Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Le hasard fait des choses étranges. ◄► Angel ARGAWAEN.

 :: Capitale :: La plage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Nikolas Wood
Sex, drug, vanity
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 19/10/2016
Autres comptes : William O'CAHAN, Ethan WALKER, Conrad COOPER, April HAWKINS.
Sex, drug, vanity
Mar 24 Jan - 22:32




Winter is comingOn peut vivre, on peut mourir. On peut jouer à des jeux sans vraiment regarder ce qui va arriver. On peut ignorer ce qu'on ressent, il se peut même qu'on passe à côté du plus important, mais on ne s'aperçoit que trop tard de ce qu'on a loupé dans la vie.Il attrapa mon bras. Je n’ai pas tout compris pourquoi il faisait une telle chose ? Je fais si pitié que ça ou je l’attire sans même le savoir ? non quand même pas il ne faut pas y croire là, je ne suis pas naïf à ce point non plus. Sa phrase me fit grimacer, je ne pouvais plus dire ce que je pensais maintenant ? Genre je dois avoir son autorisation, car Monsieur n’apprécie pas que je parle de moi ainsi ? Bah il se trompe le bougre, je fais ce que je veux et si je veux parler de moi comme un moins que rien je le ferai, puis c’est tout personne ne peut décider à ma place. Il me lâcha et je l’ai observé, il était vraiment étrange pourquoi il se préoccupait de ça ? Ce n’était pas vraiment important après tout ce n’était pas comme si quelque chose allait lui arriver si je parlais de moi ainsi.

J’allais ouvrir ma bouche, mais il se remit à parler avant, les gens allaient le regarder ? Mais pourquoi ? Je l’ai regardé de haut en bas, il est vrai qu’il n’avait pas vraiment l’apparence d’un humain, mais on s’en fichait bien après tout non ? Ce n’était pas le plus important ? On allait juste être à côté des radiateurs, le regard des autres n’a vraiment aucune importance, ils ne sont pas importants, mais je comprendrais si monsieur se sent mal au final, on pourrait peut-être aller ailleurs ? ça ne va rien me couter après tout. Je l’ai vu descendre, alors que j’allais faire de même une boule neige atterris sur Angel. Non, mais eux sérieusement. Je suis descendu par la suite calmement, j’ai repris de la neige dans mes mains en faisant une belle boule de neige et j’ai fixé Angel quand il se remit à parler.

Oh non mon gars je ne viens pas.

« Non attends. Je reviens dans deux minutes. »

Je suis parti en direction des gars avec ma boule de neige superbement bien faite et j’ai gardé mon petit sourire vous savez le petit sourire d’un gars qui fait le bâtard dans tous les sens, car il trouve ça fun. J’ai tapoté l’épaule d’un gars en vélo et je l’ai fixé. Je l’ai regardé de haut en bas puis j’ai regardé ses autres potes. J’ai baillé pendant une seconde puis j’ai pris la boule de neige pour la foutre dans la tronche du gars. En lançant un « Refaite ça et je vous ferai bouffer vos couilles. » puis je suis parti en courant en faisant attention de ne pas tomber, c’était dangereux la neige après tout,j'entendais les gars hurler de façon colérique. Ouh ouais je sais les emmerdes arriver moi, je ne réfléchis jamais quand je fais quelque chose ou ça se passe comment ? Je suis revenu vers Angel et sans prévenir je l’ai tiré par la main pour qu’on se retrouve dans un coin éloigné et isolé pour ne pas qu’on se fasse repéré. Là on avait vachement plus de lumière grâce aux lampadaires, je pouvais donc voir pourquoi il ne voulait pas qu’on le regarde, il devait avoir peur des jugements.
Je lui ai lâché la main en me rendant compte que je ne l’avais pas fait tout de suite, oui je ne lui avais genre pas laisser le choix sauf s’il voulait mourir.

« Désolé mon gars. Enfin pour le resto oublie, on pourrait soit trouver un autre endroit ou faire en sorte que nos chemins se séparent à tout jamais. »

Waouh Nikolas bravo tu as mis tout ce temps pour sortir ton vieux speech de « je dois partir », alors que ce n’est pas vrai, ce n’est pas bien, mais en même temps ce n’est pas comme si quelqu’un t’attendait à la maison, puis ce n’était pas comme si tu avais quelque chose à dire à ce gamin blanc. J’ai gratté mon cou.

« Je te remercie de cette soirée même si nous n’avons pas été en bon terme. »

Continue tu vas le faire fuir, continue un bon coup, j’ai regardé autour de moi, le truc c’est que je me rends compte que je ne veux pas qu’il parte, je ne veux pas le laisser partir comme ça je voulais juste une chose qu’il sache que j’ai été content de cette soirée catastrophe malgré que mon rendez vous ait été gâché par lui, mais en quoi ça allait lui servir de savoir que je m’étais bien amusé pendant un cours instant ?
Je me suis foutu de sa gueule, j’ai failli lui faire faire une crise cardiaque, je suis trempé et je vais peut-être avoir des bleus, je ne sais même pas pourquoi je m’acharne là, bon par où je suis arrivé moi. Je me suis retourné pour voir de quel côté j’étais, mais j’ai éternué en même temps. La classe incarnée d’éternuer devant quelqu’un tient. Puis je l’ai regardé en reniflant un peu.

« Enfin sinon j’peux t’embarquer chez moi pour que je me change aussi, je crois que ça serait une solution raisonnable, mais enfin tu n’es pas obligé de me suivre, mais bon vu que tu sembles gêner du regard des autres, c’est compréhensible que tu ne veuilles pas rentrer dans un restaurant, alors qu’est-ce que tu veux faire Angel ? »

Blablabla, tu étais censé partir Nikolas, qu’est-ce que tu fous tout d’un coup ? En plus c’est un gros débile ce gars, il t’a fait loupé ton RENDEZ-VOUS. Bordel ton job ! Et ouais je l’invite chez moi..Attends chez moi ?! Non, jamais de la vie !

« Ah non pas chez moi.. »

Oh bordel. Je me suis avancé vers la lumière pour regarder les affiches sur le mur. Bon voyons voir ce qu’il y a en ville en ce moment et fait comme s’il n’était pas là c’est le moment ou jamais de toute ignorer.
© 2981 12289 0
[/quote]

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Angel Argawaen
Galaïel
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 20
Localisation : Derrière toi.
Autres comptes : Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi - Golan Grey
Galaïel
Mar 24 Jan - 23:17
Meeting- pieds dans la neige. -

Angel Argawaen

Nikolas Wood


Je lui avais demandé de venir et même si j’avais dit ça plus pour fondre le temps et faire genre de rien, je ne m’attendais mais vraiment pas à sa réaction ! Sa réponse me laissa d’abord un peu perplexe, mais quand je le vis partir, quand je le vis réagir comme ça face au gosse, je dois dire que je ne savais plus trop quoi penser. J’ai essayé de comprendre, quand je le vis courir, me prendre par la main et à nouveau courir, avec moi cette fois. Il a de la chance que j’étais sportif ce gamin, j’ai pu le suivre sans trop de problème et une fois arrête je fus encore un peu plus perplexe de voir qu’il ne me lâchait pas. Il me fixait, sans doute qu’il ne m’avait pas encore vu aussi clairement dans le manque de lumière. J’ai détourné le regard un peu mal à l’aise et il me lâcha finalement. J’ai repris ma main, pourquoi il s’excusait maintenant ? J’ai soupiré, il partait alors ?

Au final il n’avait fait qu’une belle et grande phrase pour me dire qu’il partait. J’ai retenu un autre soupire, j’avais de nouveau froid, je n’imaginais même pas lui avec ce vent glacial, j’m’en voulais encore de l’avoir traîné dans une embrouille qui me semblait stupide maintenant. « Merci » ? Pourquoi il me remerciait ? Pour l’avoir trempé ? Lui avoir donné froid ? Lui avoir causé des bleus au dos et gâcher son rendez-vous ? Lui avoir attiré des problèmes avec des gosses environnant, bon j’admets pour la dernière il y est plus pour quelque chose que moi. Mais soit ! Il n’avait absolument aucune raison de me remercier ! Il me regardait à nouveau, j’avais une tête si drôle que ça qu’il me fixait sans cesse ? Je note, ne plus jamais sortir sans une capuche ou un bonnet, il en portait un lui aussi que j’y pense. Sans doute à cause du froid, sans lui j’aurais direct reconnu sa race !

Cachait-il ces oreilles ? En avait-il honte ? Il c’était fait passer pour un humain, j’ai froncé les sourcils. Je ne comprenais pas. Il parlait de nouveau, de m’emmener chez lui, chose qu’il ravisa assez vite. Je comprends bien que m’accueillir chez lui ne soit pas jovial, que dirait ces parents après tout en voyant ma tronche cornue ? Ou son colloque, ou son ami, ou qui que se soit, il devait bien avoir une raison et il ne fallait pas la chercher bien loin quand on me voit. Chose qu’il avait d’ailleurs soulevé. Je n’aime pas qu’on parle de moi comme si on me connaissait, mais j’admets qu’il n’est pas dur de voir que je n’aime pas trop la foule.

- J’me doute qu’avec ma face t’ai pas envie de me voir chez toi. Tes parents pourraient ce choqué. Heum attends t’as quel âge en fait, gamin ?


J’ai penché ma tête sur mon épaule, les bras croisé pour essayer de me réchauffer. A y réfléchir j’parlais de lui comme d’un jeune étudiant, mais il avait une face de jeune aussi ! C’était trompeur ? J’en doute, son comportement est celui d’un ado, jeune homme tout au plus ! Il était voilé de mystère ce gosse au final, mais j’avais peur de me montrer trop curieux avec mes questions. Bien qu’il ne se soit pas gêner de mon malaise en parlant ainsi de mon physique particulier !

- Pourquoi tu m’as dit être humain d’ailleurs ? Faut assumer sa race ! En être fier ! Pour ma part être né Galaïel est plus une fierté que si je l’avais acquiers, mais c’est mon point de vu. Alors ne parle plus de toi avec honte, ça m’énerve.

Je n’aimais vraiment pas qu’il parle de lui comme ça, mais ma curiosité soudaine et assez inhabituelle n’était pas le souci premier. Une autre bourrasque de vent m’envoya mes cheveux au visage, plus l’heure passait, plus il faisait froid ! J’ai tiqué de la langue en essayant de remettre de l’ordre dans ma tignasse. Foutus ! Pourquoi j’me laisse poussé les cheveux moi au juste ?! Mais soit ! Je me dissipe et ce n’était pas le moment. Nikolas devait mourir de froid ! Je me suis donc avancé, j’allais lui prendre la main mais mon geste resta en suspension dans le temps. Il m’avait touché maintenant que j’y pense. Je n’avais pourtant pas réagis, c’était bizarre. J’ai remballé ma main en soupirant.

- J’habite pas loin et j’habite seul, ramène ta poire. Tu dois crever de froid et moi avec.


J’ai tapé de la queue, cette fois il n’y avait plus assez de neige que pour me déranger, et j’ai pris le chemin de chez moi, soufflant dans mes mains pour les réchauffer. Il n’allait peut-être pas me suivre après tout. Pas que ça me traquasse, si il veut rentrer chez lui au final il fait comme il veut. D’ailleurs ça me faisait drôle, je n’invite jamais personne chez moi. J’pense même qu’il n’y a que Golan qui ai vu ma décoration intérieure. Encore une fois je ne comprenais pas la situation et ça me dérangeait. En fait ce gosse m’horripile quand j’y pense bien !



▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Dream in #cc0000
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nikolas Wood
Sex, drug, vanity
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 19/10/2016
Autres comptes : William O'CAHAN, Ethan WALKER, Conrad COOPER, April HAWKINS.
Sex, drug, vanity
Mer 25 Jan - 21:46




Winter is comingOn peut vivre, on peut mourir. On peut jouer à des jeux sans vraiment regarder ce qui va arriver. On peut ignorer ce qu'on ressent, il se peut même qu'on passe à côté du plus important, mais on ne s'aperçoit que trop tard de ce qu'on a loupé dans la vie.Les parents.

Pourquoi il parlait de ça ? Pourquoi parlait-il de mes parents ? J’ai secoué la tête je ne devais pas y penser, je ne devais pas relever, en plus qu’est-ce que je pourrais répondre ? « Ah ouais je ne connais pas mon père et ma mère est morte. Voilà chéri tu sais tout. » ça serait idiot et inutile. En plus mon âge ? Qu’est-ce qu’on s’en fout de mon âge, j’ai l’âge que j’ai puis voilà on ne va pas me faire chier. Mais ce que je ne comprenais pas c’est qu’il pense que c’est à cause de son physique que je ne l’invite pas chez moi, il ne me connait que trop mal, je me fiche bien du physique de la personne, il n’y a juste personne qui peut rentrer chez moi un point c’est tout. Je ne pouvais pas inviter le premier gars avec qui je n’allais pas coucher chez moi c’était complètement illogique franchement qui ferait une telle chose Je ne sais vraiment pas.

Il pose des questions qui dérangent. Il me raconte sa vie comme si je lui avais demandé quelque chose, fierté d’être ce que je suis ouais on en reparlera plus tard de ça, si je n’ai pas besoin de dire ma race je ne le dis pas, je ne cherche pas vraiment à la cacher, mais si ça fait fuir certains gens en disant « je suis humain » je le dirai tous les jours, sauf à mes clients bien entendu que ça ne serait pas cool de faire fuir mes clients qui va me payer mes factures sinon si je fais fuir ce qui me sert de gagne-pain ? J’ai penché la tête en le regardant une nouvelle fois, il ‘était vraiment étrange, il pensait tout savoir, alors qu’en réalité il ne savait rien du tout, je sais que parfois je peux paraitre chiant, que je peux en faire qu’à ma tête, mais je ne suis pas du genre à raconter ma vie comme il le fait, s’il est fier d’être galaïel que grand bien lui fasse, mais ce n’était pas mon délire de hurler de partout que j’étais fier de ce que j’étais, car concrètement je ne suis pas fier de ce que je suis, qu’importe ma race, je n’en suis pas fier du tout. Ne plus parler de moi avec honte, car ça l’énerve ? S’il savait comment je m’en branle que ça l’énerve.

Le vent se faisait plus présent, je commençais sérieusement à avoir froid, je ne dois pas tomber malade sinon ça va me faire des médicaments en plus et ça me saoule. J’ai pouffé quand ses cheveux firent le limbo de l’indépendance. Je n’ai pas tout compris quand j’ai vu sa main se rapprocher de moi, j’ai failli reculer, mais il reprit sa main assez vite, pourquoi avait-il fait une telle chose ? J’ai froncé les sourcils et quand il se mit à parler j’ai soupiré, je ne pouvais pas venir chez lui c’était complètement idiot, il m’énervait je ne pouvais pas venir chez quelqu’un qui me saoulait à faire des leçonq de moral sans savoir. Mais j’ai tout de même emboiter le pas quand il se mit à marcher.

« J’ai 21 ans si tu veux tout savoir et ce n’est pas à cause de ta gueule que je ne veux pas que tu viennes chez moi, en plus de ça personne pourrait être choquée, je vis seul. Et toi ? »

Ouais pourquoi je fais la conversation ? Ah oui, il a tenté de savoir des choses peu subtile et m’a fait la moral donc à mon tour de jouer et il va vite comprendre que je n’apprécie pas la chose, mais pourquoi je le suivais je pouvais tout simplement partir en mode « balek frère de ta figure », mais sans que je sache vraiment pourquoi je voulais le suivre, quelque chose me disait que je ne devais pas laisser tomber maintenant que ce n’était pas bien que ce n’était pas le moment j’étais bien d’accord avec ma conscience pour une fois, mais je ne comprenais toujours pas le sens de cette envie de le suivre, de lui parler malgré qu’il m’énerve sur certains points, peut(être que pour une fois qu’une personne ne veut pas coucher avec moi et essaye de me parler normalement ça me change ? Mais ce n’est pas comme si je ne connaissais pas, mais je trouvais ça bien sympathique.

« Écoute ce n’est pas que j’ai honte, juste que si je n’ai pas besoin de dire ma race je ne le dis pas, en plus tu faisais trop le curieux en mode « waouh je suis fort t’inquiète frère j’ai senti que tu n’étais pas humain » que j’ai voulu jouer, tu aurais fait quoi si tu avais eu tort hein Angel ? »

Ouais la gentillesse avait quitté mon corps je dois bien l’admettre. Pff pourquoi je continue de le suivre, je me suis rapproché de lui un peu plus rapidement et j’ai regardé sur le côté.

« J’t’accompagne, mais ça ne veut pas dire que tu as gagné compris ? Ça veut juste dire que je n’ai pas envie de crever de froid et si tu es plus proche ça me va. »

Waouh super Nikolas trop sympa de ta part, ta mère doit être fière de toi de t’entendre parler comme ça à un jeune homme qui t’aide, j’ai foutu mes mains dans mes poches en essayant d’avoir un peu plus chaud, mais je sentais que ça n’allait pas être des plus super. Je l’ai regardé du coin de l’œil, il était différent et ça je le savais, mais différent en quoi ? Je n’arrivais pas à le dire, je crois qu’en réalité il me saoulait plus qu’autre chose, c’est pourquoi je le suis, juste parce qu’il me saoule et que je veux lui fermer le clapet une bonne fois pour toute. Ouais on va se dire ça.

On va se dire ça.
On va s’inventer une excuse.
Une excuse, car je n’ai pas de réponse.
Je suis perdu.


© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Angel Argawaen
Galaïel
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 20
Localisation : Derrière toi.
Autres comptes : Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi - Golan Grey
Galaïel
Mer 25 Jan - 23:03
Meeting- pieds dans la neige. -

Angel Argawaen

Nikolas Wood


J’ai sourie, c’était quoi cet idiot à la fin ? Il me faisait rire en tout cas, car malgré tous ces discourt et son air faussement distant, il me suivait. J’ai mis mes en poches pour les garder un tant soit peu du froid. Il était bien bavard d’ailleurs, et c’est vrai que je n’aimais pas comment il parle de lui, il était plus vieux que ce dont je pensais tiens. Il avait le même âge que moi en fait. Et bien qu’il fasse tout pour montrer qu’il s’en fou, il me posait des questions à son tour. Je l’intéressais assez que pour le rendre curieux ? C’était déstabilisant comme situation. Il continuait de me parler, je n’avais pas relevé jusque-là me contentant de marché l’air faussement intéressé. Si je m’étais trompé ? Je peux affirmer avec orgueil que mes sens ne me trompe jamais, je sourie pour toute réponse, il est marrant ce gosse. Enfin gosse, ce mec quoi ! J’allais devoir assimilé le faite que lui et moi avions le même âge, ce n’était pas gagné. J’ai soupiré en regardant le ciel, il venait de se rapprocher de moi en regardant ailleurs. Il était vraiment adorable comme ça, tellement adorable que je ne pus m’empêcher de sourire avec une sincérité peu commune chez moi.

Je me suis finalement arrêter en pleine rue toujours en le regardant tout sourire. Combien de bêtise contradictoire m’avait-il déjà sorti au juste ? Beaucoup plus que ce que j’en avais compté c’était certain, je ne comprenais pas bien ce gamin, mais une chose était sûre, il ne devait pas comprendre mieux que moi la situation. Elle paraissait simple en apparence, mais je vois maintenant qu’il y a comme pour moi, quelque chose qui cloche. J’ai passé une main dans mes cheveux en soupirant et je me suis rapproché un peu plus de lui. La distance entre nous était passée d’ami à intime, mais je m’en fichais bien.

Nikolas, je ne te connais pas et pourtant tu me fais faire des choses bien étranges, au-delà de mon « étrange » habituel. J’ai levé la main pour la posé sur sa joue, mais une fois de plus j’ai laissé mon geste en suspense. Je ne pouvais pas le touché, je venais de le réaliser l’air triste. Pourquoi je n’arrive pas à toucher les gens ? C’était idiot, j’avais bien réussie à me dessaper devant lui ! J’ai senti ma main tremblé et je l’ai baissé en détournant le regard. Je suis idiot. Encore plus que lui, je veux dire ! Combien de bêtise il avait réussie à me lâcher, merde à la fin ! Tous ces gestes sont en contradiction avec ces paroles, moi qui ne suis déjà pas doué avec les gens !

- Tu dis beaucoup de chose stupide tu sais ? Si tu t’en foutais à ce point, tu n’aurais pas fait bouffer de la neige à ce gosse, tu ne m’aurais pas remercié, tu ne me poserais pas de question ainsi et surtout tu ne me suivrais pas. Alors sois gentil, accorde tes paroles à tes gestes. Tu me déstabilises. J’aime pas ça.

J’avais dit ça de façon très neutre, presque détaché et j’ai remis mes mains en poche pour reprendre ma marche. Pourquoi j’étais en colère à présent ? D’ailleurs est ce que j’étais en colère ? C’était quoi cette sensation, cette émotion ? Il c’était soucier de moi, c’était certain, sinon pourquoi éviter le restaurant alors qu’il avait froid ? Pourtant, il venait de dire qu’il me suivait, juste pour venir se réchauffer. Tout ça n’a pas de sens ! J’étais de plus en plus fatigué, mon cerveau tournait beaucoup trop et la réponse semblait toujours être un pas devant moi. C’était fatiguant, lassant, j’en avais marre ! Je me suis arrêter une fois de plus en serrant le poing et je me suis de nouveau retourné pour lui faire face le plus sérieusement du monde.

- Tu n’arrêtes pas de faire l’inverse de tout ce que tu dis ! T’as aucune raison de me suivre contrairement à ce que tu peux me dires, tu as le restaurant à deux pas d’ici ! Tu comptais y aller, pourtant tu choisis de me suivre ! Je me répète, mais ça n’a pas de sens ! Alors tu te décides, soit tu arrêtes ce petit jeu qui commence à me fatigué, soit tu te barres au restaurant ! Mais ne t’avise plus de jouer à ça, je n’aime vraiment pas ce que tu me fais !

Ce qu’il me fait ? Je venais de réaliser que mon cœur battait super vite, je m’emballais vraiment pour rien moi, fallait que je me calme un peu. J’ai relevé les yeux en soupirant, mais mon regard croisa le sien. Il ouvrit la bouche et j’ai compris qu’il allait encore parader, trouver une ruse et relancer le jeu genre de rien, pour se convaincre que tout était des plus normal ! C’était trop, j’ai froncé le nez énervé, je lui ai saisi le col et je l’ai plaqué contre le mur de la ruelle, scellant mes lèvres contre les siennes. J’étais à bout de souffle. Pourquoi ? Pourquoi agissait-il de la sorte ? Mon corps était comme bloquer. Il était chaud, sucré. C’était très doux malgré la situation. Pourquoi j’avais fait ça ? J’ai reculé d’un centimètre à peine, sans le lâcher et j’ai plongé mon regard au plus profond du sien.

- Arrête, vraiment.

Ma voix n’était plus qu’un souffle. Le temps semblait comme arrêter et au bout de ce qui me parût une éternité, je l’ai lâché pour reculer d’un pas. J’ai repris mon souffle, petite pause. Je venais de l’embrasser ? J’avais réellement fait ça ? Pourquoi ?! Pour le faire taire ? C’était là la seule solution que mon cerveau détraqué avait trouvé ? L’agresser de la bouche ?! J’allais m’en prendre une et pas une petite. Putain de moi ! J’ai tiqué de la langue en baissant les oreilles, cette fois rien ne le retenait d’aller porter plainte pour agression. J’étais vraiment trop con.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Dream in #cc0000
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nikolas Wood
Sex, drug, vanity
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 19/10/2016
Autres comptes : William O'CAHAN, Ethan WALKER, Conrad COOPER, April HAWKINS.
Sex, drug, vanity
Jeu 26 Jan - 0:10




Winter is comingOn peut vivre, on peut mourir. On peut jouer à des jeux sans vraiment regarder ce qui va arriver. On peut ignorer ce qu'on ressent, il se peut même qu'on passe à côté du plus important, mais on ne s'aperçoit que trop tard de ce qu'on a loupé dans la vie.Il y avait quelque qui n’allait pas dans cette situation, mais je n’arrivais pas à déterminer quoi. Il souriait. Je l’ai vu, il s’était même arrêté en souriant, alors je m’étais arrêté aussi. J’ai penché la tête qu’avait-il ? Sa main s’approcha de ma joue, j’ai eu un petit mouvement de recul encore une fois, pourquoi il faisait tout ça depuis tout à l’heure ? Il était vraiment étrange, il essayait de me toucher, puis après non. Est-ce que c’est à cause de ma menace sur l’agression sexuelle qu’il ne faisait rien ? C’était sans doute pour ça.
Je l’ai écouté parler. Il n’avait pas tort sur un point pourquoi j’ai fait bouffer de la neige à ce gosse ? Il n’était qu’un simple pion dans un énorme échiquier je suppose, alors pourquoi ai-je fait ça ? Je ne sais pas vraiment je pense que je cherchais quelque chose, est-ce que j’ai le droit de dire qu’Angel est mon jouet pour ce soir ? On peut le dire sans méchanceté non ? Je le déstabilisais, bah super il veut que je lui dise quoi ? je m’en branle le coquillage de mercure moi.

Il reprenait sa marche, alors je le suivais. Je ne comprenais pas et je ne disais rien, je m’en fichais pourquoi je le suivais encore d’ailleurs ? S’il n’aime pas ce que je fais… Mais n’était-ce pas ce que je voulais depuis le début faire en sorte que ça l’énerve tout ce que je fais ? Faire comme si tout allait bien, mais au final l’emmerder ? Je ne sais pas, on dirait que ça marchait, mais sans vraiment marcher, donc je sais pas quoi penser de la situation. Je me suis arrêté soudainement quand il s’est arrêté et qu’il s’est retourné, je l’ai fixé comme il me fixait. Il voulait quoi encore une fois ?
Je ne pouvais plus jouer avec lui ? Han mais ce n’était pas drôle du tout, j’écoutais tout ce qu’il disait, je ne pensais pas être si contradictoire je dois l’avouer, je ne m’étais pas rendu compte de la chose, mais je ne pensais pas que ça pouvait tant le choquer, je l’ai regardé pendant un moment, je l’ai regardé droit dans les yeux, j’allais dire quelque chose, j’ai ouvert la bouche, je voulais qu’il arrête de dire des choses ennuyantes, la seule personne qui peut dire que le jeu est fini c’est moi et personne d’autre, donc il allait devoir faire avec ce que je voulais et non ce qu’il voulait lui, mais je n’ai pas eu le temps de comprendre que j’étais déjà contre un mur, mais chose plus choquante dans cette situation plus qu’étrange c’était qu’il m’embrassait. Mais il faisait quoi au juste ? Est-ce que lui aussi il voulait juste baiser avec moi au final ? Genre juste ça, s’il le voulait tant fallait le dire ! Il me regarda, alors j’ai soutenu son regard. J’avais l’habitude de ça, j’aurai pu lui foutre une gifle, j’ai d’ailleurs levé ma main, mais est-ce que je pouvais vraiment faire ça ? Après tout ce n’était pas comme si je n’avais pas apprécié le contact. Il me relâcha après sa phrase.

Ma faute n’est-ce pas ?

Tout semblait être ma faute et je ne m’en rendais même pas compte je crois que c’est le pire dans cette situation, c’était ma faute, je jouais avec lui et il marchait tellement bien dans mon jeu que je n’avais pas réussi à prédire ses actions, j’étais un peu perdu, qu’est-ce que je pourrais faire. J’ai frotté mes lèvres, je n’aime pas ça. Je n’aime vraiment pas la tournure que ça prend. J’ai croisé mes bras et je l’ai regardé.

« Si tu voulais ça depuis le début, tu n’avais qu’à le dire au lieu de m’engueuler comme quoi je te fais quelque chose. »

J’ai tendu ma main, quoi il m’avait embrassé sans ma permission, il me devait de l’argent et pas qu’un peu pour le coup, si on faisait le compte de tout ce qu’il me devait et si je continuais de jouer jusqu’à la fin sans qu’il comprenne ce qui se passe ? Oui faisons ça, jouons et montrons-lui que nous sommes là pour jouer. Je n’aimais pas ce que je faisais en réalité, c’était vraiment méchant, il semblait réellement perdu dans ses sentiments, j’avais entendu ma conscience me dire un truc, cependant ce n’était pas ce que j’avais pensé, alors d’où est-ce que ma conscience parle de porter plainte ? Je ne sais pas. Je l’ai regardé sérieusement.

« Mouillé, blessé, maintenant tu me voles un baiser. Très bien ça fera 150 €. Tout de suite sinon tu vas comprendre ta douleur chéri. »

Ouais je faisais quelque chose de mal je le sais. Je le sais vraiment, je me suis approché de lui, tout en gardant ma main tendue vers lui. Puis j’ai respiré un bon coup, j’avais vraiment froid. Il n’avait pas tort j’aurai pu prendre le restaurant au lieu de le suivre, j’aurai pu laisser le gamin en paix, mais quelque chose m’avait empêché de le faire.

« Tu ne comprends donc pas pourquoi je fais tout ça ? Si j’ai fait ça au gosse, c’est pour une raison. Si je t’ai suivi c’est aussi pour une raison, pourquoi tu jettes toute la faute sur moi sous prétexte que tu ne comprends pas la situation ? Que tu n’aimes pas ce que je te fais ? Le truc Angel, c’est que moi je ne te fais rien. »

Ouais enfin si un peu, mais ça personne ne peut vraiment le savoir, j’ai baissé ma main, mais j’étais resté près de lui, en réalité j’avais apprécié ce contact, même si ce n’était sûrement pas la meilleure chose à faire, mais bon que voulez-vous c’était ainsi la vie. J’ai levé ma main et j’ai poké sa joue va savoir pourquoi.

« Idiot. Aller avance on va tomber malade à force. »

Je me suis remis à marcher sans vraiment l’attendre, mais je me suis arrêté, on allait où exactement ? Car j’avançais, mais où concrètement ? Je ne sais pas, j’ai soupiré et j’ai soufflé dans mes mains, je commençais sérieusement à avoir froid, être mouillé et le vent ça ne fait pas bon ménage.


© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Angel Argawaen
Galaïel
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 20
Localisation : Derrière toi.
Autres comptes : Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi - Golan Grey
Galaïel
Jeu 26 Jan - 0:37
Meeting- pieds dans la neige. -

Angel Argawaen

Nikolas Wood


J’ai attendus la gifle, il avait levé la main, mais étrangement, le contact ne se fit pas. Il frotta ces lèvres. Je l’avais dégouter, ma poitrine me serra étrangement. J’ai baissé les yeux, je m’attendais à quoi après tout ? Mon geste avait été déplacé, j’suis un homme, physiquement un monstre, il était dégouter et c’était bien normal. Pourquoi j’ai si mal alors ? Son geste me blesse vraiment. J’ai retenu un grognement quand je l’ai vu me regarder, bras croisé. Si je voulais ça ? Il parlait comme une pute, j’ai inspiré avec difficulté, c’est donc ça qu’il pensait de moi ? Il me voyait juste comme une bête en chaleur qui sautait sur tout ce qu’elle voyait ? Je l’ai vu tendre la main et j’ai détourné les yeux, ces mots, chacun me blessait un peu plus. Me renvoyant mes erreurs aux visages. Je savais ce dont j’étais coupable, pas besoin de le mentionné ainsi ! J’ai baissé les oreilles un peu plus, il reprit la parole après avoir avancé vers moi.

Quoi ? Il ne me fait rien. Je ne comprends pas. J’ai cillé, il insinuait que ça venait de moi ? Que moi je le voyais étrangement et que du coup moi je rendais la situation étrange ? Était-ce vrai ? Jamais je n’ai été comme ça, je ne ferais jamais ça ! Je suis… La vérité me frappe soudain, si je l’avais déjà fait. Une fois, à l’orphelinat. Le visage du Nightëel me voilà un moment le regard et j’ai secoué la tête. Non il joue avec moi encore et toujours j’en suis sûre ! J’ai essayé de ne plus y penser, quand un contact me tira de ma torpeur, j’ai sursauté le regard grand ouvert. Il m’a touché. Mon cœur s’emballait de nouveau, je lui ai dit de ne plus me touché ! Je lui ai dit ! Il repartie, balançant sa phrase comme de rien. Si le doute était, il le dissipait.

- Tu continues à te jouer de moi.

J’avais presque murmuré, mais j’étais sûr qu’il m’avait entendu. Malgré tout ça, je ne pouvais pas le laissé mourir dans le froid, j’en étais responsable et il me l’avait bien fait comprendre. Mais cette histoire d’argent, j’en avais si il en voulait, qu’il le prenne je m’en fou. Mais la façon, son regard. Comme si c’était naturel. Je ne devais pas trop y penser, j’allais m’aventurer dans un sale terrain, mon instinct me le hurlait. Pourtant… J’ai repris ma marche, lui passant devant, accélérant un peu la queue basse, entourant ma jambe. J’étais mal à l’aise, mais j’avais des responsabilités. J’ai donc continué de marché pendant bien dix minutes, jusqu’à atteindre l’artère principale de la ville. Malgré le temps on pouvait voir deux ou trois visage traîner. J’ai baissé mes oreilles un peu plus.

Le regard des gens, je devrais m’en foutre. D’ailleurs je le dis souvent, que tout ça m’est égal. Mais en vérité il me blesse. J’ai baissé un peu plus les oreilles, essayant d’arranger mes cheveux pour y cacher mes cornes, bien en vains vous imaginez, si c’était si facile ! J’ai accéléré le pas un peu plus et j’ai tourné dans une rue moi fréquenter, mon quartier. Nikolas me suivait toujours, son jeu n’était pas fini. Et je sais que je ne devais pas y penser, mais ces paroles tournaient encore dans ma tête, comme une inlassable rengaine. Je me suis arrêter, il m’avait vraiment fait mal en définitif. Ce qui n’est pas normal. J’ai toujours été décrit comme un gosse insensible ! Puis merde !

- Fait chier ! NE me touche pas. C’est si compliqué à comprendre ? Je ne supporte pas ça ! Ca me fou la trouille de ma vie ai un peu de respect merde ! J’sais que je fais que de la merde, mais tu me suis encore et toujours. A croire que t’aime ça ! J’en peux plus tu comprends ?

J’étais de nouveau à bout de souffle, j’avais pas la force de rentré chez moi. D’ailleurs je ne voulais pas, je ne bougerais plus tant que je n’aurais pas eu une réponse clair. Je voulais comprendre, trop de questions s’accumulait, sans l’ombre d’une réponse. Pourquoi parlait-il de lui comme ça ? Pourquoi agit-il comme une pute ? Pourquoi jouer avec moi et être aussi contradictoire ? Je devais choisir une question, ce serait un début. J’ai soupiré et je l’ai regardé bien dans les yeux. Je savais que je devais faire peine à voir, mais je ne bougerais pas même si j’avais froid. Point barre.

- Pourquoi tu m’as pas frapper. T’a lever la main pour ça, mais au final t’a agis en prostituer en me réclament de l’argent. J’veux une réponse, j’bougerais pas tant que je ne l’aurais pas. Quitte à crever de froid.

Il devrait ce barrer ou me répondre. La première solution me semblait plus plausible. Le jeu n’en valait pas la chandelle ! Je pouvais encore sentir le contact de sa peau sur la mienne, ça me fit frisonner. J'ai porter ma main à ma joue en baissant finalement les yeux.



▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Dream in #cc0000
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nikolas Wood
Sex, drug, vanity
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 19/10/2016
Autres comptes : William O'CAHAN, Ethan WALKER, Conrad COOPER, April HAWKINS.
Sex, drug, vanity
Jeu 26 Jan - 1:08




Winter is comingOn peut vivre, on peut mourir. On peut jouer à des jeux sans vraiment regarder ce qui va arriver. On peut ignorer ce qu'on ressent, il se peut même qu'on passe à côté du plus important, mais on ne s'aperçoit que trop tard de ce qu'on a loupé dans la vie.« Tu continues à te jouer de moi. »

Je l’avais bien entendu, il avait sans doute raison, je ne faisais que ça après tout, il attendait quoi de moi ? Il avait une certaine attente ? Il pensait que j’allais lui sauter au cou comme une femelle en chaleur, il était un alpha le gars, mais bordel il agit comme un enfant. Il est passé de moi et il a marché rapidement, alors je l’ai suivi, mais sans un mot, je ne faisais pas vraiment attention à où on marchait, je ne faisais pas attention aux regards des autres je m’en fichais bien, ils n’étaient pas important, ce n’était pas important de voir des gens nous juger du regarder. Je me suis accroché au petit espoir que mon client allait revenir comme ça, genre sans prévenir. Genre il allait revenir, me tirer et me dire qu’on va dans sa baraque trois étages qu’il a acheté en secret pour recevoir ses putes posément. Je le voulais vraiment cette situation devenait étrange, il y avait quelque chose qui n’allait pas et je ne savais pas quoi, je ne savais pas quoi dire, je l’écoutais. « Ne me touche pas ». Il fait que me toucher, mais moi je ne peux pas ? Pourquoi tout le monde peut me toucher, ne pas me respecter, me donner du GHB sans être puni, alors que moi je poke juste une joue on me fait toute une histoire ? Cette injustice. Il m’énervait. Il faisait sa pauvre victime, j’y suis pour quelque chose s’il craque sans que je sache pourquoi ?

Je ne le connais pas moi, je ne sais pas ce qu’il pense ni ce qu’il ressent. Il voulait que je lui dise quoi hein ? Il voulait que je lui dise pardon d’être ce que je suis ? Que je dise que jamais j’aurai dû le suivre ? j’aurai pu tourner et partir, j’aurai pu faire ça, mais là il m’emmerdait, j’étais un gars assez patient, mais pas assez patient pour tout ce qu’il disait, il m’avait dit tantôt que je disais beaucoup de choses stupides, mais se rend-t-il compte qu’il en dit vachement plus que moi ?

« Pourquoi ? Tu m’touches, t’me sautes dessus, puis tu m’embrasses et moi je n’ai pas le droit te toucher ? Tu ne t’es pas dit pendant une seconde que moi aussi peut-être je n’aimais pas être touché ? Tu me parles de respect, mais est-ce que toi tu me respecte ? »

Je sais que c’était faux, mais il imaginait quoi ? Qu’il pouvait demander du respect, il voulait qu’on respecte le fait qu’il ait peur quand on le touche donc qu’il ne fallait pas le faire, mais est-ce que lui m’a respecté depuis tout à l’heure ? Il m’a sauté dessus du coup j’ai fini à moitié mouillé, il m’a collé contre un mur puis m’a embrassé. J’étais ce qu’on peut dire une prostituée, je peux me faire baiser dans la ruelle sans que personne ne passe, je peux rejoindre quelqu’un dans un motel, c’est mon métier, c’était un fait donc forcément le contact était quelque chose que j’avais appris a apprécié. Je ne pouvais pas nier que chaque geste je pouvais apprécier, mais il y avait des choses que je ne pouvais pas supporter, il me sort des discours sans vraiment se rendre compte que peut-être que j’aurai pu être dans le même cas que lui, mais sans doute ça se voyait que non. Mais ce n’était pas une raison.

« Tu penses vraiment pouvoir demander du respect ? Demander des choses, alors que toi, tu ne le fais pas ? Tu penses que moi je peux être un fucking défouloir dans ta vie ? J’sais pas qui tu es, j’connais rien d’toi, mais toi aussi. C’tu veux du respect mec respecte moi déjà, au lieu de m’accuser de trucs pour te soulager ta conscience. »

Pourquoi je ne l’avais pas frappé ? Aurai-je dû le faire ? Peut-être que oui, au final je pense que ça aurait changé quelque chose, mais je ne pouvais pas le frapper pour quelque chose dont j’ai l’habitude ça n’aurait pas été naturel. Je me suis frotter la joue… Mourir de froid, tiens donc Alfredo rigolerait de ma mort, genre je suis sûr que je pourrai l’entendre rire de l’au-delà. J’ai observé Angel, il se toucha la joue. Je lui avais vraiment fait peur rien qu’en faisant ça ? Ce n’était pas cool. Je me suis approché, mais au final j’ai reculé.

« Parce que je n’aurai pas été naturel. J’aurai pu te frapper, mais j’ai l’habitude, comme tu en as parlé tantôt j’ai agis comme une prostituée, car c’est sans doute ce que je suis. »

Sans doute ce que je suis ? Bien sûr que j’étais, c’était mon gagne-pain, c’était mon métier qui me permettait d’avoir mes médicaments, je pouvais tout avoir avec ce métier. J’ai foutu mes mains dans mes poches et je me suis un peu balancé regardant de droite à gauche, devrais-je partir ? Je me suis tourné en direction de là où on venait, je pense que c’est la meilleure chose à faire après tout je ne pouvais pas faire autrement, je sentais que quelque chose n’allait cependant pas. Alors je me suis retourné vers Angel et je me suis approché de lui, assez proche pour qu’il me voit, mais pas assez pour le toucher et je me suis un peu baissé.

« Hum sans doute devrais-je te dire pardon n’est-ce pas ? Pardon de t’avoir fait peur en te touchant, pardon de t’avoir emmerdé, je devrai sans doute partir, le jeu est terminé. »

Parler de jeu pour je ne sais quelle raison, penser faire bien, maman je suis désolé, tu dois me trouver odieux de faire une telle chose, je n’imagine même pas la douleur que tu aurais ressenti en entendant ça de ton vivant, tu aurais été triste comme je ne sais pas quoi. Je me suis remis droit et je l’ai regardé droit dans les yeux, le regard sincère. Quelque chose me faisait changer d’avis sur la situation, il souffrait, je n’allais pas continuer à faire une telle chose. Non je ne suis pas assez méchant pour ça.

Désolé Angel.
© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Angel Argawaen
Galaïel
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 20
Localisation : Derrière toi.
Autres comptes : Sonny Nobody - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi - Golan Grey
Galaïel
Jeu 26 Jan - 1:56
Meeting- pieds dans la neige. -

Angel Argawaen

Nikolas Wood


Je me sentais horriblement coupable. Sans même savoir pourquoi ! Je ne le voyais pas comme un défouloir ! Jamais je ne ferais ça ! Je le respect trop pour ça ! Bien plus qu’il ne le croit, je savais plus quoi faire pour me faire comprendre. Je suis tellement peu doué pour les relations. Je me sentais mal, chacun de ces mots jusqu’ici m’avait blessé, pourtant. Pourtant en le voyant me parler ainsi avec rage et une certaine vulnérabilité, je ne pouvais qu’être attendrie.

Oui il me crie dessus et moi je suis attendrie, je vous ai dit que j’étais peu doué pour les relations ? Je me suis presque étouffer quand j’ai entendu sa prochaine confidence. Alors je ne m’étais pas trompé il se prostituait belle et bien ? Et son rendez-vous, ce mec que j’avais fait fuir, c’était un de ces clients ? J’étais dégouter par ce mec, comment on peut payer pour ça ? J’me sentais mal pour Nikolas, j’avais été si brusque avec lui sans même comprendre que sa vie était compliquée ! J’avais été idiot, je me détestais. Je ne pouvais pas le laissé comme ça après ce qu’il venait de m’avouer. J’voulais le prendre par la main, le tiré chez moi, au chaud, lui faire comprendre à quel point j’étais désolé, que je…

Que je quoi d’ailleurs, c’était quoi ses sentiments ? Je ne voulais pas y penser, j’voulais ne plus penser à rien de tout ça, j’avais déjà fait trop de dégâts, et au moment même où j’allais partir, il s’approcha de moi. Pourquoi ? Je le dégoute j’en suis bien conscient alors pourquoi il s’approche de moi ? Je paniquais de nouveau, il allait finalement me frapper, n’est-ce pas ? Ou pire ? J’ai sentie comme un flash dans mon cerveau et un mal de tête me prit d’un coup. J’ai colle ma paume contre mon front. Bordel c’était quoi ça ? « Le jeu est terminé » C’était quoi ça ? J’ai retenus mon souffle, il s’excusait, arrêtait de jouer ? Je ne comprenais plus rien. Je veux dire encore moins qu’avant.

J’ai recommencé à respirer et j’ai baissé ma main en fermant les yeux pour essayer de gérer la douleur. En ouvrant les yeux je pus voir son regard, si chaud sincère. Ma poitrine se sera de nouveau, c’était étrange comme sensation, mais très agréable. J’ai regardé autours de moi, les rues étaient désertées et la neige commençait à recouvrir tout le paysage. C’était très joli. J’ai sourie de coin et j’ai inspiré un bon coup, emplissant mes poumons de l’air glacial. J’ai tendus la main, sans le touché. J’aurais voulu lui prendre la main, mais je ne le ferais pas. Mon geste serait purement symbolique.

- J’habite au bout de la rue. J’ai un pull pour toi si tu veux.

J’ai baissé ma main, mes oreilles et les yeux par la même occasion, sentant la vague de culpabilité me reprendre de plus belle.

- Je me sens horriblement coupable de l’état dans lequel je t’ai mis. Vraiment. J’suis désolé.

J’ai attendus deux secondes, puis j’ai pris la direction de ma maison. Il avait dit qu’il devrait sans doute partir. Peut-être qu’il allait le faire après tout. J’étais un bel idiot en fin de compte. Mais je dois avouer une chose. Il sent bon ce garçon, c’est une chose que je ne risque pas d’oublié. J’ai sourie de coin en y pensant, même avec ce froid je pouvais le sentir d’où j’étais. C’était agréable. J’me suis étiré et j’ai fini par arriver devant chez moi. J’ai cherché mes clés un moment dans ma poche, sortant mon petit carnet au passage et j’ai ouvert. Il faisait délicieusement chaud chez moi. Je pouvais sentir une partie de mon stress s’évacuer en entrant. J’ai déposé mon carnet dans l’entré et j’ai fait signe à Nikolas de fermer dernière lui pour pas que le froid envahisse les lieux.

Ma maison, mon studio. Un paquet de plante et quelques meubles en fait. Je n’avais même pas de lit, enfin si quelques part j’devais en avoir un, mais je dormais dans le hamac pendus au plafond. Je me suis retourné pour regarder Nikolas un moment. J’avais allumé et pour une fois il était pleinement inondé de lumière. Je le voyais cette fois parfaitement. Je lui ai sourie plein de sincérité et j’ai attrapé un pull sur le tas de vêtement propre et je lui ai lancé.

- Prends pas froid, j’ai du chauffage pour les plantes, mais tout de même.

J’ai cherché une serviette et une veste bien chaude que je suis venus lui mettre dans les bras juste après, puis je me suis étiré et j’ai ouvert le frigo. Je n’avais pas grand-chose dedans, mais je me devais au moins de donner à boire à mon invité non ? Pour une fois que j’ai un invité ! Golan n’en croira pas ces oreilles quand je vais lui raconter ! Je me demande si son odeur restera après son départ ? Cette pensé me fit rougir, allons pourquoi je pensais ça en plus ! J’étais fatigué, c’était ça en fait ! Depuis le début, c’est la fatigue. On va dire..


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Dream in #cc0000
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nikolas Wood
Sex, drug, vanity
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 19/10/2016
Autres comptes : William O'CAHAN, Ethan WALKER, Conrad COOPER, April HAWKINS.
Sex, drug, vanity
Jeu 26 Jan - 23:15




Winter is comingOn peut vivre, on peut mourir. On peut jouer à des jeux sans vraiment regarder ce qui va arriver. On peut ignorer ce qu'on ressent, il se peut même qu'on passe à côté du plus important, mais on ne s'aperçoit que trop tard de ce qu'on a loupé dans la vie.Il semblait avoir mal tout d’un coup, j’espère qu’il ne va pas tomber dans les pommes, car sinon moi je me casse. Oui je peux être sympa, mais je peux être aussi le connard qui abandonne comme ça sans aucune pitié, car il se fait terriblement chier. J’ai voulu m’approcher pour voir si tout allait bien, mais mon geste resta juste dans ma tête, car il me regarda de nouveau. J’ai détourné le regard pendant un instant, je devrais partir je ne pense pas que ça soit une bonne idée de rester si ça se trouve il va vouloir des choses en échange et je n’étais pas ok. Oui je sais j’ai un métier de prostituée, mais faut pas déconner. En secouant la tête je l’ai regardé de nouveau en voyant sa main tendue vers moi, il voulait quoi au juste ? J’ai gardé mes mains dans mes poches, je n’allais sûrement pas lui serrer la main tout de suite, enfin jamais je veux dire. J’ai fixé le coin de la rue en l’écoutant et j’ai baillé. Ouais me faut un pull, il avait au moins une bonne idée. Il venait de baisser sa main et son regard aussi, bon si on avançait au lieu de faire un concours de celui qui fera le premier pas ? J’ai soupiré.

« Je me sens horriblement coupable ».

Gars ce n’est pas comme si j’étais mort, pourquoi il en faisait tout un plat sérieusement. On dirait que j’avais quitté le monde des vivant cependant je suis toujours de ce monde, il faudrait qu’il s’en rende compte le bonhomme, je l’ai suivi quand il se remit à marcher. J’ai regardé autour de moi, l’endroit était recouvert de neige maintenant, c’était vraiment beau, mais bon c’était un temps à tomber malade. J’ai attendu qu’il ouvre sa porte et je suis rentré après lui en fermant la porte. Bordel qu’il faisait chaud maintenant, c’était super, j’ai lâché un big soupir de soulagement, mais bon dieu je sentais que j’allais vraiment tomber malade avec ce changement de température. Il me souriait comme je ne sais pas quoi, je ne comprenais pas son délire tantôt il m’engueulait tantôt il me souriait, il ne sait vraiment ce qu’il veut ce Angel, j’ai pris le pull qu’il venait de me lancer.

« Faut pas te sentir coupable. T’sais j’vais pas en mourir, ça arrive. »

J’ai pris la veste et la serviette qu’il me tendait et une fois pris j’ai enlevé mon manteau, mon écharpe et mon haut, oh bordel que ça faisait du bien d’enlever tout ce froid. J’ai taté mon dos, mais je ne sentais rien, donc sans doute n’avais-je rien, mais bon je regarderai mieux en rentrant si j’ai des bleus ou non, j’espérais que je n’avais rien, ce n’était pas gracieux d’avoir des marques comme ça surtout dans mon métier, faut avoir un corps parfait pour attirer les clients, même si la marque de morsure sur ma cuisse ne doit pas vraiment aider, mais d’un côté si, ça prouve qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent... Enfin bref n’en parlons pas, je me suis essuyé le dos, car ouais j’étais mouillé du coup et j’ai enfilé le pull, pull un peu grand, mais bon, puis la veste et j’ai remis mon écharpé. Je l’ai regardé pendant un moment. Je me suis approché de là où il était.

« Je te remercie pour ça Angel. »

J’ai sorti un petit papier de ma poche et un stylo puis par la suite j’ai noté dessus « Tu me dois toujours de l'argent, alors n'oublie pas mes 150 euros mon gars. ». Puis j’ai mis ma capuche sur ma tête et je l’ai déposé sur son carnet. J’ai tourné ma tête en le regardant une dernière fois, il regardait son frigo, alors j’ai ouvert la porte et je suis parti. Une fois dehors j’ai regardé de tous les côtés et j’ai pris une direction au pif de toute façon je retrouverai bien mon chemin, alors que je marchais je me suis rendu compte que j’avais oublié mon manteau chez lui.. Bon pas grave j’en avais d’autres au pire.

© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» J'ai fait des choses que j'regrette suffisamment, suffisamment pour y penser tout le temps. JENS
» Le hasard fait bien les choses...| Conrad
» « Le hasard fait parfois l'amitié. » [PV : Croc Pur.]
» [RP] Le hasard fait bien les choses...
» Le hasard fait bien les choses. [Bartemius Croupton Jr.] TERMINÉ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Capitale :: La plage-
Sauter vers: