Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les liens du passé. ◄► Alfredo O'Dril.

 :: Capitale :: Les quartiers résidentiels :: Quartier Nord. :: Maison de Lawrence Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
William O'Cahan
The nightmare
Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 19
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD.
The nightmare
Sam 31 Déc - 4:12
Es-tu comme eux ?
#Alfredo

Je l’ai observé pendant un moment. Tout ce que je savais actuellement de lui, tout ce qu’il savait de moi, tout ce qu’on savait de Miller. Tout ceci je me fichais bien, est-ce que j’ai peur de lui ? Non, il ne me fait pas peur, pendant des années on nous a fait croire que la faucheuse pourrait venir nous tuer, qu’elle était là pour nous condamner, on voulait vivre il est vrai, rencontrer la faucheuse n’était pas dans notre emploi du temps, je dois bien l’avouer que même maintenant ce n’était pas vraiment ce que je souhaitai, mais en réalité avec le temps on s’en fiche tout ce qu’on veut c’est juste un petit peu de liberté. Si la faucheuse nous prenait ? Que grand bien lui fasse ça nous fera une liberté, pas la liberté qu’on souhaiterait, mais on serait libre quoi. On pourrait faire ce qu’on a toujours voulu faire, dire merci à quelqu’un de nous aider et même si mourir n’est pas la solution en vrai c’était d’une grande aide.

Ils nous ont tous remercié.
Ils nous ont souris.
Lua a sourie.
Lua avait compris.
Lua s’était résignée.


Je l’ai regardé aucune expression sur le visage, aucune marque qui disait « Je te crois », mais au fond je savais qu’il ne me croyait pas. Pourquoi ? Je suis un nightëel après tout. Lawrence peut croire que je suis gentil, mignon, naïf par moment, en réalité je suis bien pire, il n’y a pas pire que moi je suis le pire des pire tout ce que je fais en ce monde ce n’est qu’apporté le malheur même la faucheuse n’était pas capable de ça. Je me suis reculé légèrement quand il me posa sa question. Est-ce que j’avais peur de lui ? Bien sûr que non quelle question idiote et inutile. Je l’ai observé et j’ai tout simplement souris.

« Moi peur de toi ? Non. Pourquoi aurais-je peur ? Car tu es la faucheuse ? Que tu ne pourrais pas lui désobéir s’il te disait de tuer de nouveau ? Qu’importe tout ceci. Je n’ai pas peur de toi. Jamais.»

Je l’ai vu lever sa main. Je l’ai vu la poser sur mon front. Je n’ai même pas reculé, je n’ai même pas fait un geste, si c’était comme ça que ça devait se finir, ça se finirait ainsi. Mais je ne me suis pas reculé aussi, car je sais que ce n’était pas pour me tuer qu’il faisait ça, non loin de là. Je sais qu’il veut quelque chose et je peux lui donner, mais pas de cette façon. Il pense pouvoir me faire peur ainsi ? Il se trompe. La seule personne qui a peur là maintenant c’est juste lui et je le savais.

Faucheuse ou non, on a tous des peurs.

Je sentais une sensation étrange en moi, je le voyais, mais une sensation en moi me hurlait de partout que j’étais en sécurité tout de même. Il enleva sa main et la table fut que souvenir. J’avais envie de rire à sa phrase, ce n’était pas passé loin n’est-ce pas ? Ce n’était pas un problème. Je me suis accroupi là où il y avait la table tantôt et j’ai touché le sol. Lawrence allait faire la tête, on est deux à la maison et voilà que sa table disparait, il va en tirer une tête chelou moi je peux vous le dire. Je me suis relevé et j’ai passé ma main dans les cheveux en soupirant.

« Tu as essayé de faire quoi là ? En tout cas bravo, maintenant on va devoir trouver une nouvelle table en vitesse avant qu’il ne s’aperçoive que s’il nous laisse ensemble on détruit le mobilier. »

Sans doute Alfredo allait lui dire la vérité, après tout ils semblaient tout se dire, mais sans doute fallait-il d’abord lui trouver une autre table, puis trouver un gant, puis aussi faire la tombe pour Lua. Ah oui il faut faire beaucoup de choses aujourd’hui. J’ai frappé dans mes mains comme si je venais d’avoir une idée de génie, bien que ça ne soit pas le cas et j’ai tapoté l’épaule d’Alfredo. Il est vrai qu’il était plus grand, plus musclé et tout ce que je n’étais pas, mais ça n’allait pas m’empêcher de lui dire ma façon de penser, ah oui clairement.

« Bon Alfredo nous avons du boulot. Déjà te trouver un gant, car NON je n’ai pas peur que tu me tue, mais c’est surtout que j’ai peur pour le mobilier de Lawrence, on va éviter de ruiner sa maison, alors qu’il nous a laissé ici. Secondo on va trouver une nouvelle table, impérativement, une qui ressemblait un peu à celle d’avant même si je me doute bien qu’il va remarquer que ce n’est pas la vraie. »

Je me suis assis sur une chaise, pauvre petite table, j’allais lui parler de l tombe de Lua, mais au final je me suis tut. Ce n’était pas le moment de lui parler d’une telle chose, je pense qu’il serait préférable que je parle d’autre chose. Comme qu’est-ce qu’on va trouver comme excuse ? Car je ne voulais pas que Lawrence sache pour moi. Je ne voulais pas qu’il pense des choses.

« Ne dis rien à Lawrence à propos de moi s’il te plait. »

Je voulais lui dire en temps voulu, mais je ne voulais pas qu’il le sache par quelqu’un d’autre, je ne voulais pas qu’il apprenne le mal qu’on m’a fait par la bouche de quelqu’un d’autre, si quelqu’un doit lui dire un jour, c’est bien moi et personne d’autres. Je me suis relevé et j’ai pris mon sac.

« Bon, alors on passe chez toi prendre un gant. Puis après si tu as une voiture on la prend et on file acheter une nouvelle table, puis après on la monte puis après…. Je ne sais pas. Tu crois qu’il va se mettre en colère ? Comment on calme quelqu’un qui voit que sa table a été détruite ? Han. C’est compliqué. »

J’ai gratté mon cou et je me suis dirigé vers la porte tout en souriant et en me retournant j’ai lancé un dernier regard à Alfredo.

« Aller grand-frère ramène toi, ça ne va pas se faire tout seul le boulot ! »

Et j’ai ouvert la porte, mais sans l’ouvrir. Il était grand temps de bosser, je ne sais pas à quelle heure Lawrence finie, mais on allait avoir du pain sur la planche je suppose et le temps nous était compté.
Le temps m’a toujours été compté.

Mais ce n’était pas une mauvaise expérience cette fois.
Je me sentais bien malgré le fait que la table ait été détruite.
Je me sentais bien d’être avec Alfredo.
Je me sentais bien de pouvoir peut-être me rendre utile.



© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 21
Date d'inscription : 21/12/2016
Autres comptes : Lawrence Amandil - Sonny Nobody - Angel Argawaen
Doctor
Lun 2 Jan - 23:17

Alfredo
O'dril

Qui
es-tu ?

Ft. William O'Cahan

Il n’avait pas peur de moi. Je n’y comprenais plus rien. Il savait pourtant qu’à son ordre je le tuerais, il savait que je ne pourrais faire autrement ! Pourtant, il semblait se moquer de tout ça, comme si vivre lui était bien égal. J’espérais bien que ça ne soit pas le cas, ça briserais le cœur de mon ami. J’essaie de suivre son débit de parole. Il était bien bavard d’un coup ce gosse. Une nouvelle table, un gant. Je n’avais nullement l’intention de sortir pour ma part. J’étais fatigué, c’était mon jour de congé et je n’avais même pas encore pu déjeuner ! J’ai soupiré sans m’en cacher cette fois. Il gesticulait puis je captai une phrase bien plus intéressante que les autres.

Ne rien dire à Lawrence ? Evidement ce dernier ne devait pas lui avoir raconté sa vie passé. Pourtant Lawrence est loin d’être con et il connait le mien de passé. Je ne doute pas une seconde qu’il aura vite fait le rapprochement, donc même sen connaitre les détails, il sait déjà surement beaucoup sur William. Sans doute qu’il le protégé même de son passé comme il le fait pour moi. Si ça se trouve il avait même mis cet article-là exprès pour qu’on tombe dessus tous les deux. Je connais mon ami et je sais que quand il a un doute sur une histoire il est du genre à mettre des plans tordus en place pour avoir le fin mot de l’histoire.

J’allais soupirer de nouveau en voyant William aller vers la porte quand je ne pus retenir mon visage d’afficher un rouge sur mes joues. Grand frère ? J’étais très toucher certes, mais au point de rougir tout de même Alfredo ce n’est pas digne de toi ! J’ai tapé sur mes joues une ou deux fois comme le faisait parfois le balafré pour retrouver mes esprits puis je me suis accroupie près de petits tas de carbones et copaux qui avaient jadis été une si belle table. Est-ce que j’en étais capable ? Après tout j’avais plus souvent l’habitude de vieillir les choses que l’inverse. Et quand je reprenais les vestiges du temps c’était à l’état de cellule. Mais j’avais voulu faire mon malin et cette table était de ma responsabilité… Puis je n’avais pas envie de sortir aussi. Je suis donc resté comme ça deux secondes de plus avant de posé ma main droite sur ces restes.

J’ai essayé de me concentrer, aller ça devait ne pas être si difficile, mais bon je ne devais pas faire pousser un arbre dans sa maison, non plus. Je n’avais pas la moindre idée de combien de temps je devais reculer et une fois la table ayant repris forme j’ai réalisé que j’avais été un peu trop loin. Elle était flambant neuf. Cette table avait bien 60 ans de base et le bois vieillis lui avait donné un charme superbe. Mais là on pourrait croire qu’elle vient juste d’être montée. Adieu le meuble ancien. Je me suis frapper le visage. Est-il possible d’être moins doué que ça ? J’ai repensé à mes talents de cuisinier. Hm oui définitivement y a moyen.

- Horf tant pis j’lui expliquerais, c’est de sa faute après tout …

Je l’avais dit tout haut ? Bha ce n’étais pas si grave, je ne comptais pas dissimuler mes doutes à William après tout. J’ai été ramassé ce qui avait été mon gant, pour celui-là je ne pouvais rien faire c’était certain. Mais au moins William allait pouvoir venir prendre son déjeuner aussi. J’ai fourré le vieux morceau de cuire dans ma poche et je me suis relevé en m’étirant les bras. J’étais définitivement crever, j’ai baillé.

- Bon j’ai réparé la table donc plus besoin de sortir, pour mon gant, il est en cuire donc je ne saurais pas reprendre ces vestiges, mais ça devrait aller. Je suis calme maintenant. Bon petit déjeuner…


J’ai récupéré le plat qu’il m’avait mis dans le frigo, je n’avais plus qu’à le mettre au micro-onde. Plus qu’à le mettre au micro-onde… J’ai buguer deux secondes devant la boite contenant une omelette pour deux et du bacon. J’ai fixé le micro-onde. J’avais comme un mauvais pressentiment. J’ai ouvert la porte de ce dernier et j’ai pensé, tout de même à retirer le couvercle de la boite. J’ai mélangé les œufs avec ma fourchette pour pas qu’il colle dans le fond. J’avais appris ça en cours de cuisine, puis j’ai mis le tout dans le micro-onde et je l’ai enclenché. J’ai ensuite regarde William.

- Pour ce qui concerne Lawrence. Je pense qu’il en sait déjà beaucoup sur toi. Il connait mon passé, en entier, mieux que toi ou que quiconque. Tu ne penses pas qu’il aura fait le rapprochement ? Tu ne penses pas que si ce journal était là c’était pour une raison ? C’est un sale fourbe ce balafré.

Balafré, je l’avais souvent appelé comme ça et au final beaucoup faisait pareil. Pourtant il ne l’autorisait que de moi. Douce ironie n’est-ce pas ? J’ai voulu porter la fourchette à mes lèvres, quand j’ai réalisé que je ne l’avais plus en main. Mais attend elle est où alors ? J’avais … Non ?! J’ai entendu un sale bruit derrière moi, puis le bip du micro-onde et de la fumée. Je me suis retourné et j’ai retenu un soupire. Mais ce n’est pas possible. J’ai ajouté le visage toujours aussi neutre.

- Encore …

Si le micro-onde semblait, par miracle, s'en être sorti, ce n'était surement pas le cas du petit déjeuner au vu de la fumée.
[/quote]

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Ma dream is #cc3366
Revenir en haut Aller en bas
William O'Cahan
The nightmare
Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 19
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD.
The nightmare
Mer 18 Jan - 1:13
Es-tu comme eux ?
#Alfredo

Il n’était donc pas décidé à sortir, je pouvais le comprendre d’une certaine manière, j’ai soupiré on n’allait jamais pouvoir tout réparer avant que Lawrence revienne j’en étais presque sûr, il allait être déçu de ce qu’on a fait et je ne pourrais même pas nier que ce n’est pas moi, c’est sans doute ma faute tout ceci. J’ai lâché la poignée et je suis revenu vers lui, la table était à nouveau là. Bon certes ce n’était pas comme la table d’avant, mais il y avait une table, ses pouvoirs étaient impressionnant dans un sens, mais pas assez impressionnant pour que je flippe. En réalité « la faucheuse » je m’en fichais bien, ne pas avoir notre purée le soir nous faisait plus peur que ça.
Nouvelle génération sans doute. Petit déjeuné ? Il était temps, mais on dirait qu’on allait rester-là j’espère qu’on avait de quoi faire dans le frigo... Enfin pour lui du moins, car laissez tomber je ne pourrais rien manger comme d’habitude. J’ai soupiré, je dois pourtant bien faire un effort, j’ai passé ma main sur mon visage, tandis que je l’écoutai. Je me suis approché en même temps pour voir ce qu’il faisait eh bien il allait pouvoir bien manger avec tout ça.

J’ai froncé les sourcils. Est-ce que Lawrence oserait faire ça, alors que je n’ose rien lui dire ? Ça serait méchant de sa part, si c’était vraiment le cas je ne pourrai sans doute pas lui pardonner. Je sais qu’on peut faire le rapprochement sans doute, mais ce qu’Alfredo a vécu et ce que j’ai vécu, c’était certes un peu lié, mais il faut dire que dans un sens c’était éloigné, j’ai repensé à ce qu’aurait bien pu dire Lawrence dans un moment pareil, qu’est-ce que je pourrai lui dire s’il savait tout en réalité ? Est-ce que sa vision sur moi changerait ? Est-ce qu’il accepterait toujours ? Après tout il connait Alfredo et ils se ressemblaient plus qu’ils ne peuvent l’imager. Ils s’entendaient bien et ils semblaient proche pour que Lawrence sache parfaitement le passé de ce dernier.
Mieux ensemble ? Ils avaient formé une famille ensemble et je ne pouvais certainement pas en faire partie, je ne comprenais pas le sens du mot « famille », je ne pouvais décidément pas en faire partie. C’était sans doute la raison pour laquelle je veux partir absolument de cette maison en réalité. Devrais-je le faire ? Je ne sais pas. J’ai soupiré, je sentais quelque chose en moi me faire mal en y pensant, je sentais que quelque chose n’allait pas encore et encore, toujours cette sensation. Je sais que cet homme est arrêté, que sans doute on n’aura plus jamais d’ennuis, mais je sais bien que dans un sens que rien n’est fini et Alfredo serait de nouveau en danger si jamais ils apprenaient que moi l’expérience Nightëel avait retrouvé la faucheuse sans vraiment le vouloir. Il est fort sans doute, mais pas assez fort contre eux.

Non. Pas assez malgré ce qu’il pense.

« Je devrai partir dans ce cas. S’il est au courant, mais qu’il ne dit rien, je ne peux donc décidément pas lui faire confiance. »

C’était comme ça dans un sens, ne rien me dire et faire des plans foireux, je ne pouvais pas faire confiance à quelqu’un qui fait ça, fourbe il peut l’être, mais ça serait affreux de faire une telle chose, surtout qu’on peut faire un lien, mais à moins d’être un surdoué rien ne pouvait réellement relier Alfredo et moi. Non sauf si Monsieur Miller en avait fait tout un pavé dans ce journal qui avait fini en cendre, maintenant que j’y pense. J’ai entendu un drôle de bruit puis de la fumée, mais qu’est-ce qui se passait ? Je suis allé vite fait vers la micro-onde et je l’ai ouvert. Lui il semblait en état, mais la fourchette… Mais il a vraiment laissé la fourchette ? Quel idiot.

« La fourchette est mort et ton petit déjeuné aussi. »

J’ai cherché du regard des chiffons et j’ai pris ces derniers pour enlever le plat du micro-onde en secouant ma main pour faire partir la fumée, j’ai déposé la boite sur le plan de travail et je suis allé ouvrir une fenêtre pour faire passer l’air. Comment on allait régler ce souci ? Hum c’était une bonne question. J’ai regardé Alfredo.

« La micro-onde a survécu, c’est déjà ça. Je vais te faire des crêpes comme m’a appris Lawrence. Bon il faut donc du lait, du beurre, des œufs, de la farine, du sucre, un saladier, la poêle pour faire les crêpes. »

Je me suis attelé à chercher tous les ingrédients et le matériel qu’il faut pour commencer à préparer comme il se doit, je me suis rappelé le dosage que m’avait dit Lawrence et j’ai donc commencé à préparer la chose, j’ai remonté mes manches et j’ai commencé à faire la pâte.

« Penses-tu réellement qu’il est au courant ? »

Ça me travaillait vraiment, je ne voulais pas partir, je ne voulais pas quitter Lawrence, il… il avait réussi à me donner goût à la vie, mais s’il savait tout c’était dangereux. Vraiment dangereux. Bien plus dangereux que de savoir qu’Alfredo était la faucheuse. J’ai baissé la tête et je me suis concentré sur la recette. J’ai commencé à remuer un peu et j’ai ré ouvert le micro-onde, ça puait le cramer, on allait voir si ça fonctionnait, j’ai foutu la boite avec le beurre dedans et j’ai mis en route, ça semblait le faire malgré la petite étincelle que j’ai vu. Ouf, ça ne prenait pas feu.
J’ai sorti le beurre une fois fait et j’ai laissé le micr-onde ouvert pour qu’il prenne un peu l’air le pauvre et j’ai mélangé le beurre à la recette. Tout en restant silencieux.
© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 21
Date d'inscription : 21/12/2016
Autres comptes : Lawrence Amandil - Sonny Nobody - Angel Argawaen
Doctor
Mer 18 Jan - 17:04

Alfredo
O'dril

Qui
es-tu ?

Ft. William O'Cahan

Décidément ne pas lui faire confiance ? Ma conscience grogna contre moi, je ne voulais pas mettre à mal la relation que pouvait entretenir Lawrence avec ce garçon, mais le voir ainsi parler, c’était frustrant. Le balafré est peut-être fourbe par moment, mais il agit toujours pour et par le bien uniquement, je n’aime pas, ne supporte pas qu’on puisse penser du mal de lui. Il avait vite changé de sujet et était à présent au déboire de mes talents culinaires. Il ouvrit la fenêtre, se trémoussais, réglait mes problème. Comme si j’avais besoin de lui pour réparer mes bêtises, c’était toute de fois drôle de le voir s’affairer come une petite fourmi. Lawrence lui avait appris à faire des crêpes ? Bha tiens, c’est vrai qu’il adore la cuisine, moi aussi il m’avait appris à les faires, puis strictement interdit de recommencer aux vus des rénovations qui avait dû être faite suite à ça. Il remonta ses manches et commença à faire la pâte.

Il revenait finalement sur le sujet alors ? Moi qui pensais qu’il s’était mis à la cuisine pour y échapper, c’est donc un pur acte de pitié face au carnage du micro-onde ? Peut-être que je devais le réparer d’ailleurs, mais c’est un appareillage électrique, pas un truc organique. Je n’allais pas pouvoir faire grand-chose donc. Oui l’inorganique et moi c’est une longue histoire… J’ai soupiré en passant une main dans mes cheveux. S’il était au courant. Pourquoi me demander ça au final ? Il lui fallait une raison valable en témoin pour lui faire la tronche ? J’ai haussé les épaules. J’avais des doutes sur le hasard des choses, mais je ne voulais pas que mon ami ai des ennuis, j’allais donc les garder pour moi. Il recommençait à bouger, ça m’épuisait de le regarde comme ça. ? J’ai baillé.

- J’en sais rien, j’ai omis des suppositions. Tu devrais lui faire plus confiance, non ? Vous êtes ensemble, ça veut dire confiance aveugle l’en envers l’autres t’es au courant ? Spour ça que je lui avais tout dis à l’époque.

J’ai regardé la machine à café et j’ai mis une capsule dedans, fallait que je me réveillé un peu mieux s’il voulait de nouveau rentrer dans des sujets complexe. J’étais épuiser, et par le manque de sommeil, et par la situation. J’ai appuyé sur le bouton rouge et j’ai laissé l’eau chaude inonder les grains. Quand j’y repense, cette matinée me trouble, j’avais comme un pressentiment étrange face à la situation. Savoir que le Maître c’était laisser prendre me semblait… Risible ? J’ai pris la tasse chaude et j’en ai bu une gorgée avant d’aller m’asseoir sur un des tabourets qui trônait près du plan de travail.

- J’doute fort qu’il puisse rester en captivité. Spas son genre.

J’avais pensé à haute voix, le regard dans le vide. J’ai bu une autre gorgée. Non décidément je n’arrive pas à me dire que le Maître c’était fait prendre aussi docilement. Y avait un truc, j’en étais certain. Pourtant le conseil est assez persuasif, surtout leurs chef. Même lui avait dû se sentir petit devant. J’ai soupiré, je n’arriverais plus à dormir tant que je n’aurais pas tiré ça au clair. Peut-être Law’ avait-il placé le journal là pour ces raisons ? Après tout il n’était pas idiot, il avait peut-être des doute slui aussi ? Ou simplement voulait-il me rassuré ? J’ai tiqué de la langue.

- J’pense que Lawrence sait certaine chose sur toi, oui. Mais je pense surtout qu’il a les mêmes doutes que moi. Spour ça que ce journal était là à mon avis. Alors arrête un peu de le juger, aime le put…

J’ai retenu ces derniers mots en soupirant. Non fallait être gentil avec son petit frère Alfredo ! Pas de jalousie, tu as laissé passer ça ce n’est pas le moment d’y repenser. J’ai fini mon café d’une traite quand mon ventre ce manifesta. Ha bha ouais mon vieux, mais si on était capable de se faire à bouffer, on en serait pas là alors prends toi au cerveau, pas à moi ! J’étais agacé. J’allais faire comment si William et Lawrence ça devenait sérieux ? J’allais vraiment pouvoir compter sur lui comme avant ? Me serait-il toujours la cuisine ? La lessive ? Serait-il encore là pour moi ? J’ai appuyé ma main sur mon menton. Et si ce n’était plus le cas, j’allais faire comment moi ? J’ai soupiré exaspéré, dire que ce Night ne lui fais même pas confiance ! Ca me tue.



▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬
Ma dream is #cc3366
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Capitale :: Les quartiers résidentiels :: Quartier Nord. :: Maison de Lawrence-
Sauter vers: