l'action dans la direction inverse en pointant le pistolet vers la noirceur. Cette fois il voit ce qui a causé le bruit. 


Au fond de la salle gît un tas d'os empilés. Surtout des animaux mais çà et là des crânes humains. Tous les os sont bien blancs, propres mais tous semblent... rongés... Un grognement lui fait pointer la lumière vers une immense gueule ouverte, encerclée de dents acérées qui n'est en fait qu'à quelques centimètres de lui. La lampe tombe au sol et sur le mur nous pouvons voir l'ombre d'une forme humanoïde se faire jeter au sol, reculer en rampant avant de se faire bondir dessus par une immense forme reptilienne, gueule ouverte. Les hurlements qui accompagnent la scène s'arrêtent brusquement après un bruit sec, sonore et organique symbolisant un cou brisé. Un rugissement retentit dans le secteur industriel alors que les piles de la lampe de poche meurent et que des sons de chair qui se déchire commencent à remplir le silence subséquent.

 

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Johnny
Still alive after all
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 24/06/2016
Still alive after all
Sam 11 Mar - 4:23
the many shapes of fear
À peine quelques minutes plus tôt, une jeune femme à la chevelure rouge attendait près d'un bâtiment, essayant de se réchauffer en se maudissant d'avoir oublié ses gants. La nuit était tout particulièrement sombre, la lune et les étoiles étant cachées par des nuages à l'allure menaçante. Dire que pour la pauvre Paprika, sa journée commençait à peine : il n'était que minuit. Il lui restait encore quatre heures de travail. Elle voulut soupirer, mais elle détecta un mouvement du coin de l'œil et y porta immédiatement son attention. Son regard se porta sur un jeune homme assez petit, le visage couvert par une capuche, seul signe véritablement distinctif étant cette queue de rat qui bougeait nerveusement. Paprika l'observa en silence, se demandant ce qu'il voulait. Quelques secondes passèrent avant qu'il ne se mette à parler d'une voix aiguë :

- Paprika, c'est ça ?

La concernée fronça les sourcils. Trop méfiante, elle préféra mentir.

- Quel genre de personne de nos jours s'appelle Paprika ? Va déranger quelqu'un d'autre, gamin.

Au lieu d'écouter sagement son conseil, l'inconnu s'approcha d'elle. Tous ses muscles se tendirent, prêts à agir, surtout lorsqu'elle vit les yeux du jeune homme. Noirs. Impossibles à déchiffrer. Elle devait se fier aux autres traits de son visage, ce qui rendait la tâche un peu plus longue. Elle n'avait pas le temps. Plus ça allait, plus ce gamin représentait une menace.

- Le chef d'équipe a donné une description qui te représente très bien et il a dit… « Si vous la voyez, faites ce qu'on s'est dit. » Tu dois bien savoir de quoi je parle, hein ? TRAÎTRESSE !

Paprika sentit une lame se poser sur sa gorge. Elle cessa tout geste brusque qu'elle voulait entamer. Pour le moment, elle était coincée entre un mur et un agresseur avec un couteau beaucoup trop proche de sa gorge et de l'adrénaline à profusion. Elle devait attendre…

- Tuer à vue ! C"est les ordres ! Hahahahaha… Taylor me donnera sûrement une superbe position quand je lui ramènerai ta tête !

L'exact bon moment…

- Tu croyais vraiment qu'on te laisserait rejoindre l'ennemi sans broncher ? IDIOTE !

Pour agir....

- Mais juste avant, tu vas répondre à une question… Où est…

Il cessa soudainement de parler, sentant quelque chose de froid sur sa tempe. Il se figea en entendant le cliquetis familier d'un cran de sécurité abaissé. De dominant, sa position s'était vite modifiée pour celle d'un soumis. Il tourna très lentement la tête pour identifier le propriétaire du fusil. À sa vue, ses yeux s'écarquillèrent.

- Ici.

Johnny ricana, un grand sourire aux lèvres, en parfait contrôle de ses mouvements.

- J'ai cru entendre quelque chose de stupide, comme quoi Taylor... te donnerait une belle position. Je t'en prie, dis-moi que j'ai imaginé ça.

- Johnny… Pas dans mon visage, s'il te plaît…

- Chochotte.

La leader des Family Undead poussa le jeune homme du pied tout en le gardant en joue, question de ne pas faire exploser son cerveau sur son bras-droit, maintenant libre de ses mouvements. Pour le petit membre des Poison Angels, la situation avait vite pris une tournure différente. Désavantageuse et surtout extrêmement dangereuse. Il savait très bien ce qui l'attendait s'il ne se bougeait pas…

- Dis-moi… Depuis quand Taylor engage des-

Il fit volte-face et prit la fuite dans une ruelle. Johnny se mit immédiatement à le poursuivre, ignorant les protestations de Paprika, fonçant en conservant un bon rythme, constant mais endurant, alors que sa proie essayait de fuir le plus rapidement possible, manquant de manger le sol plusieurs fois, s'arrêtant pour créer des obstacles qu'elle franchissait en quelques bons. Plus ça allait, plus elle gagnait du terrain et plus l'ennemi paniquait. Lorsqu'il prit l'initiative de tenter de la semer à travers les entrepôts, par contre, Johnny dû y mettre plus d'efforts : les couloirs étaient nombreux et étroits, souvent courts et il était très facile de s'y perdre si on ne se fiait pas au son de pas… d'une collision apparemment assez forte contre quelque chose… de la respiration et des grognements… Johnny s'arrêta un moment, suivant les gouttes de sang frais au sol avant d'entendre un coup de feu (qui la fit sauter de plusieurs centimètres et rater un battement de cœur), des cris et…

Johnny fronça les sourcils et reprit sa propre arme à feu, bougeant rapidement, mais sans bruit en suivant les bruits et en essayant de s'imaginer ce qu'il pouvait bien se passer au bout du couloir. Elle s'arrêta à la porte d'un entrepôt, là d'où venaient les sons, attendit quelques secondes et finit par sortir de sa cachette, fusil pointé directement sur la masse qui lui faisait face. La masse… humanoïde… qui…

- Oh… My… God...

Johnny baissa son arme en mettant une de ses mains devant sa bouche avec un regard quasi outré. Elle allait être malade. Oh merde. Le pauvre type n'était… Hum… Plus de ce monde, oui, c'était le cas de le dire. Qu'est-ce qu'il restait ? Elle voyait une queue et un bras à moitié terminé… Beaucoup de résidus…. Et l'odeur ! Abominable ! Et la créature qui s'occupait de faire le ménage ? Tout aussi abominable. Enfin, qu'est-ce que c'était que cette chose ? Découragée, Johnny regardait, impuissante, le désastre qui se passait devant elle. Et la seule chose qu'elle trouva à dire fut :

- Il était à moi ! J'avais des questions !

Aux aguets, elle restait au pas de la porte, détaillant la créature avec un regard à la fois bouleversé et énervé. Mine de rien, ce rat aurait pu lui être très utile… et lui servir d'un excellent punching bag. Mais maintenant, ce qui prenait son entière concentration, c'était le mastodonte tapis dans l'ombre.

- Qu'est-ce que tu es ?
© ASHLING POUR EPICODE


 

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 31/01/2017
Vimentel
Dim 19 Mar - 3:45





Hunger


Do you remember how many loaves of bread you have eaten in your life?

/////////////////////////////////////////////

Un deuxième intrus. Plutôt une intruse cette fois. Deux reniflements sonores se firent entendre dans l’entrepôt sombre, seulement illuminé par les lumières extérieures qui entraient par l'entrée, découpant la silhouette de la nouvelle arrivante. Un craquement, un bruit liquide, un grognement. La forme qui se tapis dans l'ombre bouge, lentement, se déplie de sa position accroupie, n'en finit pas de monter, se retourne lentement et entre dans la lumière.


Ses pieds sont les premiers à apparaître, sales, couverts de boue. Des pantalons déchirés et boueux eux aussi montent jusqu'à un torse large, musclé, bien découpé et recouvert de sang. Le visage, masculin, solide et sérieux, considéré beau par les standards courants, recouverts de sang et couronné d'une épaisse masse de cheveux blonds en bataille. Les iris verts, presque brillants, ne quittant pas la jeune femme une seconde. L'homme mâche quelque chose, semble confus une seconde et crache quelque chose qui rebondit sonorement sur le sol bétonné. Dans sa main droite il tient...


Un radius brisé. Un os d'avant bras qui est aussi accompagné de l'avant bras en lui même, incluant la main gauche. Une belle grosse marque de bouchée visible dans la section en bordure de l'os. De sa main libre, le titan retire les cheveux collés par l'hémoglobine contre son visage et tourne la tête, ça et là, en observant la jeune femme, calmement. Il porte un sourire qui se voudrait séduisant sans l'aura de sang humide qui entoure ses lèvres et son menton.


« Pour être franc, c'est entrée dans mon territoire donc c'est devenu ma proie. »


Nonchalamment, le titan porta le morceau de... viande... à ses lèvres et prit une autre bouchée de la chair de l'homme-rat qui retentit fortement avec un son organique dégouttant. Il mâcha quelques fois et finit par cracher la masse écarlate dans les ténèbres suivit de près par les restes du bras.


« Ça goûte la saleté, la drogue, la mauvaise nourriture et surtout, la peur. Mais pas la peur de moi. Ça avait peur de quelque chose d'autre avant d'arriver ici... Je l'ai sentit avant même qu'il passe la clôture, tellement ça empestait la peur... »


Il huma l'air comme un animal et sourit à nouveau avec son sourire qui se voudrait attirant sans les traces de meurtres sur son visage. Il étendit les bras et approcha lentement, la différence de taille se devenant de plus en plus évidente mais il ne démontrait aucune trace de menace.


« Toi par contre. Tu sens la rage. La force.  L'hésitation. Un soupçon de regret... mais pas la peur. Délicieux. »


Il se courba légèrement vers l'avant. Sa peau se craquelant peu a peu partout sur son corps, s’effritant lentement pour laisser voir une masse noire derrière. Ses joues laissant la place à une rangée de dents acérées. La queue, caché par le corps, frappa la sol lourdement et un grognement, guttural, primitif et affamé résonna dans l'entrepôt vide.


« Je suis le maître de ce terrain de chasse... et tu es ma nouvelle proie. »

 

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Johnny
Still alive after all
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 24/06/2016
Still alive after all
Mar 4 Avr - 4:32
bloodbath it's gonna be
Johnny fronça les sourcils, tous ses muscles se tendirent sous la menace. Si elle avait bien appris une chose importante après chaque combat à mort, une leçon qu’elle se disait chaque fois qu’elle sortait de l’arène bien vivante, c’était que obtenir l’avantage, la surprise ou ne serait-ce qu’une seule seconde, une toute petite fenêtre d’action… pouvait être amplement suffisante pour se sauver la peau. Johnny avait déjà pris un moment pour jauger la montagne de muscles qui se dressait devant elle. Elle avait déjà vu des géants, des armoires à glace boostées aux substances illicites, mais elle n’avait jamais rien vu de semblable à ce… Vimentel ? Sa formule était clairement très présente dans son ADN, il était beaucoup plus bestial qu’humain, jusqu’à son comportement. Johnny comprenait qu’il soit capable de sentir la peur, mais d’aller aussi loin que son hésitation et ses… regrets ? C’était impressionnant, mais surtout frustrant. En ce qui concernait la peur, d’un côté, il était normal qu’il ne la sente pas, puisqu’elle-même ne l’avait pas ressentie depuis bien longtemps. Mais il n’y avait pas que son odorat qui semblait développé : son physique digne d’un Hercules moderne lui hurlait presque d’être prudente, sans oublier sa queue de lézard, dont elle devait absolument garder à l’oeil pour éviter les coups surprise, les queues de poisson ou tout autre manoeuvre dangereuse. Puis, il y avait ses griffes, ses crocs et ses écailles qui risquent d’être difficiles à transpercer. Elle avait à peine eut le temps de voir dans quel sens elles allaient pour déterminer dans quel angle il était préférable de poignarder. Il vallait mieux éviter de lui tirer dessus. Finalement, côté points faibles naturels, il semblait avoir les mêmes que toute autre personne. La question restait à savoir si ces points faibles l’affectaient.

Un moment de silence passa juste après que le Vimentel cessa de parler. À peine une ou deux secondes où la tension dans ses muscles atteignaient leur paroxysme, où Johnny conservait son regard fermement planté dans celui du reptile géant, sa respiration se faisant presque inaudible alors que, dans l’ombre, ses poings se serraient autour d’un objet métallique…

Et elle le frappa au visage, un coup rapide mais puissant, amplifié par le poing américain qui scintillait sur ses jointures. Aussi vite avait-elle frappé, aussi vite la contre-attaque arriva et Krzy tourna sur lui-même dans le sens de l’impact en se servant de l’élan pour l’attaquer avec sa queue : prévisible. Johnny l’encaissa avec ses bras, amortissant le choc avec ses pieds et un grognement. Son adversaire continua néanmoins son mouvement, se redressant habilement et dès que ses «pieds» firent contact avec le sol, il se propulsa avec une force inattendue directement sur la leader, qui n’eut d’autre choix que de dévier son coup de griffes le mieux possible, sentant sa chair se faire entailler directement sur son bras gauche, lui arrachant une plainte étouffée entre ses dents serrées. L’adrénaline embarqua, bloquant la douleur et carburant ses muscles à coups de chocs qu’elle dirigea directement dans le plexus solaire du Vimentel. Sous forme de bon vieux coup de poing bien placé, qui remonte bien jusqu’aux poumons et qui, normalement, donne une bonne envie de recracher son déjeuner, sauf que dans le cas d’un géant aussi musclé, Johnny n’arriva qu’à le faire reculer. Et probablement cesser de respirer quelques instants. Mais elle n’allait certainement pas lui laisser ne serait-ce qu’un moment de répit. La moindre seconde, un simple coup en plus pouvait lui donner toutes les chances de rentrer chez elle avec une bonne histoire à raconter…

Alors la leader resserra fermement ses doigts autour de ses poings américains et s’approcha rapidement, sans même se rendre compte qu’elle souriait jusqu’aux oreilles.

- Proie ou prédateur ?

Elle appuya ses mots en prenant un bon élan et en dirigeant son poing, lame devant, vers son flanc le plus libre…
© ASHLING POUR EPICODE


 

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 31/01/2017
Vimentel
Jeu 6 Avr - 0:41





Hunger


Do you remember how many loaves of bread you have eaten in your life?

/////////////////////////////////////////////

La respiration du géant résonnait dans la pièce délabrée. Son torse se gonflait, donnant l'impression que ses muscles thoracique enflaient sous sa peau lisse et écaillée. Il n'était pas essoufflé, au contraire, il était simplement bien concentré et chaque expiration produisait un grognement bestial, tel celui d'un immense fauve. Le dernier impact lui avait vidé les poumons mais il avait bien prit le temps de se redresser à sa pleine taille, regardant la femme foncer sur lui. D'un mouvement plus rapide, la main du Vimentel fonça vers Johnny et lui saisit le poignet d'une poigne d'acier. Loin d'être prise dépourvu, la jeune femme enchaîna immédiatement avec un crochet de sa main libre qui subit le même sort sous les serres de Krzysztofr. Elle réagit immédiatement, comme si elle avait des réflexes félins, et tenta un coup de genoux, visant les côtes du titan qui, de ses réflexes reptiliens, enroula sa queue autour de la cheville de la jeune femme pour lui empêcher tout mouvement.


« Même le plus insignifiant animal va combattre lorsque poussé dans un coin. Le fait que tu m'aie attaquée de cette manière prouve que tu as peur. La proie craint. »

Il s'approcha lentement d'elle avant de sortir sans longue langue grisâtre et de la passer sur la plaie causée par ses griffes. Le goût amer et acidulé qui traversa sa bouche le fit sourire intérieurement. Une Nightëel.


« Tu es loin d'être la première Nightëel que je rencontre... par contre tu es la première à ne pas abuser de tes capacités sur moi. Serais-tu une perle rare? Un individu courageux dans une race de peureux et de faibles? »

Il s'approcha de son visage, ouvrant la bouche en entier, donnant l'impression que sa tête s'ouvrait presque en deux, montrant la soixantaine de dents acérées, prèt à lui arracher le visage d'une sale morsure rapide. L'instinct de Johnny parla par lui-même et elle répondit à sa tentative de morsure avec un bon vieux coup de boule en plein dans les dents. Au risque de se couper sur les chicots, elle se sauverait d'une morsure envenimée. Krzys poussa un...


« WRYYYYYYYYYYYYYYYYY! »

Et la lâcha d'un coup. Mais avant qu'elle ne puisse reprendre son équilibre, il bondit légèrement et lui envoya ses deux pieds dans le torse dans un superbe dropkick pour la distancer de lui. Une fois avoir craché une dent brisée, qui repoussera dans quelques semaines, il se mit à courir vers elle, l'épaule en évidence dans le but de la plaquer contre le mur de béton.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Johnny
Still alive after all
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 24/06/2016
Still alive after all
Sam 15 Avr - 19:37
one, two, three... pow
Johnny se remit rapidement du choc commis par le dropkick du Vimentel et secoua la tête brièvement pour retrouver sa concentration. Elle ignora le mince filet de sang qui coulait de l’entaille sur son front et se prépara à… accueillir son adversaire directement, encaissant du mieux qu’elle pouvait le coup, puis le choc sur le mur lorsqu’il la plaqua - Sauf qu’elle sentit quelque chose craquer dans sa cage thoracique, chose qu’elle n’avait pas prévue du tout et qui se mit immédiatement à attaquer son système nerveux ; ÇA FAISAIT MAL, PUTAIN ! Mais elle ne se laissa pas abattre par une côte cassée et malgré la douleur aiguë qui l’assaillait à chaque mouvement, elle prit une grande inspiration et jeta son dévolu sur le Vimentel.

Elle leva son bras gauche bien haut, armée de son poing américain et alla planter la lame directement dans son dos en étouffant un cri et en serrant les dents alors qu’elle remuait violemment la lame dans la plaie près de son omoplate pour l’empirer de plus en plus. Le rugissement et la réaction de la bête l’obligèrent à retirer la lame, mais Johnny ne lui laissa pas le temps de rétorquer et elle verrouilla sa position sur lui en l’entourant avec ses jambes et en utilisant le mur comme appui et elle frappa. Encore et encore et encore, de toutes ses forces, un poing à la fois, un coup chaque, rapidement, violemment, au point où ses jointures commençaient à s’ouvrir malgré la protection qu’offrait ses armes. Elle continua à frapper jusqu’à ce que son adversaire aie finalement une plaie à l’arcade sourcilière qui se mit à saigner abondamment et qu’il finisse par sentir les coups passer, ce qui laissa une opportunité à la Nightëel, qui sauta immédiatement dessus : elle plaça ses pieds près du  torse du géant et poussa brusquement directement dans sa trachée pour le repousser.

N’ayant plus de soutient, Johnny alla également rejoindre le sol, lui rappelant avec grande insistance sa côte cassée. Elle tenta de se redresser, mais son corps n’était pas d’accord et elle se vit obligée de rester étendue quelques secondes pour récupérer. Juste quelques secondes...
© ASHLING POUR EPICODE


 

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 31/01/2017
Vimentel
Sam 22 Avr - 5:49





Hunger


Do you remember how many loaves of bread you have eaten in your life?

/////////////////////////////////////////////

Krzysztofr fut projeté vers l'arrière. Il perdit l'équilibre malgré le contrepoids que sa queue lui offrait et tomba sur le sol le dos à plat. L'impact lui vida les poumons mais il se releva rapidement, grognant et rugissant. Il griffait le sol de ses mains tandis qu'il se secouait la tête dans tous les sens tel un chien qui essaie de se sécher la tête dans le but de dégager le sang qui lui coulait dans l'œil gauche. Dans sa furie il frappa un mur avec son corps et poussa un autre rugissement. Son humanité repris le dessus et il s'essuya l'œil du revers de sa main... ce qui ne fit rien puisque le sang coulait abondement de sa plaie. Il se retourna, furieux, fixant le corps inerte de la jeune femme de son bon œil avec une rage qu'il avait rarement ressentit.

Il bondit, se jetant directement sur elle, grognant tel un fauve alors qu'il la forçait au sol en appuyant contre son épaule avec l'une de ses mains. Sa gueule était grande ouverte, sa langue pendante effleurait le corps de la Nightëel et la salive coulait entre ses dents alors que son souffle chaud et sentant la chair et le sang était projeté contre le visage de Johnny. De sa main libre il étendit son index et plaça sa griffe sous la gorge de son adversaire, appliquant juste assez de pression pour couper la première couche de l'épiderme.

« Jamais je n'ai autant eut envie de faire souffrir quelqu'un. Je vais te briser... »

Pendant qu'il parlait, il appliqua plus de pression sur sa griffe et commença à la glisser vers le bas, laissant une égratignure rougeâtre le long de laquelle commençait à perler de petites goûtes de sang. Lorsqu'il rencontra les vêtements, il poussa plus fort et commença à les déchirer, continuant sa marque tout en exposant la peau de la jeune femme. Il descendit encore et encore jusqu'à s'arrêter au centre de la région pelvienne de la jeune femme. Puis sans briser le contact visuel, il passa sa langue sur la plaie peu profonde, de bas en haut.

« Je vais t'attacher, t'empêcher de crier et m'amuser avec ton corps pendant des semaines, un tout petit peu à la fois... et je vais te forcer à regarder jusqu'à ce que tu n'en puisse plus... et que tu me supplies de te t'achever... »

Il grogna a nouveau et replaça sa main qui écrasait Johnny contre le sol, lui écrasant le pectoral droit au lieu de l'épaule. Il allait devoir la mordre au niveau du cou pour que son venin la paralyse entièrement et qu'il puisse mettre son plan à exécution. Il lui couperait les mains et les pieds, lui arracherait la langue et la forcerait à le regarder la dévorer vivante à petit feu... Il lui bavait dessus et son épaisse langue grisâtre effleurait la peau découverte du torse de son adversaire. Il approcha sa bouche du cou de la Nightëel et lui murmura la phrase suivante avant d'ouvrir la gueule pour se préparer à lui planter son poison dans la carotide.

« Et je vais dire non... »


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Johnny Knoxville. - G
» Hunger Games - La nouvelle ère - RPG
» Johnny Curtis.
» CHAPITRE1. les 76th hunger games, la moisson
» Flame On [Johnny Storm]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Alentours :: Entrepôts abandonnés-
Sauter vers: