Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Jun Huang
Armadiël
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 22/12/2016
Armadiël
Jeu 22 Déc - 17:36
Huang Jun
ft. Lie Ren de RWBY

Âge : 23 ans
Race : Armadiël
Orientation : Bisexuelle
Code du réglement. : Code validé.
Caractère

Le silence est d’or et tu sais le respecter lorsqu’il le faut Jun. Tu as beau vouloir réconforter les personnes dans le besoin, vouloir apporter ton aide à ceux qui la réclame, parfois c’est ne rien dire qui en apporte le plus. Une simple main sur une épaule pour apporter du réconfort et une bouche qui ne dit mot peuvent faire des miracles. Il est vrai que tu ne fais pas preuve de grand bavardage incessant Jun. Tu n’ouvres pas facilement ton cœur non plus. Si l’on veut apprendre à te connaître, il va falloir y mettre les formes et beaucoup d’effort. On ne peut pas t’en vouloir d’être sur tes gardes. Après tout… la guerre faisait rage il n’y a pas si longtemps que ça… Et même si aujourd’hui vous êtes dans une période de paix, qui sait combien de temps cela va-t-il encore durer ? On a beau dire, tu sais que certains n’approuvent pas les formules. Tu sais aussi que c’est pour cette raison que certains crachent leurs venins sur toi. C’est pourquoi tu ne t’ouvres pas facilement. C’est pour cette raison que tu restes longtemps sur tes gardes. Peu de personnes ont le droit à ta confiance. Une confiance pourtant de qualité. Une fois acquise, il est difficile de la perdre. Une fois obtenue on pourrait presque te demander la lune que tu irais la prendre pour eux.
 
Tu n’es pas capable de tourner le dos à un ami dans le besoin. En fait, jamais tu ne seras capable de refuser une main qui se tend vers toi qu’elle soit amie, ou ennemie. Pour toi toutes les personnes ont le droit à une seconde chance. Si une âme se perd ou s’égare n’est-ce pas normal de lui montrer le bon chemin à suivre ? Ce sera ensuite à elle de juger si elle veut accepter ce chemin ou non. Là où certaines personnes préfèrent se montrer violentes et juger au premier abord, tu te contentes d’observer Jun. Avant d’appliquer ton verdict, tu veux en savoir le plus possible. Devra-t-elle prendre l’épée de Damoclès de plein fouet ou te tiendras-tu à ses côtés par la suite ? Tout dépend de comment l’on se comporte avec toi. Tu te laisses ce choix Jun. Celui de décider de quelle manière tu traiteras cet inconnu. Cependant, bien rare sont les fois où tu te montres impitoyable. Oh il existe bel et bien ces moments. Ils ne sont jamais très beaux à voir… La violence et te battre tu sais faire. Tu préfères simplement l’éviter quand cela est possible. Un homme pacifiste pourrait-on croire.
 
Bien souvent tu l’es Jun. Tu préfères le dialogue aux poings. Rien ne vaut une bonne discussion qu’elle soit crue ou enrobée avec des mots sucrés. Ca aussi tu maîtrises Jun. La langue est quelque chose qui te fascine. Le ton employé peut tellement changer le sens d’une phrase que tu joues souvent sur cela. A force de lire, tu as acquis un vocabulaire plus ou moins assez large. C’est tout à ton avantage Jun. Tu t’en amuses même par moment. Semer le doute quand il n’a pas lieu d’être. Donne conseil comme le ferait un père castor ou simplement se moquer gentiment d’un ami qui viendrait de faire une bourde. Sans mot vous n’êtes rien. Sans mots il est difficile de bien se faire comprendre. C’est pourquoi Jun, tu te montres particulièrement attentif et précis dans le choix de tes mots. Rien n’est dit au travers, rien n’est dit sans réflexion. Que ce soit blessant ou réconfortant, tu auras choisi de faire passer ce ressenti.
 
Au premier abord on ne dirait pas, mais tu es plutôt du genre précieux Jun. A toujours prendre soin de sa petite personne. Tu aimes être chouchouté et pomponné. Seuls les plus proches auront la chance de te voir le soir, le visage couvert par un masque ou autre produit de soin. Ce n’est pas parque ce que tu es un homme que tu ne peux pas prendre autant soin de ton corps qu’une fille. Ainsi, ta facture d’eau explose facilement avec le nombre de bains que tu prends. Si monsieur peut s’extasier des heures sur le dernier produit pour corps de sortie, c’est une tout autre histoire lorsqu’il s’agit de te surprendre. Impressionnable tu ne l’es pas ou très difficilement. Les chances de te voir avec un hoquet de surprise n’avoisinent pas les zéros, mais elles y sont tout de même proches. Peut-être que quelques chauves-souris peuvent aider une tierce personne à atteindre son but ?
 
Plutôt fleur bleue, tu prends le temps d’admirer ce qui s’offre à toi. Un beau coucher de soleil, un dessert joliment dressé, rien n’échappe à ton œil. Il faut se le dire Jun, tu aimes ce qui est joli. Que la beauté joue sur un côté plus osé comme certaines lingeries pour mesdames ou simplement sur une babiole inutile mais mignonne, tu t’arrêteras pour contempler l’objet de ta convoitise. Tu as la fâcheuse manie de toujours vouloir ce qui t’attire. Un peu à la manière d’une pie qui rapporterait tout ce qui brille à son nid, tu cherches à acheter tout ce qui t’intéresse. Acheter… ou voler. Reconnait-le, il t’est déjà arrivé de chiper ci et là quelques broutilles sur les marchés parce que cela te plaisait mais que tu n’avais pas assez d’argent pour te l’offrir. Et que le premier qui n’a jamais emprunté quelque chose sans le rendre à quelqu’un te jette la première pierre ! Tu ne comptes plus le nombre de fois où tu as vu un frère voler le goûter de sa petite sœur ou inversement. Tout le monde l’a déjà fait alors pourquoi pas toi.
 
Cela semble logique d’aimer les mets sucrés en appréciant ce qui est mignon et en prenant autant soin de soi pourtant ce n’est pas ton cas. Là où d’autres tueraient pour manger un bout de ce gâteau dont tout le monde parle, toi tu es plutôt du genre à partir à la rencontre de mère amertume. Ce n’est pas que tu détestes les douceurs Jun. Tu trouves simplement qu’à force d’en manger, le goût perd de son charme. Si l’on t’offre un morceau de framboisier avec une tasse de thé tu n’iras certainement pas la refuser. Tu te contentes d’assez peu en fait. Ce qu’on te propose t’ira forcément. Si l’on enlève deux trois caprices de luxe que tu ne céderas pas, tu es un homme plutôt simple Jun.

Physique

D’abord courts puis longs, tes cheveux changent de longueur en fonction de ton humeur. Trop chaud, tu coupes. Trop froid, tu laisses pousser. Ta coiffure varie aussi assez souvent. Tu ne restes jamais sur quelque chose de définitif. En revanche, la teinte de tes tifs, elle, ne change jamais : noir. Simple et efficace. Cette couleur se fond dans la nuit lorsque même la Lune n’ose pas se montrer, et s’expose sans honte lorsque le Soleil se réveille. Pourtant, elle ne te satisfaisait pas à toi. Tu voulais un peu plus. Quelque chose qui te démarquerait de ces millions d’autres personnes partageant le même ton que toi. Alors tu as décoloré une mèche. Une simple mèche. En gros, trois fois rien. Il ne te restait plus qu’à trouver en quoi la teindre. Un panel infini de possibilité s’offrait à toi Jun. Tu as hésité. Longtemps hésité. Lorsque le choix fut fait, le résultat t’a comme ensorcelé. Jamais plus tu ne changeras d’avis. Cette mèche restera violette ! S’autorisant par moment un virement vers le fuchsia lorsque la coloration approche de sa fin de vie.
 
Ces deux couleurs sont en harmonie avec ton teint Jun. Le noir fait ressortir ta peau laiteuse, tandis que le violet t’empêche d’avoir l’air d’un fantôme sorti d’un vieux film d’horreur. Cette peau tu l’aimes. Tu l’aimes et tu en prends soin. Ô grand soin même ! Crème hydratante, masque pour la nuit, soin du visage… La liste n’en finit pas. Elle ne finit jamais, pire elle s’allonge. Que peut-on y faire, tu es un homme qui aime se faire chouchouter Jun. Il n’y a donc aucune raison pour que ton corps ne le soit pas non plus. Cela parait logique lorsque l’on voit tout les efforts que tu y mets, mais un simple effleurement est suffisant pour remarquer la douceur de ta peau. Quelques étirements et heures de sport en plus permettent de former une belle musculature et ainsi éviter une peau flasque et couverte de graisse. Si tu prends soin de toi, tu fais également attention à la manière de te nourrir !
 
C’est peut-être grâce à cette nutrition que tu fais aujourd’hui un beau mètre quatre-vingt-trois. Ton poids quant à lui se permet la liberté de jongler entre soixante-dix, soixante-quinze. Quand l’envie lui prend il se permet le luxe de monter jusqu’à quatre-vingts, mais attention pratiquement tout en muscle. Hélas, il y a bien quelques endroits qui sont difficiles à perdre…  De toute manière, on ne retient pas souvent ta carrure. Si l’on doit se souvenir de toi, ce sera plus par ton visage que cela se fera.  Tu as une bouche très fine semblable à celle d’une fille. Des lèvres rosées et légèrement pulpeuses. De belles lèvres souvent recouvertes par un baume protecteur pour les saisons froides. Attention à ne pas éterniser son regard dessus trop longtemps. Elles ne sont pas offertes à tout le monde et pour les avoirs, il faudra d’abord conquérir le reste. Il faudra passer par ce regard qui se permet de juger. Ces yeux qui, peut-être à cause de la formule, varient entre le violet et le fuchsia. La même couleur que cette mèche de cheveux. Ce petit rappel qui fait qu’on te situe tout de suite. Ton regard est ton âme Jun.
 
Tantôt sévère, tantôt rieur. Aussi diverses que variées, nombreuses sont les expressions qui passent sur ton visage. C’est ce qui frappe. C’est ce qui marque. Si l’on devait énumérer celles qui reviennent souvent, ce serait sans aucun doute le sérieux et ce petit sourire pincé. Une situation risquée ou un choix à faire, c’est le regard fixé dans le vide, les sourcils un peu froncés et la mine en train de réfléchir qui viendront en premier. Cette expression beaucoup de gens la connaissent. C’est celle que l’on voit pratiquement tout le temps. Un peu plus rare, mais tout de même fréquent, c’est avec des amis ou des proches que ton visage se déforme un peu. Avec ce petit sourire pincé au coin de la bouche et ses yeux un peu moqueurs. Ce visage qui ne montre que douceur et affection on aime le voir. On voudrait le contempler plus. Hélas, seuls quelques élus en ont la chance. Plus rares encore sont ceux qui te verront rire à gorge déployée.
 
En somme Jun, tu es pratiquement passe-partout. On se souviendra de toi si l’on te recroise, mais l’on t’oubliera assez facilement si tu ne montres pas signe de vie. Ton code vestimentaire ne changera rien à cela. Souvent en pantalon blanc et accompagné d’une veste dans le style chinois, tu ne tapes pas vraiment à l’œil. Peut-être que si tu laissais plus souvent tomber ta veste cela changerait ? Avec un haut sans manche qui te remonte au cou et quelques choses qui s’apparentent à des gants, tu serais un peu plus remarquable dans les esprits.


Histoire


Tu n’as pas la famille la plus parfaite au monde Jun. Tu n’es pas non plus la meilleure personne qui soit. Comme tout le monde vous avez fait des choix, des erreurs. Comme chaque individu vous avez des envies et des regrets. Vous ne vivez pas dans un conte de fées ni dans un monde fantastique, bien que l’on pourrait le croire depuis quelques années. Bien que la paix soit prônée, des tensions existent toujours. Des tensions qui continueront d’exister comme elles l’ont toujours fait. Le racisme se fait plus sentir dans des quartiers plus démunis. Dans ces mêmes quartiers où arnaques et crimes sont monnaie courante. Les riches mangent sur la tête des pauvres et certaines races se trouvent supérieures à d’autres. Soi-disant plus forte. Soi-disant meilleure. Ton monde est brutal. Ton monde est mauvais Jun. Tu es conscient que ce n’est pas une vie de rêve, malgré tout, tu l’aimes quand même ce monde. Bien qu’il soit fissuré, bien qu’il soit ébréché, c’est là que tu vis et tu ne peux pas le détester.
 
Tu as peut-être eu plus de chance que d’autre Jun. On ne peut pas dire que tu sois naît une cuillère en argent dans la bouche, toutefois tu n’es pas tombé très loin de ça.  Deux parents encore présents, ce qui n’est pas toujours une évidence de nos jours. Deux personnes non divorcées et une seule progéniture pour perpétuer le nom : toi. Bien que tu sois fils unique Jun, tu n’as jamais souffert de solitude. Tu n’as jamais envié ces frères et sœurs qui jouent ensemble le soir en rentrant de l’école. Pas plus que tu ne désirais un petit animal à caresser et à t’occuper. De toute façon, cela aurait été difficile à avoir avec une mère allergique aux poils. Peut-être allergique à la poussière aussi, vu l’état de votre maison. Jamais un truc de travers, jamais un grain de saleté. Un père peu présent, mais toujours là pour partager le souper avec vous. Aimé et choyé, tu ne manquais de rien Jun. Petite maison dans le quartier Nord et balade dans les jardins les après-midis c’était ça ton quotidien.
 
Tu es né humain. Tu as vécu humain. Tu n’as, en revanche, pas grandi humain. Tes parents ne finiront pas non plus leur vie en mortel de seconde zone. Une lubie de ton père. Un caprice de ta mère. L’un dans l’autre, ils sont tombés d’accord sur ce point. Formule ici. Formule là. La télévision ne parle que de cette chose. Tu n’étais pas assez grand pour saisir toutes les nuances énoncées par l’écran. Tu l’étais pour savoir que tu allais changer de ce qu’on appelle maintenant race. Aujourd’hui encore tu ne comprends pas pourquoi tes parents ont voulu vous faire devenir comme ça… Tu ne l’as pas voulu, tu ne l’as pas demandé, mais tu t’y es fait.
 
Dix ans était, d’après eux, l’âge parfait pour te faire changer. Eux avaient déjà fait le grand saut depuis deux ans. Ils étaient comblés et toi effrayé. Plus beau que jamais, plus fort qu’avant c’est comme si ton père et ta mère étaient devenus immortels. Bien sûr cela n’était qu’à tes yeux d’enfant. Ce qui t’effrayait Jun, ce n’était pas ce changement de race. Ce qui te faisait peur c’était que tu changes toi-même avec cette transformation. Ce que tu craignais c’était un éloignement de tes amis. Un abandon de ce que tu avais réussi à construire du haut de tes huit ans. Tu as eu raison d’avoir peur Jun… Ta transformation n’a bouleversé ni le monde, ni ta famille. Elle a changé ta manière d’être vu par la société. La date a été décidée sans ton avis. Un matin, pendant les vacances. Pour soi-disant que tu te fasses à ce nouveau corps. Tu n’oublieras jamais cette date. Personne ne peut oublier la date de ce genre de chose. Ce que tu as ressenti, ce que tu as pensé, combien de personnes sont passés par là ? Combien d’enfants ont connu cette chose ?
 
Sur le coup : rien. Tu ne te sentais pas différent. Tu n’avais pas l’impression d’être devenu invincible comme tu le croyais pour tes parents. Puis le temps passe et avec ce corps devenu magnifique, quelques douleurs ci et là. D’abord infime puis plus violente et de nouveau insignifiante. Comme une croissance trop rapide. A la manière d’un fruit tombé au sol car mûr trop tôt, tu as changé beaucoup trop vite pour ton âge. Rien d’insupportable  ou de grave, mais suffisamment gênant pour souffler quelques grognements. Depuis ce jour tu n’es plus humain Jun, tu es armadiël. Depuis cet instant tu cesseras d’exister comme un homme et tu seras armadien. Tu seras jugé et vu comme tel. Rien de plus, rien de moins.
 
Tu as continué de grandir. Tu as pris de l’âge. Dix, onze, douze. L’école primaire finie, tu passes au collège sans trop de difficulté. Séparation douloureuse avec tes amis. Pas question de suivre le même cursus qu’eux pour diverses raisons. D’abord parce que certains ont eu aussi connu ce changement. Ensuite parce qu’il a été décidé que tu irais dans un collège spécialisé pour ce que tu es devenu. Simple mesure de sécurité d’après ton père. Ta mère pense qu’il sera plus simple pour toi de te faire des amis. Les deux n’ont pas tort. Il est plus simple de se lier d’amitié avec des personnes similaires et cette transformation t’a doté de certaines capacités qu’il vaudrait mieux savoir gérer en cas de crise. Là-bas tu n’es pas seul. Là-bas les élèves ont parfois connu les mêmes problèmes que toi. En voyant certains adolescents tu es relativement satisfait de ce que tu es devenu. Si ce n’est la couleur de tes yeux, le reste de ton corps ressemble à celui d’un humain. Tu ne peux pas en dire autant des autres lorsque tu vois des parcelles de corps métallique ou griffes acérées.
 
Tu es bon en cours Jun. Il faut dire que tu fournis des efforts pour y arriver. Jamais absents, toujours volontaires, tes bulletins sont parfaits. Pourtant réussir à maîtriser ton nouveau « don » n’a pas été de tout repos. Au total il te faudra tout le collège et deux ans de lycée pour y parvenir. A ce stade tu es capable de le maîtriser, mais pas de l’optimiser. Tu arrives à faire apparaitre une arme dans chaque main, à tirer et à recharger. Par contre tu ne sais pas pourquoi il s’agit de SMG et qu’ils apparaissent toujours en double. Dans le but de te défendre par toi-même, sans compter sur ce que tu es devenu, tu as choisi d’apprendre les arts martiaux. Convaincre tes parents n’a pas était une mince affaire, mais tu as fini par les faire céder.
 
Tes études finies, tu as voulu quitter le nid familial. Ce n’est pas que tu ne t’entends plus avec tes parents, plus que tu ne supportes plus le fait de vivre dans un quartier aussi luxuriant. Tout y est tellement beau et brillant… C’est comme si ce quartier avait été créé pour masquer les abominations qu’il y a ailleurs. Prenant un appartement dans un quartier un peu plus abordable, tu aides tes parents à le payer avec des petits jobs à droit et à gauche. Tu as croisé beaucoup de monde depuis ta transformation. Tu as vu ces différences Jun. Ce traitement si différent entre un armadiël et un vimentel. Tu remarques que les armadiëls sont plus respect par endroits, craint à d’autres… C’est injustice un peu partout te désole. Le temps de paix n’en porte que le nom. Le temps de paix n’a peut-être même jamais existé Jun… Tu ne peux rien faire pour y remédier. Ta petite voix n’y changera rien, pas plus que tes actions.

Un peu de vous

PUF : Panda-sama pour vous
Prénom : Cherchez pas, ça restera Panda-sama
Âge : 20 pied de biche wesh
Un peu plus de vous : J’suis un panda et j’emmerde le monde.

Revenir en haut Aller en bas
William O'Cahan
The nightmare
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 20
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS.
The nightmare
Jeu 22 Déc - 18:15

• Bravo tu es validé(e) ! •



Jun HUANG


Bonsoir et bienvenue

J'ai lu ta fiche et tout me semble OK. Tout est cohérent avec le contexte, donc je ne vois pas d'inconvénient à valider.
J'en ai parlé avec Alfredo aussi qui pense que ta fiche est valide aussi. Du coup te voilà validé.

Je te souhaite un bon séjour parmi nous et amuse toi bien.

N'oublie pas les recensements qui sont juste ici => http://exp-darwin.forumgratuit.fr/f24-grand-registre

Puis la demande de rp et aussi ta demande de logement pour ne pas vivre dans la rue. => http://exp-darwin.forumgratuit.fr/f27-les-demandes

(c) code de Mîm

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» Choucroute time !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de rp :: Recensement des habitants :: Présentations validées-
Sauter vers: