Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[RP - Flash-back ] Meet a song in the snow

 :: Alentours :: Ancien parc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sonny Nobody
Nothing
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 20
Autres comptes : Angel Argawaen - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Nothing
Mer 18 Jan - 16:15
  • Jun Huang
  • Sonny Nobody
Première neige.
Dix-sept heures.

Il faisait déjà sombre, les rues étaient inondées par les lumières des bars environnants, mais le ciel était d’un gris presque noir. Je n’aime pas l’hiver et ces ciels de plombs. Je n’aime pas le froid, ni l’humidité, ni rien de tout ça. Je marchais depuis ce qui me semblait être une éternité. Approchait des jours de fêtes et bientôt ce sont les chants de Noël qui inonderait les rues. Tout ça me déprimait, j’adorais ce genre de chose avant, mais savoir que cette année et pour la première fois je passerais mes fêtes seuls, ça me déprimait. J’ai fourré mes mains en poches, j’avais vraiment mal dosé mes dimensions cette fois encore.

Les manches de mon pull en lin ne laissaient pas dépasser mes mains et mon pantalon était un peu serré pour moi. J’avais réussie à arboré une tignasse de cheveux rosé qui tirais encore malgré moi sur le blond, mi- long jusqu’au cou. J’avais essayé d’adoucir mes traits, c’était le plus difficile car par instinct je me ressemble trop parfois. Ironie n’est-ce pas ? La première forme que j’avais réussie à prendre était mon ancienne forme, bien entendu, je ne pouvais pas me permettre de sortir comme ça, donc je faisais des tests. Pourquoi je serais dehors sinon ? Le rose semblait être un garçon parfait en apparence, je pense que je le peaufinerais et le garderais. Ma dernière expérience fut une jeune fille rousse. Très mauvaise idée de faire une fille. On ne m’y reprendra pas.

Le vent glacer me mordait la chair du visage. Aller encore une dizaine de minutes et je rentrerais dans mon motels. Je n’avais pas encore décider de ce que je ferais de la petite fortune que j’avais pu récupérer de mes anciens dû, mais pour l’instant elle me permettait de rester dans un motel bien tranquille. Le monde me semblait si fade, si modeste. Les gens vivaient réellement comme ça ? Je dépassais une bande d’Armadiel sortant d’un bar assez bruyant. Je ne pouvais m’empêcher de les suivre du regard. Les Armadiels sont, à mes yeux, la race la plus parfaites de toutes ! Si fort, grand, viril, parfait ! Ce que je ne donnerais pas pour être un Armadiel ! Mais même en prendre la forme m’était compliqué. Sans doute qu’avec le temps … J’avais déjà pas mal progressé en deux mois je trouve.

J’ai passé une main dans mes cheveux, oui ils tiraient bien trop sur le blond à mon goût j’allais devoir arranger ça. J’ai tourné la tête à droite puis j’ai bifurqué dans une rue plus calme. J’allais essayer de me poser quelque part pour arranger ça. Au final j’aimais assez bien l’idée de pouvoir devenir qui je voulais, même si l’anonymat m’était encore assez étranger. Marché comme ça dans la rue sans que personne ne me regarde. C’était à la fois étrange et, bien ? Oui je suppose que j’aime assez ça, je pouvais enfin prendre un café dans une boutique sans qu’on me clame que je fais de la PUB. J’ai sourie face au souvenir. J’ai de nouveau tourné sur une rue cette fois presque désert. Où j’allais atterrir comme ça ? J’ai continué de marché poussant un peu plus mes mains en poches.

J’avais froid, mais ça m’était bien égal. J’me sentais étrangement libre de tout. Le chemin s’arrêta sur l’entré d’un parc qui semblait tristement abandonner. J’ai esquissé un autre sourire en poussant des deux mains la griller geler. La morsure du froid me pris par surprise et j’ai laissé la barrière s’ouvrir seul en un grincement peu rassurant. J’ai finalement pénétrer en ces lieux. Je ne voyais personne. Je me suis retourné, toujours personne. Mon cœur battait à tout rompre, la solitude la plus total ! J’ai reculé de deux pas entrant un peu plus dans le par cet j’ai levé les bras en l’air victorieux ! Deux mois entier que je n’avais pas pu m’isoler, deux moi sans pouvoir me lâcher vraiment.

J’ignore si quelqu’un peut comprendre ce que je récent en ce moment. J’me suis mis à courir à travers les aller, le froid avait recouvert le sol de givre et malgré moi j’ai fini par glisser, atterrissant sans la moindre grâce dans un petit carré d’herbe. J’ai explosé de rire, seul couché sur le sol. J’avais surement l’air complètement idiot, mais ça m’était bien égal. J’ai levé une main au-dessus de moi, j’avais de grande main fini par de longs doigts assez fins. Les doigts de musicien ai-je pensé. J’ai inspiré remplissant mes poumons de cet air si froid, si pur et j’ai ferme les yeux. J’essayais de sombré un peu mes cheveux, plus rose que blond à présent. Le ciel était toujours aussi sombre et comme par magie je vie des flocons descendre doucement, c’était beau ça.

- There's a memory of how we used to be. That I can see through the flames. I am hypnotized as I fantasize. Forgetting lies and pain. But I can't go back ~

J’avais commencé à chanter malgré moi. C’était enivrant, je pouvais sentir toutes les cellules de mon corps s’affoler. Je n’avais pas changé de voix, c’est une chose que je ne pouvais, ou ne voulais pas sans doute. Je me suis laissé prendre dans la spontanéité du moment. J’me sentais revivre, comme si j’avais été privé d’une drogue si précieuse trop longtemps. C’était sans doute un peu le cas ! Je chantais de plus en plus fort, ne me souciant plus de rien.

- This is the point of no return. Hooo hooo ~

J’ai laissé les mots comme suspendus dans les airs. J’étais empli d’un sentiment sans précédents. Oui je me dois de l’avouer, ça m’avait terriblement manqué ! J’ai éclaté de rire toujours couché par terre, je pouvais sentir la moiteur du sol pénétrer mon pull mais ça m’était tellement égal. J’étais à bout de souffle à force de rire. J’avais ce sourire de figé sur le visage, quand quelques chose attira mon attention. Un bruit ? Un souffle ? Une ombre ? Je n’aurais su le dire. Je me suis relevé sur les coude, mon cœur battait de plus en plus vite, je n’osais pas balayer le paysage du regard. Quelqu’un ? Ou alors c’était mon imagination ?

La neige recouvrait une bonne partie de mon pantalon, mais je ne me suis pas lever, incapable du moindre geste. Qu’est-ce que j’avais fait ? J’étais idiot ! Tellement idiot ! J’allais tout gâcher ! Mon cœur menaçait d’exploser quand je me suis finalement retourné. Mon souffle ce coupa. J’étais comme mort, une fois de plus, tant dis que je fixais devant moi l’individu qui avait dû, non seulement me prendre pour un fou, mais également celui qui avait à présent le pouvoir de réduire mon existence à rien. J’n’étais plus capable de parler.
- Le nom de la Musique qu'il chante c'est Point of no retour de Straset - J'utilise Starset pour la voix de Sonny. -

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬


Spoiler:
 
Mes cadeaux ~':
 
Revenir en haut Aller en bas
Jun Huang
Armadiël
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 22/12/2016
Armadiël
Mer 25 Jan - 19:16
Tu passes d’un lieu à un autre. Tu vas un peu n’importe où sans vraiment réfléchir à la raison de ta présence ici. En ce moment, qu’importe l’endroit où tu passes, qu’importe où ton regard se trouve, il n’y que haine et violence. Des propos injurieux sans raison d’être. Des enfants qui se font passer à tabac sous principe qu’ils sont d’une race différente. Soi-disant inférieur. Dans les recoins des quartiers, quelques seringues qui trainent. Tes oreilles sont violées par le grognement des engins. La fumée des clopes et des pots d’échappement agresse ton odorat. Jun tu ne supportes plus la ville !  Tu as besoin  de prendre du recul. Besoin de t’isoler un peu quelques heures. Peut-être quelques jours même. Mais où ? Avec l’arrivée des formules et la pollution, les endroits de paix et de tranquillité sont plutôt rares… Au fin fond de la forêt serait peut-être un peu exagéré, et ennuyant à la longue. Tu ne tiens pas non plus à risquer ta peau dans une zone contaminée…
 
Le fond de l’air est frais. Le ciel sombre en ferait fuir plus d’un. La violence de l’hiver à faire rentrer dans leur maison les personnes les plus frileuses et les moins résistants. Et toi, les joues rougies par le mordant du vent, tu restes dehors. Te dirigeant vers un endroit solitaire. Un parc à l’abandon serait plutôt une bonne destination. Tu peux profiter des quelques jeux encore intacts et pas trop dégradés sans être dérangés. Crier si cela te chante, avec rien dans les alentours on ne risque pas de t’en vouloir. Le choix est fait, direction le parc !
 
Tu pensais être isolé. Tu pensais être le seul à y avoir pensé. Malheureusement, un autre petit malin à penser à la même chose que toi. Tu ne sais pas qui il est. Tu ne sais pas pourquoi il a voulu venir ici. Tu ne sais pas non plus exactement où il est. Mais tu l’entends. Tu entends une mélodie fredonner de loin. Et plus tu t’avances, plus le son devient clair. De mélodie tu comprends quelques brides de paroles jusqu’à clairement discerner les mots et les phrases chanter à tue-tête. Et alors qu’il ne semble pas faire gaffe à ta présence, il reprend de plus belle. Après les dernières notes qui fendent l’air,  c’est un rire franc qui résonne en écho dans le parc à l’abandon. Tu pensais repartir sagement lorsqu’une branche vint craquer sous ton pied. Loupé pour la discrétion…  Tant pis quitte à être repéré autant se montrer. Tu sais qu’il n’arrive jamais rien de bon à rester planqué dans un coin.
 
Tu sors de la pénombre due à la nuit qui tombe. Un air décontracté sur le visage. Ceci te permet te voir la personne qui a éclaté de rire il y a quelques secondes. Une tignasse rose et un air surpris sur le visage. Avec la neige qui commence à tomber, votre rencontre fait vraiment film de série Z. Mains dans les poches c’est tout de même sur tes gardes que tu avances. Les armadiëls ne sont pas toujours appréciés et ont la tendance à attirer les emmerdes quand ils arrivent dans un coin où ils ne sont pas vraiment le bienvenu… Un peu trop de prudence ne te fera pas de mal.
 
"Belle voix. Ca te prend souvent de rire aux éclats dans des coins à l’abandon ?"
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Nobody
Nothing
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 20
Autres comptes : Angel Argawaen - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Nothing
Mer 25 Jan - 23:30
  • Jun Huang
  • Sonny Nobody
Première neige.
Mon cerveau ne devait plus être très fonctionnel. Il avait l’air décontract, calme. En tout cas il n’avait pas l’air victorieux ou agressif. J’ai cillé plusieurs fois devant sa phrase. Si ça me prenait souvent ? C’était vraiment là, la première question qui lui venait à l’esprit ? J’sais pas je m’attendais plus à un truc dans le genre « Ha mais t’es pas mort toi ? ». J’étais complètement largué là. J’ai repris mon souffle au bout d’une seconde, j’avais même pas réaliser que je ne respirais plus sous l’angoisse. Visiblement il n’avait pas du comprendre, j’peux pas admettre qu’il ne me connaisse pas, mon égo serait terriblement touché que voulez-vous, c’est ça les stars, mais de là à répondre si calmement !

J’ai soupiré et je me suis relevé en époussetant la neige qui recouvrait mes vêtements. Calme, du calme réfléchissons. Il n’avait pas l’air très menaçant vu comme ça, il devait être humain vu sa trombine, c’était une bonne chose, je crois. Je l’ai dévisagé de haute en bas en essayant de rester calme. Il c’était contenter de parler sans plus. Je trouvais ça un peu louche maintenant que j’y pense. Pourquoi avait-il l’air si calme ! Ou alors c’était moi qui devenais parano ? Aller savoir… J’ai passé mes deux mains sur mon visage, je pouvais en sentir tous les traits, c’était jouissif de pouvoir contemplé de ces doigts son œuvre. J’ai pu reprendre un semblant de calme et j’ai enfin plongé mon regard dans le sien. J’avais ajusté, le plus ( pas ) subtilement du monde ma taille pour être à sa hauteur.

- Tu …

Très bon début Sonny super avec ça c’est certain que tu vas faire avancer la situation ! Pourquoi je devenais si timide ! C’est vrai quoi, j’avais chanté devant des milliers de personne, donner des centaines d’interview, et là devant un tout petit bonhomme je perdais mes moyens ? C’était troublant.

- Je veux dire. Enfin merci heu pour le compliment… Je crois… Heu.. Enfin tu … Tu comptes dires à quelqu’un ce que tu as vu ? J’veux dire, que heu que tu m’as vu ? Non parce que … Enfin j’ai heu j’ai de l’argent si il faut ! Mais … tu, enfin … Faut rien dire Monsieur, s’il vous plait.

C’était… Pathétique, je crois que c’est le mot qui convient le mieux. Je venais de faire quoi là au juste ! On dirait que je el supplie presque ! Bon j’admets, c’est carrément ça que je suis occupé de faire, mais merde ! C’est pas normal qu’il soit si calme, j’trouve ça louche, s’dois cacher un truc ! J’ai voulu reculé d’un pas méfiant, mais j’avais zapper le petit changement de taille subtil que j’avais effectué pour lui faire face. Mon corps ne fut ainsi pas habitué à ces nouvelles proportions, et j’ai fini par m’étaler dans la neige sans la moindre trace de grâce. Ha bha super, ça va aider ça tiens !

- C'est petit pardon, mais tu ne m'as pas vraiment donner quelque chose pour répondre :/ -

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬


Spoiler:
 
Mes cadeaux ~':
 
Revenir en haut Aller en bas
Jun Huang
Armadiël
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 22/12/2016
Armadiël
Dim 29 Jan - 13:30
Sait-il qu’on risque de crever si l’on ne respire pas ? Tu sais que tu es apparu comme un fantôme, mais tu ne penses pas être assez effrayant pour coupler le souffle de quelqu’un. Et bien que tu n’es pas trop à te plaindre de ton physique, tu n’es pas non plus suffisamment beau pour qu’on n’oublie le B.A-BA de la vie. Etrangement plus grand que ce qu’il ne paraissait quelques secondes avant étalé sur le sol, il semble perturbé par ta présence. Reconnais le Jun, c’est plutôt marrant à voir. Le voir faire comme si de rien était. Te juger en te contemplant de toute ta longueur pour finalement se mettre à bredouiller et à hésiter sur quoi dire. Plutôt ironique oui. Tu préfères attendre qu’il termine de trouver ces mots avant d’y répondre. Le couper en plein milieu n’aurait fait que le déranger et le perturber encore plus. Tu venais déjà le déranger dans sa chansonnette, pas la peine de lui faire perdre le fil de sa pensée.
 
Il est peut-être tombé un peu trop fort dans la neige avant de chanter. A qui pourrais-tu bien dire ce qui se passe ? Et surtout qui en aurait quelque chose à faire qu’un type random se trouve dans un parc abandonné pour chanter ? Tu te grattes un peu la tête pour essayer de trouver une logique à sa requête. Tu lâches un soupir en signe de résignation, préférant ne pas trop de prendre la tête avec cette histoire. Tu lèves calmement tes mains en l’air au niveau de ton torse pour lui faire comprendre que tu ne cherches pas la bagarre. Pas aujourd’hui. Il fait trop froid pour commencer, et tu es venu là pour te détendre.
 
"Déstresse mon vieux. Qui en aurait quelque chose à foutre que tu sois là ? Et puis ton argent c’est bien sympa de le proposer contre mon silence, mais je pense que tu peux le garder. Je ne vais pas révéler ta présence, je n’en vois pas l’utilité."
 
Tu laisses le vent qui commence à souffler remplir le petit blanc que tu fais. Est-ce qu’il t’a appelé… Monsieur ?! T’es pas si vieux que ça ! Bon t’es peut-être plus âgé que lui, mais si c’est le cas ce ne doit pas être de beaucoup. Il n’a pas de raison de t’appeler Monsieur… Au pire mec ou inconnu. Même gens que je ne connais pas aurait fait l’affaire, mais pas Monsieur. Tu as l’impression d’être un vieux crouton quand on t’appelle comme ça.
 
"Jun. Appelle-moi Jun plutôt que… Monsieur. C’est trop bizarre de se faire appeler comme ça alors que je suis encore jeune. Et si m’appeler par mon prénom te gène tu peux m’appeler comme tu veux tant que ça ne fait pas vieux."
 
Alors qu’il fait quelques pas en arrière, il se retrouve les fesses sur la neige, encore. On dirait un peu un faon qui tente de tenir sur ses pattes pour les premières neiges… C’est touchant, tu crois. S’il a un aussi mauvais équilibre, ce n’est pas vraiment la peine de l’aider à se relever. Dans deux secondes il sera encore en train d’enlacer le sol. Autant te mettre à son niveau et te poser dans le début de tapis blanc qui se forme. C’est donc en tailleur face à lui que tu continues ton questionnement.
 
"Tu n’as pas répondu à ma question. Tu viens souvent dans des coins abandonnés pour chanter ou rire ? Et c’est quoi ton prénom ? Après, t’es pas obligé de me donner ton vrai nom si ça te gêne. N’importe quel prénom fera l’affaire. C’est juste pour ne pas t’appeler tignasse rose ou petit faon. Enfin je m’en fiche un peu, mais ça risque d’être agaçant pour toi à la fin.
 
Tu lui tends ta main en signe de salutation. S’il a compris que tu n’allais pas l’agresser, il ne devrait pas avoir de raison de la refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Nobody
Nothing
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 20
Autres comptes : Angel Argawaen - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Nothing
Dim 29 Jan - 19:15
  • Jun Huang
  • Sonny Nobody
Première neige.

J’étais un peu perdu. Il c’était mis à mon niveau, comme en se doutant qu’au moindre pas je finirais à nouveau dans la neige. Cette maladresse me tue, je n’ai jamais été maladroit dans mon corps, enfin quand j’avais un corps à proprement parler. Ce n’est plus vraiment le cas. J’essayais de rassembler mes esprits. Il s’appelait Jun. C’était pour le moins facile à retenir, j’aimais bien. Je ne voulais pas le vexer en l’appelant Monsieur, c’était un genre de marque de respect, non ? Je me rends compte que le monde dans sa réalité est plus complexe que celui fait d’or et de paillette dans lequel j’ai grandi jusqu’ici. Ce nouveau statut me perturbe. J’ai donc baissé les yeux. Il continua pourtant de parler, comme souffle le vent, avec simplicité. Petit faon ? J’ai cillé devant le patronyme, on me l’avait jamais fait celle-là. J’ai sourie malgré moi, bon il n’avait pas l’air si méchant. Et visiblement j’avais pas tant merdé que ça car il semblait… Bien que me demander un faux nom, il se doutait que je ne voulais pas dire qui j’étais. Avait-il compris ? Je m’embrouillais encore tout seul. J’ai tapé sur mes joues pour reprendre un semblant de calme. Je me devais de lui répondre, ne serait-ce que par politesse ! Mais un nom. Je ne pouvais pas lui dire que je m’appelais Nathanaël Erthephilias, ce serait comme donner une arme à un bandit. Je n’avais jamais réfléchis à un nouveau nom. J’ai essayé de trouver au plus vite, afin de ne pas non plus lui donner trop de soupçon.

- Heu… Nobody ? Ha je sais ! Sonny ! Tu peux m’appeler Sonny Nobody… S’bien comme nom, non ?


Ainsi je m’appelais Sonny Nobody, j’allais devoir m’y habitué. Nobody, ça semblait évident maintenant que j’y pense. J’ai gratté ma joue un peu mal à l’aise, j’avais froid. J’ai essayé d’imprimer le fait que je lui étais inconnu. C’est super vexant en fait ! Bon okay, j’suis bien plus grand et mes cheveux sont plus courts et rose. Mais merde quand même j’ai exactement la même voix qu’avant ! Puis le talent ça ne s’imite pas. Oui j’étais vexer, j’ai gonflé les joues. Mon égo c’était pris une claque comme jamais auparavant. C’était fortement désagréable. J’ai fixé le jeune homme en face de moi en inclinant soudain la tête. Il n’a pas l’air trop humain en fait, y a comme un truc. Je ne saurais vous dire quoi, mais y a un truc. J’lui ai touché la joue.

- T’es pas humain Jun. J’arrive pas à mettre le doigt sur ta race, mais j’suis sûre que t’es pas humain.

Je retrouvais peu à peu ma personnalité sûre et franche, comme si cette claque à mon égo m’avait réveillé. Spas plus mal noté, j’aime pas le moi timide et discret. Enfin pas que je l’aime pas, mais j’y suis pas habitué, ça fait trop bizarre. Mais je vais surement finir par m’y habitué ? J’ai continué de fixé Jun, était-ce impolie ? Il c’était présenter avant de me demander mon nom, je devais peut-être refaire pareil dans ce cas-ci ?

- J’suis Dïsoriel moi.

J’ai rosît à nouveau. Merde ce n’était peut-être pas prudemment de lui dire ça, non ? Bien que mon égo souffre encore. Enfaite c’est presque à se demander si je ne veux pas qu’il sache qui je suis ou si je suis tellement vexer qu’il ne me reconnaisse pas que c’est le contraire. J’suis un mec compliqué moi bordel. Ha je ne lui avais toujours pas répondre !

- Et non, d’habitude je chante devant des gens pas tout seul dans la neige. Mais depuis quelques s’maine j’ai plus trop le choix.

Je l’avais regardé droit dans les yeux en lui disant ça. Bon bha mon égo à prit le pas sur ma raison, ça semble officiel ! Mais merde aussi j’ai bossé dur pour être THE stars moi. J4ai tiqué de la langue.


- Tu me diras si je dois changer un truc :) -

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬


Spoiler:
 
Mes cadeaux ~':
 
Revenir en haut Aller en bas
Jun Huang
Armadiël
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 22/12/2016
Armadiël
Dim 5 Fév - 10:21
Il hésite.
Il réfléchit.
Il répond.
 
 Sonny… Nobody ? Pourquoi pas. Tu es le premier à lui avoir dit de ne pas forcément donner son vrai non. En revanche, tu ne pensais pas qu’il chercherait vraiment un faux nom. Joue gonflée et mine boudeuse, tu as dû merder quelques par Jun. Pourtant, impossible de voir ce que tu as pu faire de travers. Hors mis le fait de l’avoir interrompu dans son chant. Et maintenant quoi ? Pourquoi te fixe-t-il ? Tu as un truc sur le visage ? Il attend que tu fasses ou dises quelque chose ? Il risque d’attendre longtemps, tu ne vois pas quoi dire. Et puis à la base, tu n’es pas venu pour taper la discussion avec un inconnu bizarre. Une demi-seconde plus tard et te voilà avec un contact physique avec ce Sonny. Son doit contre ta joue, comme pour vérifier que tu étais bien fait de chair. Une question… non plutôt une affirmation fuse. Cela te fait l’effet d’une balle que l’on vient de tirer.
 
La neige s’accentue.
Le froid grandit.
Il ne fait pas bon d’être dehors.
 
Tu ne t’en caches pas, mais tu ne cherches pas non plus à le montrer. Peu de gens peuvent dire ce que tu es juste en te regardant. De visuelle tu es lui, comme elle, comme eux. Tu es en tout point conforme à un humain lambda. Pourquoi veut-il savoir ce que tu es ? Son regard continue de te soutenir. Qu’il arrête ça, tu n’aimes pas être dévisagé… Il semble se souvenir de la politesse et se met à répondre à sa propre affirmation. Dïstoriel… Ce mot de dit vaguement quelques choses. Le nom d’une race tu en es certain mais laquelle… Il y en a trop pour que tu te souviennes de tout. Il enchaîne ne te laissant pas le temps de lui répondre. Ne te laissant pas de répit.
 
Il chante.
Il chantait.
Il chantera toujours.
 
Plus le choix ? Cela ne te concerne pas Jun. Tu le sais, mais tu es curieux de savoir la raison. Alors, ton défaut franchira tes lèvres alors que tu lui réponds sans grande joie.



"C’est laquelle des races déjà Dïstoriel ? Je me perds un peu dans tout ça. Et effectivement je ne suis pas humain. Je suis Armadïel. Comment l’as-tu su ? Qu’est-ce qui fait que tu n’es plus le droit de chanter devant les gens ? A ce que je sache, on n’interdit personne de chanter dans la rue. Ouais bon, ça ne vaut sans doute pas une salle, mais c’est mieux que rien. Si tu aimes vraiment chanter, j’pense pas que qui que ce soit puisse t’en empêcher."
 
Ce n’est pas plutôt que tu ne veux pas plutôt que tu ne puisses pas ? Cette dernière phrase tu te la gardes. Tu ne fais qu’y penser plutôt que de lui dire. Si lui aussi n’est pas humain, et si tu ne te souviens plus qu’elles sont les caractéristiques de Dïstoriel, autant ne pas prendre de risque. Si tu peux éviter une effusion de sang, tu le feras.
Revenir en haut Aller en bas
Sonny Nobody
Nothing
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 20
Autres comptes : Angel Argawaen - Lawrence Amandil - Alfredo O'dril - Kobayashi
Nothing
Lun 6 Fév - 20:16
  • Jun Huang
  • Sonny Nobody
Première neige.
Il avait l’air déçus que je ne lui dise mon vrai nom. C’était fort étrange ! C’est lui après tout qui m’a autorisé à choisir un pseudonyme, alors pourquoi tiré cette tête à présent ? Je me suis retenu de lever les yeux aux ciels. Soyons pragmatique, voyons. Il devenait bavard tiens pour le coup, qu’est-ce qu’il lui prenait, tiens ? Je l’ai écouté parler sans broncher. Il était Armadiel, c’est sans doute pour ça que j’avais pu le sentir. J’ai toujours beaucoup admiré cette race si pure et puissante ! Ce sont des gens brave et sans peur ! £Il ne semblait pas bien connaître la teneur de ma race, c’était fort rare de nos jours, mais je peux le concevoir. Après tout je suis à son antipode, une chose abjecte qui se cache sans cesse. Je me suis dérobé à son regard, jouant avec mes doigts. Le reste de sa phrase me fit sourire. Il est vrai qu’on n’interdisait pas encore au gens de chanter devant publique. Ces paroles me troublaient. J’avais pris une décision sur la quel il serait difficile de revenir, alors pourquoi cet homme m’assène-t-il d’un doute ? C’était un Armadiel, je pouvais avoir fois en lui, ce sont des hommes justes après tout. Il disait que personne ne pouvait m’en empêcher, ça me faisait sourire. Je me suis tenus plus droit, toujours assis dans la neige je sentais l’humidité du sol pénétré le tissus de mes vêtements. La neige tomba à nouveau du ciel en fin flocon, je les sentais qui recouvrait doucement le haut de mes cheveux. Je me suis gratter la joue distraitement, cet homme inspirait à la confiance de pas son calme. C’était chose certaine.

- Il est vrai que personne ne peut m’en empêcher. Si ce n’est moi, non ? Les Distoriel peuvent changer de forme, manier leurs cellules à leurs bon vouloir. Voilà la teneur de mon pouvoir.

Je n’avais pas encore répondu à ça question, je n’avais pas encore dissipé mes doutes. J’ai toute fois confiance. Je suis parfois naïf, je vous l’accorde. Je me suis finalement relevé, époussetant mon pantalon. Le froid m’engourdissait les membres. Je pouvais sentir mes nerfs se contracter pour parer le froid d’un frisson. Il suffisait d’ignorer ces nerfs après tout, les sensations disparaisse alors. C’est ma fois jolie, mais je ne suis pas encore assez doué que pour y arrivée. J’avais donc froid au demeurant. J’ai passé une main, puis deux dans mes cheveux les secouant une bonne fois.

- Les Armadiels je les admire beaucoup, j’aurais aimé devenir l’un des votre.


J’ai haussé les épaules regardant un point fixe sans réel intérêt.

- Mauvaise formule, bête histoire. Enfin c’est sans doute pour ça que j’ai compris qu’il y avait un truc non humain chez toi.

Que dire de plus après tout. Il me perturbait ce garçon. Je suis quelqu’un qui se torture l’esprit en temps normal, mais alors là c’était un comble. J’ai soupiré, que faisait-il dans ce parc lui d’ailleurs ? Ce n’était ni l’heure, ni le temps pour sortir. Le peu de gens qui sortent sont les dealeurs ou autres personne peu fréquentable. Est-il de ces gens-là ? On ne peut le croire en voyant son visage empreint d’une certaine sagesse. Surement dû à son calme. C’est troublant, vraiment. Je me suis approché pour lui toucher la joue. Est-ce qu’il lui arrivait d’être moins calme, vraiment c’est perturbant ! J’ai pas les mots. Je lui ai lâcher la joue et j’ai soupiré une fois de plus.

- Je suis mort en fait, c’est pour ça que je ne peux plus chanter devant un public tel qu’il soit, vois-tu ?


Pourquoi je lui disais ça ? Pourquoi je me vends si facilement ? Je laissais ainsi mon secret se dévoiler et j’espérais mener ma nouvelle vie sans faille ? Je suis vraiment naïf, vraiment. Mais je n’ai jamais fait face à tel personne, il me faut apprendre à gérer le calme d’autrui. Je suis bien plus habituer à l’excentrisme des gens il faut dire ! J’ai haussé les épaules. Tant pis après tout, ça passe ou ça casse.

- Désolé c'est assez décousus, je ferais mieux sur la prochaine ! >< -

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬


Spoiler:
 
Mes cadeaux ~':
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» [Flash-back] Such a lonely day, the most loneliest day of my life [Anya ♥]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Alentours :: Ancien parc-
Sauter vers: