Mr X était un scientifique de bien triste renommé.Voulant redorer son blason, il entreprit un nouveau projet. Rendre aux hommes la vie plus simple.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Qu'une nouvelle relation naisse des cendres

 :: Capitale :: Hôpital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 07/09/2016
Autres comptes : Angel Argawaen - Sonny Nobody - Alfredo O'dril - Kobayashi
Doctor
Jeu 15 Déc - 3:07


Au détour d'une salle.

ft.


9h30 : Début de mon service.

J'étais d'horrible humeur. Quatre, quatre jour maintenant ! Pourtant cette douleur restait la même. Je pouvais encore voir son visage, émus par la peur. J'ai serré les dents, j'aurais du ... J'avais faillis ! Mais au moment de le suivre, son nom resta bloquer dans ma gorge. Ce souvenir hanta un peu plus mon humeur. J'avais été promus à un nouveau service, les maladies raciale. Certes c'était intéressant, mais je n'avais plus le coeur à l'ouvrage. J'étais ailleurs, je n'arrêtais pas de revivre ce moment. Et ce débile de Jean ! Je l'avais viré à coup de pied le lendemain, de chez moi comme du mes jeunes ! Il en avait subit les conséquences. Il n'avait pas toléré ça. Mes pensés furent coupé, un nouveau patient entra.

12h30 : Pause déjeuner.

Je me suis rassis à mon bureau fatigué. Je n'arrivais plus à trouvé le sommeil. Mon ami et collègue l'avait remarqué bien entendu et si jusqu'ici il c'était absout de toute remarque, quand je le vie entré dans mon bureau j'ai bien compris que ça ne se passerais plus comme ça. Il pris une chaise pour e foutre en face de moi tout sourire. J'ai soupiré continuant de trifouillé le plat tout fait que j'avais acheté avant de venir, sans faim. Je ne l'écoutais même pas me parler de banalité du style, " Ho tu as vus madame chose à beaucoup progressé depuis son opération. " tout ça m'était égal. C'était bien une première, mais c'était vrai.

Il tapa du poing sur mon bureau, ce qui me ramena à moi et j'ai daigné le regardé levant un sourcil. Je savais bien qu'il finirait par abordé le sujet, mais je ne voulais pas lui dire ce qu'il n'allait pas. Moi-même j'avais eu beaucoup de mal à comprendre. Je l'aimais ce putain de gosse ! Comment était-ce possible, aller savoir, mais la vérité avait fini par tombé. Et elle faisait mal. J'ai grogné contre mon ami que je voulais pas parler, ce à quoi ce dernier y compris une peine de coeur. C'est déprimant quand les gens vous connaisse à ce point ! Je l'ai fais sortir de mon bureau. Il compris encore une fois. C'était trop tôt, la douleur était trop vive.

13h30 : Reprise du service.

J'ai remis ma blouse blanche et j'ai pris mon bic. J'avais plusieurs rendez-vous cette après midi. Un Galaïel qui ne nous avez surement contracter des moisissures d’écorce, un Mentanel avec des migraines chronique et un Nightëel. Il était mon premier rendez-vous. Enjoie ! J'avais de plus en plus de mal avec cette race, d'autant plus que j'étais trop ouvert à eux ces derniers temps ! J'en avais fait les frais quand Logan est venu me voir pour un soucie d'argent, ce gosse ne ce contrôle absolument pas et il m'a fait vivre ces derniers instant avec plus de réalisme que toutes les fois précédentes. En joie, donc ... J'ai ouvert la porte de mon cabinet, bloc à la main.

- Suivant.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬


Plus ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
William O'Cahan
The nightmare
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 20
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS.
The nightmare
Jeu 15 Déc - 3:43
I can't ignore you anymore. #LawrenceJe ne sais pas comment j’ai atterrie là, mais je l’ai fait.

Quatre jours. Quatre jours que je me sens super mal. Quatre jours que je ne comprenais pas ce qui s’était passé. QUATRE PUTAIN DE JOURS QUE JE SOUFFRE.
Je n’avais pas osé raconter à Joshua ce qui m’était arrivé, je n’avais pas osé lui dire qu’on m’avait embrassé, que je m’étais blessé en voulant frotter mon pull, je n’avais rien dit, j’avais tout gardé pour moi, alors que je lui faisais super confiance, alors que c’était un ami précieux, je n’avais rien dit pour le protéger, pour ne pas l’ennuyer des ennuis futiles, je ne voulais pas qu’il souffre avec moi, je voulais qu’il pense que tout aille bien.

Sa sœur n’était pas dupe par contre, sa sœur malgré qu’elle soit morte, elle avait compris que quelque chose clochait, elle avait compris que je n’allais pas parler, pourtant elle m’avait dit d’aller à l’hôpital pourquoi ? Car maintenant tout ce que je mange je revomis, j’ai tellement mal au ventre que quand j’essaye d’avaler ça ne veut pas rester dans mon ventre, ça ne veut pas. Ça ne veut plus. Mon patron m’avait dit qu’il voulait que je prenne un jour de congé pourquoi ? Je ne sais pas.

Enfin si. Il trouvait que j’avais « perdu » du poids. Comment était-ce possible ? C’était malheureux. Il m’avait forcé. Je m’étais résigné, je voulais bosser, mais il voulait pas de moi du moment que je n’avais pas pris rendez-vous.
J’avais horreur des hôpitaux, ça me faisait peur. Je voulais fuir, mais rien y fait, je n’avais pas le droit. J’étais maintenant devant. Le seul hôpital. Lawrence devait y être, mais je n’étais pas encore prêt à le voir. Quoi que si je le croisais je pourrai le rembourser. Je vais faire ça et faire croire qu’il n’y avait pas de place pour des rendez-vous. Je suis arrivé vers l’accueil et j’ai demandé un certain Lawrence, au début on allait me dire la réponse, mais une personne assez grande est arrivée et a hurlé qu’on m’envoi au service des maladies raciales, en hurlant que ce n’était pas possible qu’on laisse une personne comme moi dans un tel état que ce n’était pas humain, qu’on devrait punir les personnes qui me laissent trainer ainsi, que j’avais besoin qu’on m’occulte et tout. Je n’ai pas tout compris, j’ai fait que je n’avais pas besoin de ça, j’étais juste venu pour voir quelqu’un, mais là aussi on ne m’avait pas laissé le choix.

On m’avait forcé à m’asseoir sur une chaise, à chaque fois que je voulais bouger, on me disait de me rasseoir, qu’ils allaient utiliser des médicaments, je sentais quelque chose d’étrange arriver. Je sentais que quelque chose n’allait pas, mais je n’arrivais pas à dire quoi. Je me grattais un peu les bras en regardant autour de moi, je voulais juste voir Lawrence pour le rembourser et ne plus jamais qu’il entende parler de moi et me voilà a attendre…ATTENDRE QUOI D’ABORD ?
Je me tripotais les mains quand j’ai entendu un suivant.

Cette voix.
Ce visage.
C’était lui.


Merde j’étais son rendez-vous. Ce n’était pas bon, non je dois partir, je me suis relevé et ça a fait un grabuge pas possible, car j’ai tenté de fuir, mais les gardiens m’ont retenu de justesse pour m’emmener jusqu’à devant la porte. J’ai essayé de cacher mon visage et j’ai juste lancé un >

« Bonjour Monsieur. »

Et sans quoi, on me poussa dans la salle derrière Lawrence comme pour être sûr que je ne partirai pas, je n’osais pas le regarder, alors je fixais le sol, je ne voulais pas regarder cette salle. Salle de torture.

Des mauvais souvenirs.

Je me suis mis à gratter mon cou super fort. Tellement fort. Je voulais disparaitre, encore une fois et mon cœur me fait encore plus mal que d’habitude. Bordel. Je veux mourir.

Laissez-moi mourir.
© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 07/09/2016
Autres comptes : Angel Argawaen - Sonny Nobody - Alfredo O'dril - Kobayashi
Doctor
Jeu 15 Déc - 4:01


Au détour d'une salle.

ft.


Mon cerveau c'était arrêter le temps d'une seconde. C'était une blague ? On se foutait de moi ? J'ai regarder le vigile qui me fixa genre, le laisse pas partir sinon j'vais l'opéré moi même ! J'ai soupiré, Armand et ses folies passagères, j'vous jure le monde en a après moi. J'ai fermer la porte de mon cabinet, lui tournant le dos. Que devais-je faire ? Le traiter comme un patient normal ? Alors que je venais de comprendre la nature de mes sentiments pour lui !

Ma poitrine me faisait mal. Puis j'ai réaliser. Pourquoi était-il à l’hôpital ? Je me suis retourné pour le fixé. Il a maigrit. Était-ce ma faute ? Et même sans ça, il était venu à l’hôpital, il savait que j'étais là ! Il avait peur de ces endroits ! Pourquoi ! Il voulait me voir ?! Ne soyons pas idiot, c'était impossible !

J'ai fermer mon bic et je suis partie m'asseoir à mon bureau sans prendre la peine de le regarder plus longtemps, il me peinait. J'avais réellement mal, je culpabilisais comme il ne m'avait encore jamais été donner de le faire ! Le hasard l'avait conduit ici, mais je ne méritais pas cette deuxième chance. Je ne pouvais pas rattraper mon erreur. Jamais, j'en étais pas digne ! Souillé quelqu'un de si pur... Je valais pas mieux qu'eux !

- C'est Law'... Je te l'ai déjà dis, non ? J'aime pas qu'on me nomme Monsieur. A la limite, tu dis docteur. * soupire * Bien tu es là pourquoi au juste ? C'est pas mentionné sur ton dossier.

J'essayais de rester dans mon rôle de médecin, être clair, simple, juste le médical, rien de plus ! Il n'est qu'un corps malade, un futur soignée, je ne devais pas le voir comme William, mais comme mon patient ! J'ai pris un élastique pour attaché mes cheveux, comme je le pouvais, c'était pas terrible du tout, mais ça passais, c'était pas totalement ridicule quoi. Il a peur de toi. J'ai serré les dents, mon bras me faisait mal. Je devais rester calme.

- J'suis étonné de te voir ici en faite ... Tu sais très bien que je travaille dans cette hôpital je te l'ai dis ce jour .

Pourquoi ? Pourquoi je disais ça ? C'était plus fort que moi. Je ne devais pas !

- Tu voulais me parler ? Tu as peur des hôpitaux, ça crève les yeux, donc si tu es venu c'est pour une raison. Je t'écoute ?

Tait-toi idiot, ne dis plus rien !

- Tu es venu me blâmer pour mes actes. Je te comprends, je m'en veux tout les jours d'avoir agis de la sorte, mais je ne le regrette en rien. J'ai agis ainsi car je devais agir ainsi et je te pris d'excuser Jean pour sa conduite absolument ... J'l'ai viré de chez moi et je lui ai bien fais comprendre qu'il n'avait pas intérêt à venir te trouver. Donc si c'est tout, tu peux y aller.

Idiot ! Idiot ! Ma poitrine me brûlait à un point où la douleur était à peine supportable. Ce n'était pas physique, je le sais. J'ai détourné les yeux, j'allais pleurer, encore. Ça devait crever les yeux, mais c'était mieux pour lui qu'il parte car... Le voir ainsi... J'allais encore ...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬


Plus ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
William O'Cahan
The nightmare
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 20
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS.
The nightmare
Jeu 15 Déc - 4:38
I can't ignore you anymore. #LawrenceSi froid. Si méchant. Pourquoi suis-je venu déjà ? Ah oui le rembourser. Je n’avais que ça à faire et partir. Je voulais parler, mais il enchaîna trop rapidement. Venir lui parler ? Viré ? Partir ? Il n’allait même pas m’écouter ou ça se passait comment ? Comment il avait pu viré son chéri de chez lui ? Comment il avait pu faire ça ? J’avais donc fait plus que fait faire une erreur à Lawrence... Je m’en voulais tellement pardonne moi Monsieur Jean. Je suis terriblement désolé. Je ne me retournais pas, je ne voulais pas le regarder sinon ça n’allait pas le faire.
Mais quelque chose en moi me faisait mal, super mal. J’étais en colère aussi. Pourquoi il me parlait comme ça ? Pourquoi ? Alors qu’il ne savait même pas ce que je faisais ici. J’avais tellement mal, bordel que ça s’arrête.

« Ça sera Monsieur ou Docteur, mais pas Law. »

Non William pourquoi tu fais ça ? Pourquoi tu agis ainsi ? William bordel tu dois le rembourser et tu dois partir, tu ne dois pas provoquer. Non ce n’est pas possible tu ne peux pas faire ça. Sapristi William.

« J-j’ai peur effectivement, mais… Je dois vous rembourser. Donc c’est en partie vrai que je suis venu pour vous. »

Juste la vérité et rien que la vérité après tout n’est-ce pas ? Mon dossier d’ailleurs, il avait parlé d’un dossier, mais quel dossier ? Je n’étais jamais venu ici. Je me tenais au niveau du cœur, ça faisait terriblement mal. Comment il ne pouvait rien regretter comment il pouvait dire qu’il avait agis comme il devait agir ? non, ce n’était pas comme ça, il n’aurait jamais dû faire ça, ce n’était pas bien. Il avait son Jean, mais là d’un coup j’ai tout oublié.
Je ne sais pas, le fait qu’il me dise de partir, ça me fait mal, terriblement mal, j’ai l’impression qu’il veut me voir partir, mais il dit ne pas regretter… Je ne comprends rien, je suis perdu.

« Je.. je voulais juste vous voir vous rembourser, mais un homme m’a envoyé ici en hurlant que ce n’était pas bien de me laisser ainsi. Puis mon patron m’a envoyé ici, car il trouvait que j’avais trop maigri et il veut pas me revoir au boulot du moment que je n’ai pas vu un médecin et j’ai besoin de bosser donc j’étais en parti venu pour ça. »

Je me suis enfin retourné pour le regarder malgré que lui il avait la tête tournée pour je ne sais quelles raisons qui vont encore m’échapper sans doute.

« Mais je peux partir, si vous ne voulez pas que je reste, vous avez des cas bien plus grave que moi. »

Sauf que Joseph m’avait suivi et qu’il me regardait en me disant, de rester et de parler de la nourriture qui ne passait pas. Mais j’ai tourné les talons et j’ai ouvert la porte, le vigile était encore là, il m’a regardé en haussant les sourcils en voyant que j’avais aucun papier dans les mains et il me fit signe de retourner à l’intérieur en fermant la porte. Ok, alors lui je crois qu’il ne m’aime pas. Bon après tout autant agir en médecin-patient comme dit mon patron. Je suis venu m’asseoir sur la chaise en face. J’ai frotté mes jambes et j’essayais de cacher mon visage.

« Vous ne regrettez rien ? Mais.. Jean ? C’est votre amoureux non ? Il vous a dit « Chéri », mais vous m’avez embrassé, il avait l’air en colère, c’est mal. Il doit être triste. Il faut que vous fassiez pardonner par lui, il doit souffrir de vous avoir vu faire ça… Il.. Enfin voilà. Vous devez réparer tout ça ! Il avait l’air si mal ! Si c’est un de vos jeunes même faut l’aider !»

J’ai osé un regard vers lui. Je me sentais terriblement gêner de lui dire ça. De lui parler d’amour, de regrets, de tout ça. Je me sentais mal.

« Quand je mange, je vomis tout. Ça ne reste pas, du coup je ne mange pas. Depuis ce jour… Mon cœur me fait mal aussi, je ne comprends pas.»

Je passais du coq à l’âne, je passais vraiment de l’autruche au kangourou. J’étais une boutade à moi seul, je cachais encore mon visage avec mes cheveux et je baissais la tête, je n’osais pas le regarder, je n’osais pas, j’avais tellement mal, mon cœur me faisait terriblement mal.

Je voulais mourir.
Disparaitre.
Finir en cendre.


« Parfois je veux que mon corps se consume, j’en ai marre. »

Pourquoi je lui disais tout ça, il allait me prendre pour un fou, il semble méchant en plus, il est comme les autres médecins. Méchant, odieux... Froid. J’ai fait accidentellement tomber mon porte-feuille, je l’ai ramassé et je l’ai tenu sur mes jambes en tremblant telle une feuille.

J’ai peur.


© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 07/09/2016
Autres comptes : Angel Argawaen - Sonny Nobody - Alfredo O'dril - Kobayashi
Doctor
Jeu 15 Déc - 4:55


Au détour d'une salle.

ft.


Monsieur ou Docteur donc. Ces mots me blessaient comme il ne pouvait l'imaginer, j'ai tourné un peu plus la tête, je ne voulais vraiment pas qu'il me voit comme ça. Me rembourser, il était venu juste pour ça. Pour une chose aussi futile. Cette chose en moi me brûla. J'ai serré les dents un peu plus. Chacun de ces mots me faisait l'effet d'un coup de poing. Il sorti, j'ai relevé la tête le temps d'essuyer mon visage dans l manche de ma blouse et il entra de nouveau, je vois qu'Armand n'a toujours pas de sens de l'humour. J'ai pris mon souffle, c'était fini, tout était fini. J'allais lui faire son putain de papier et il quitterait ma vie pour toujours...

Amoureux ?


J'ai relevé les yeux, il me regardait droit, fixe. Mon coeur s'emballa. Il pensait que moi et Jean ? J'ai réfléchit ne minute, était-ce pour ça qu'il c'était enfuie ? Ou m'avait-il réellement rejeter ? Je devais savoir. Je ne pouvais pas rester dans le doute. J'ai ouvert la bouche quand il continua. Ha il était réellement malade alors, j'vais vu juste avec sa perte de poids. J'ai continuer de l'écouter, calmement, jusqu'au bout. J'ai encaisser sa dernière phrase.

- Jean. C'est ça cause de lui que tu es parti ? Que tu m'as fuis ?

Mon visage ne pouvait rester neutre, il trahissait ma douleur, ma peine, ma peur. Je me suis levé de mon bureau pour venir lui faire face, lui tenir le visage qu'il me fixe bien au fond des yeux car je voulais qu'il entends mes mots et ne les oublies jamais !

- Jean et moi ça n'existe pas. Ce type est hétéro. La seule personne qui a volé mon coeur c'est toi crétin de Nightëel !

Je l'ai lâcher pour lui tourner le dos, j'avais pas mes clopes sur moi car j'étais dans mon cabinet, mais mon tic nerveux me poussa à les chercher du regards. Je devais me calmer. J'ai soupiré et j'ai passer mes mains sur mon visage pour reprendre un peu de mes esprits, j'étais médecin putain !

- J'ai besoin de savoir pourquoi tu es parti.


Ma voix tremblait.

- C'est médicale... Car ça peut être lier au stress ce que tu as...

Il allait mal, et pas seulement physiquement. J'aurais tellement voulu lui dire à quel point je tenais à lui ! Qu'il ne devait pas penser de tel chose ! Qu'il était unique à mes yeux et important ! Qu'il devait prendre soin de lui car il ne serait plus seul ! Mais de quel droit j'aurais pu lui dire ?J'étais l'idiot, le monstre qui l'avait mis dans cette état. En cet instant, je voulais mourir moi aussi.

C'est la première fois que je me sens mal à ce point, moi qui suis toujours si positif, moi qui en ai vu dans ma vie sans jamais flancher ne serait-ce qu'un peu ! Voilà que je pleurais encore pour un gosse qui m'avait fuit. Quel idiot je faisais. J'étais pas digne d'être médecin.



▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬


Plus ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
William O'Cahan
The nightmare
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 20
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS.
The nightmare
Jeu 15 Déc - 5:34
I can't ignore you anymore. #LawrenceEst-ce pour ça que je l’ai fuis ?

Est-ce pour ça que j’étais parti en pleurant de chez lui ? Est-ce vraiment à cause du fait qu’il y ait Jean ? Est-ce que c’est vraiment pour ça ? J’ai senti ses mains sur son visage, j’ai vu son visage près du miens, il faisait quoi encore ? Pourquoi toujours ça ? Hein ? il n’y avait donc rien entre lui et Jean ? Mais…

Voler son cœur ?

Moi ? Comment j’avais fait une telle chose ? Pourquoi moi ? J’ai senti que mes joues chauffaient (oui il rougit), mais je n’ai pas fait attention. Pourquoi ? pourquoi je lui aurai volé son cœur ? Pourquoi moi ? Il y avait tellement mieux au monde et lui parle de moi. La raison de mon départ et mon stresse serait lié ? Est-ce donc vraiment à cause de Jean que je suis parti ? Je me sentais tellement mal pour lui je me sentais tellement mal d’avoir foutu la merde dans son couple, alors qu’en réalité il n’y avait pas de couple, mais est-ce qu’il me dit la vérité ? Car je ne sais pas, mais qui nomme « Chéri » quelqu’un qui n’est pas son amoureux ? Je ne comprenais pas.

« Jean. »

Jean. Jean. Jean. Jean. Jean. Bordel. Pourquoi je ne comprenais pas, pourquoi je n’arrivais pas à y croire ? Je l’ai regardé. Pourquoi il avait l’air d’aller si mal ? Il semblait toujours « content », là il semblait dévasté, s’il vous plait ne me dite pas que je fais encore du mal sans le savoir. S’il vous plait ne me dites pas qu’il souffre à cause de moi. S’il vous plait. S’il vous plait.

« C’es-c’est en pa-partie à cause de lui oui. »

Je me suis levé de ma chaise pour venir vers lui, je voulais qu’il me voit et qu’il comprenne qu’il n’avait pas besoin de se sentir aussi. Il n’allait pas bien et si même moi je le voyais, c’est que quelque chose clochait. Il avait pleuré aussi. Je le voyais, je m’en voulais. Je suis vraiment un monstre d’avoir fait ça, quel déchet que je suis. J’ai regardé ensuite son bureau.

« S’il vous plait… Souriez. »

J’aimais bien son sourire en réalité, je sais que c’est idiot, mais en vrai son sourire était rassurant et on se sentait à l’aise, même si ce n’était pas mon cas au début, plus j’ai réfléchis et plus je me dis que je l’ai suivi, car son sourire était rassurant.
J’avais peur des hôpitaux, peut-être qu’en lui prouvant qu’il pouvait faire ce qu’il voulait il irait mieux ? Je ne sais pas, quand j’allais voir un médecin à cette époque, c’était dangereux. Je devais faire tout un tas de choses que le médecin me disait de faire. Je me suis encore rapproché de Lawrence puis je me suis reculé et j’ai déposé mon portefeuille sur le bureau.

« Mon corps se consume petit à petit. La nourriture ne veut plus rester. »

J’ai commencé par retiré mon pull, cette fois-ci je n’avais pas de t-shirt. Mon corps était pâle. Mon dos était marqué, les bras cicatrisés, mais ça cicatrisait un peu mieux. Le pull trois fois trop grand pour moi.

« Pourquoi je vous ai volé votre cœur ? »

J’ai défait ma ceinture doucement, j’ai dû rajouter deux crans, car ça n’allait pas sinon. Je l’ai déposé sur la chaise avec le pull. J’ai enlevé mes baskets. Puis le pantalon. J’étais à moitié nu dans son cabinet.

Je lui montrai mon corps hideux.

J’allais le faire fuir, j’allais le dégouter de moi. Qu’il abandonne cette envie de « m’aimer » c’est bien ça oui. J’allais faire en sorte qu’il voit le monstre que je suis et il se sentira mieux.Il faut qu’il aille mieux, il faut qu’il m’oublie, je ne suis pas fait pour être aimé, j’étais fait pour être détesté, je ne suis qu’à moitié sûr de ce que je veux, je suis à moitié sûr de ce que je pense.

J’ai mal.

Je l’ai regardé, j’étais désespéré. Je voulais qu’il me déteste, qu’il me dise de partir. Qu’il me dise que je suis un monstre, je voulais qu’il oublie ses sentiments pour moi et qu’il me laisse partir et qu’il passe à autre chose, je voulais qu’il abandonne.

S’il te plait Lawrence, abandonne.
Je t’en supplie.


« Sans âme. »

Sans cœur. Sans âme. Sans famille. Sans identité. C’est tout ce que je suis.


© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 07/09/2016
Autres comptes : Angel Argawaen - Sonny Nobody - Alfredo O'dril - Kobayashi
Doctor
Jeu 15 Déc - 5:58


Au détour d'une salle.

ft.


C'était donc bien en partie de la faute de Jean. En parti, j'étais donc entièrement responsable du reste de son malheur. Je m'en voulais tellement de lui avoir fait du mal ! Tant de mal ! J'étais monstrueux ! Comment j'avais pu lui faire ça, j'avais voulu le protégé du monde, de tous ! Alors que j'étais le seul responsable de son malheur ! Il se mis en face de moi, il voulait me voir sourire ? Mais que faisait-il ? Il se déshabillait ? Pourquoi ? Pourquoi agit-il comme il agissait certainement avec ces gens. Pourquoi ce comporte il avec moi comme avec ces monstres ? Ce corps, son corps. Je ne pouvais que le regardé. Il était si abimé, mutilé, je pouvais presque entendre les cries qui avait accompagné ces marques. J'ai mis ma main devant ma bouche, choqué, je tremblais.

Pourquoi me prenait-il pour l'un d'eux ? J'étais si horrible que ça ? Était-ce ma punissions pour l'avoir tâcher de mon impureté ? Ai-je le droit de le regarder seulement ? Je n'ai pu retenir mes larmes. Je ne voulais pas être comme eux ! Je ne voulais pas qu'il me voit comme eux ! Je n'ai jamais voulu lui faire le moindre mal, que du contraire ! J'ai serré les dents, j'allais devenir fou. Je n'ai pu que le prendre dans mes bras effondre par se spectacle. Il est insupportable de voir le corps de quelqu'un qu'on aime dans cette état, et c'est encore pire quand cette personne semble vous en tenir responsable !

Je n'avais aucunement le droit de le touché, pourtant je l'ai serré contre moi fort, je voulais qu'il sente tout la chaleur de mon amour, qu'il sente toute l’ampleur et l force de mes sentiments. Quatre jours durant je n'ai cesser d'y penser. Ce baisé avant été pour moi comme un changement radicale, une chose incroyable qui avait fait tourné ma vie sur un axe de 180 ! Je ne pouvais y renoncé et j'avais été idiot de même y penser ! J'en étais incapable. C'était si fort que même moi je n'y comprenais rien, c'était presque effrayant.

- Je ne suis pas comme eux William.

Ces mots, j'aurais voulu les crier, les hurler, les marqués aux sangs sur chaque mur, mais ma voix les porta à peine, un simple murmure. Je ne pouvais toujours pas le lâcher, c'était comme pour le baisé ! Je ne me contrôlais absolument pas, et cette fois j'avais si peur, tellement peur qu'il parte de nouveau loin de moi !

- J't'en supplie ne me fuit plus William, j't'en supplie j'y survivrais pas.

C'est comme si la douleur qui m'avait enlacer doucement pendant quatre jours revenait d'un coup, comme si toutes mes émotions me submergeait sans que je ne puisse bouger. Je voulais hurler ! Mais je n'en étais plus capable. Et l'effort qui me prit presque tout je le fit enfin. Je l'ai lâcher, j'ai reculé d'un pas. Qu'étais-je ? Qui était-il ? Comment j'avais pu devenir l'homme qui lui fait face aujourd'hui ? Personne ne m'avait jamais mis dans cette état, même quand il est parti. J'ai pleuré, mais ce ne sont pas les mêmes larmes aujourd'hui. J'ai froncé les sourcils. Lui il ne partirait pas, je ne le permettrais pas ! Je ne ferais plus cette erreur !

- Je t'aime vraiment, à un point que ça me fait peur William.

Je lui ai sourie, aller savoir pourquoi ces simples mots m’emplir de joie. J'en étais à ce point, sourire d'un visage bercé de larme. Qui étais-je devenu ? Est-ce ça l'amour ? Faut-il toujours ce perde pour enfin savoir qui on est ?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬


Plus ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
William O'Cahan
The nightmare
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 20
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS.
The nightmare
Jeu 15 Déc - 17:23
I can't ignore you anymore. #LawrencePourquoi ?

Pourquoi ça ne marchait pas ? Pourquoi il pleurait ? Pourquoi il me prenait dans ses bras. Non, non, non. Ce n’est pas bien. Non s’il vous plait faites qu’il me lâche, je ne pouvais juste pas bouger. Je ne pouvais même pas reculer pour qu’il me lâche, pour que je m’éloigne, que je parte.

Fuir encore.

C’est tout ce que je pensais. Fuir encore et encore comme un lâche. Pendant quatorze ans, je me suis battu pour ma vie. Je me suis battu pour trouver la liberté et au final quoi ? Maintenant que je le suis-je ne fais que fuir, je fuis mes responsabilités, je fuis les personnes, je fuis les médecins, je suis tout le monde. Je ne suis qu’en réalité qu’un lâche. J’ai tellement peur.
J’ai baissé la tête, il n’était pas comme eux oui. Il ne l’était pas. Non jamais. C’était murmuré, c’était calme, doux, c’était empli de douleur. Ne pas survivre ? Il me faisait tant de peine. Je voulais au début qu’il me déteste, qu’il arrête de m’aimer comme on aimait son enfant. Il me lâcha enfin. Mon corps en tremblait encore. J’avais tellement peur.

M’aimer à en avoir peur ? S’il te plait Lawrence. Je t’en supplie.

Déteste-moi.
Déteste-moi.
Je t’en supplie.

Il me souriait maintenant, alors que son visage était baigné de larmes. Ça me faisait mal de voir ça. Je me suis rhabillé en quatrième vitesse. Cette technique ne marchait pas, il faut que je trouve une autre solution et vite. Je me suis rapproché de lui et sans vraiment comprendre pourquoi, je lui ai caressé la joue pour atténuer les larmes. Ça me faisait tellement mal au cœur. J’allais l’achever, je le sais. J’allais l’achever avec mes phrases, j’allais le détruire, ça allait faire mal.

« Détestez-moi… Je vous en supplie. »

C’était plus une demande murmurée qu’un ordre. J’étais perdu dans ce que je voulais réellement maintenant, mais il ne pouvait pas m’aimer, non loin de là, il n’avait pas le droit ce n’était pas bien, il allait juste souffrir s’il faisait ça, c’était horrible, je me suis éloignée en baissant ma main, je l’ai regardé pendant un moment.
J’ai regardé son bureau et j’ai sorti de l’argent de mon portefeuille pour y déposer l’argent. Je ne sais pas combien ça coûtait, mais j’avais donné trente-cinq euros au moins j’étais dans le truc sans doute. Il était remboursé. Il faut qu’il me fasse se papier. Il le faut, j’ai senti quelque chose couler sur mes joues.

Je pleure ?

Pourquoi ? Je me suis essuyé le visage. J’ai tourné le dos à Lawrence et je me cachais le visage. C’était affreux, je venais de faire la plus grosse erreur de ma vie. Je me suis retourné pour essayer de le regarder une fois et encore une fois, pour la deuxième fois devant lui, je me suis mis à genoux, je cachais comme je pouvais mon visage.

« Je suis terriblement désolé, si vous savez je m’en veux terriblement. Je ne voulais pas vous faire souffrir, je ne voulais vraiment pas. C’est horrible ce que je vous ai fait. C’est tellement horrible… Il faut me détester, il faut me haïr, il faut m’oublier. Faire comme si je n’existais pas. Je vous en supplie. »

Mais mes larmes continuèrent de couler, d’un côté je voulais partir, mais d’un côté je voulais aussi guérir, je ne voulais pas mourir maintenant, je ne voulais pas que mon ventre rejette tout ce que je mange, je voulais manger de la pizza avec Joshua et rigoler en m’empiffrant de brownie. Je voulais jouer aux jeux vidéo avec lui, courir entre les tombes pour les nettoyer, redonner de la joie aux fantômes, je voulais que mon patron me dise que je pouvais bosser. Je voulais tout ça.
Je l’ai regardé en essayant de sécher mes larmes, je ne voulais pas que Lawrence disparaisse de ma vie, ça me faisait mal en y pensant et je ne sais pas pourquoi, j’avais terriblement mal, je voulais souffrir pour tout le mal que je lui ai fait. Son bonheur… Je lui ai enlevé, je lui fais peur avec cet amour qu’il a pour moi.

Je lui fais peur, comme le nightëel que j’étais.
J’étais un monstre.


« Je ne veux pas mourir, je ne veux pas mourir Law… Sauvez-moi s’il vous plait, sauvez-moi, ne me laissez pas seul, je ne veux plus être seul... »

Je ne voulais plus être abandonné. J’avais Josh, j’avais mon patron. Mais je voulais aussi Lawrence, il avait été si gentil, je ne pouvais juste pas oublier tout ce qu’il avait fait pour moi, mais je ne voulais plus qu’il souffre, je me suis caché le visage encore plus, j’essayais de sécher mes larmes, mais je n’y arrivais pas. Je voulais partir putain. Je voulais fuir encore une fois. Bordel c’est quoi tous ces sentiments contradictoires ?

« Protégez-moi s’il vous plait... Je vous en supplie. »

J’étais fatigué de tout ça, fatigué de fuir, fatigué de pleurer, fatigué d’être malade, fatigué de faire toujours de mon mieux et de foirer. J’étais lasser de vivre. Mais je ne voulais pas mourir.

« J’ai tellement mal Law.. Comment guérir ? Comment ? »

Je me suis mis à gratter mes bras, mon visage, mon cou, je voulais tellement me purifier de tout ce que j’étais, j’étais tellement affreux. Tellement horrible. Comment pouvais-je lui demander de l’aide, alors que je le faisais souffrir ? Je ne pensais vrai qu’à moi.

Sale égoïste d’expérience ratée.

© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 07/09/2016
Autres comptes : Angel Argawaen - Sonny Nobody - Alfredo O'dril - Kobayashi
Doctor
Jeu 15 Déc - 18:27


Au détour d'une salle.

ft.



Je me sentais si mal. Il était venu me caresser la joue, son contact était si doux. J’ai continué de sourire comme il me l’avait demandé. Je voulais le voir sourire moi aussi. Je voulais le rendre heureux, faire de lui le plus heureux de hommes ! La chose en moi me fit mal comme je ne pourrais jamais le décrire quand il me demanda de le détester. Je ne pouvais pas, c’était impossible ! Ce murmure, sa voix. J’avais si mal de le voir ainsi ! J’ai commencé à paniquer, mon cœur battais de plus en plus vite. Il s’éloigna de moi pour poser de l’argent sur mon bureau, il allait partir, J‘allais le perdre ! Je ne pouvais pas ! Non ! Mes mains on commencer à tremblés, je paniquais.

J’ai essayé de figé mon sourire. J‘ai essayé de rester fort ! Il me tourna le dos, quelque chose n’allait pas. Il pleurait ? C’était ma faute. Il se mit à genoux, je ne pouvais plus sourire, je n’étais pas assez fort pour ça… Le voir pleurer, c’était si douloureux, j‘allais mourir. Ces mots comment pouvaient-ils les prononcer ? Où trouvait-il cette force ? Comment lui faire entendre raison ? Je ne pouvais pas le détester ! Je ne pouvais pas l’oublier ! Je ne voulais pas l’oublier ! Il commença à paniquer. Je l’avais déjà vu dans cet état. Il parlait de cette drôle de façon, je n’aimais vraiment pas ça ! Je me suis agenouillé près de lui, je n’osai pas le toucher à vrai dire.. J‘avais pas envie de lui faire peur… Pas encore … j’ai pris mon courage à deux mains et j‘ai dit de la voix là plus calme que je pouvais.

- William, ce que tu me demandes… C’est impossible. Je n’en ai ni la force, ni l’envie. Je suis là pour toi, maintenant plus personne ne te fera de mal, plus personne ne te touchera ! Je te protègerais toujours !

Je l’ai pris dans mes bras, doucement, si doucement. J‘avais peur de le brisé. C’est alors que j’ai compris. Il ne pourrait jamais prendre cette décision, c’était aussi contre nature pour lui, que de l’abandonner l’était pour moi ! J’ai sourie. Je me suis assis par terre et je l’ai tiré contre moi, je le berçais dans mes bras pour le calmer. Pour ma part j’étais enfin calme, presque sereins. Je savais exactement quoi faire. J’ai d’abords attendu qu’il se calme un peu. « Chuuuut ». C’était si clair dans mon esprit ! J’ai doucement remis une de ces mèches de cheveux derrière son oreille. Je lui souriais.

- William. Tu n’es pas en mesure de prendre ce genre de décision, je viens de le réaliser. Alors c’est moi qui vais choisir pour toi.

Je murmurais plus que je ne parlais.

- Tu vas rester avec moi. Je vais prendre soin de toi. Et ne te dis pas que tu ne le mérites pas. C’est ma décision. Si tu veux me rendre heureux, accepte juste mes sentiments. Je ne demande rien de plus que çà. Je ne t’oblige en rien à m’aimer en retour, accepte juste le fait qu’à partir de ce jour, je veillerais sur toi. C’est aussi simple que ça.

Je lui ai embrassé le front. Je ne traverserais plus ces frontières. Il était maitre de son corps. Et quand et disais que plus personne ne lui ferai de mal, je me comptais parmi ces gens. J’allais faire là seul chose pour là quel j’étais doué. J’allais lui donner une meilleure vie, je serais comme son ange gardien. Plus personne ne le toucherais. Jamais ! Qu’importe mes sentiments… Aussi douloureux soit-il. Il n'en saurais jamais rien. Je ne lui en parlerais plus. La chose se crispa en moi.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬


Plus ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
William O'Cahan
The nightmare
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 20
Localisation : DANS TON...Dans un parc avec "son vélo"
Autres comptes : Conrad COOPER, Ethan WALKER, Nikolas WOOD, April HAWKINS.
The nightmare
Jeu 15 Déc - 22:48
I can't ignore you anymore. #LawrenceC’était donc ça. C’était donc ce qu’on ressentait quand on faisait du mal à quelqu’un ? On sentait quelque chose brûler, piétiner notre cœur sans relâche, je l’ai vu s’agenouillé, je l’ai vu, mais je n’ai pas bougé, je n’avais plus la force de reculer, de fuir, j’étais épuisé. Je l’entendais me parler. Pourquoi ? Pourquoi tout ce que je disais, faisais, ça ne marchait pas avec lui ? Pourquoi tout semblait lui passer au-dessus ? J’essayais de me faire détester, mais ça ne semblait pas marcher, il ne semblait pas vouloir de ça, pourtant c’était la meilleure chose à faire. Me protéger, le fera-t-il vraiment ou ce n’est que des paroles en l’air ?

Il venait de me prendre une nouvelle fois dans ses bras, j’ai essayé de sécher mes larmes, j’ai essayé de me calmer, plus il le faisait, de moins en moins j’avais envie de me reculer, j’étais là, mais je ne reculais pas, je ne lui rendais certes pas son étreinte, mais j’étais là, il était là. Sa façon de faire était douce, elle semblait rassurante, ça me rappelait un peu les histoires que je lisais étant petit la mère qui berque, berge, berce ? Oui. Qui berce son enfant pour le rassurer, qu’il se sente bien, c’est cette impression que j’avais actuellement, c’était quelque chose de rare, mais quelque chose de bien présent. Moi qui cherche toujours à fuir le contact.

Je ne pouvais pas prendre de décision ? J’ai légèrement frissonné quand il mit une mèche derrière mon oreille, je cherchais toujours à cacher mon visage et le voilà qui essaye de dégager mon visage de toutes mèches de cheveux. Non. Non. Choisir pour moi ? Je ne comprenais plus rien. J’étais perdu. Rester avec lui ? J’ai fermé un œil, il venait de m’embrasser le front, mais pourquoi il faisait toutes ses choses ? Je ne sais pas.

« Pourquoi je ne peux pas prendre de décisions ? »

Je ne comprenais pas. Je le pouvais pourtant ? Je pouvais refuser, accepter, douter, réfléchir, je savais faire tout ça ce n’était pas compliquer de prendre une décision. Je ne sais pas pourquoi, mais tout ceci me donna envie de lui rendre son câlin, ne pas lui rendre son amour, mais accepter qu’il veille sur moi ? C’était une situation compliquée même moi je le savais, pourquoi se faire autant de mal.
Je me suis éloigné au début, j’ai douté pendant quelques instants, que pourrais-je faire ? Le pouvais-je déjà ? Alors je me suis avancé vers lui toujours à genoux. Je l’ai pris dans mes bras pour la deuxième fois. Je l’avais écouté me murmurer tout ça, je l’avais écouté dire qu’il veillera sur moi et dans mon cœur je sentais quelque chose chauffer, je ne peux pas dire quoi, mais je me sentais tout d’un coup en sécurité, pas autant en sécurité qu’avec Joshua, mais je me sentais quand même en sécurité.

« Merci…Je ne sais pas si je vais accepter, mais merci. Je… vous remercie vraiment. »

Je me suis enfin éloigné, je l’ai regardé, il avait un sourire, j’aimais bien son sourire, du bout des doigts j’ai retracé le contour de ses lèvres en souriant de mon côté aussi sans même m’en rendre compte sans même savoir pourquoi je faisais une telle chose. Je touchais doucement ses lèvres et je me suis penché, je ne sais pas pourquoi, je suis venu lui embrasser le coin des lèvres, rougissant d’un tel acte.

Boum. Boum. Boum.

Mon cœur s’emballait, mon cerveau ne suivait plus. Je me suis relevé en souriant. Venant moi aussi lui embrasser son front. Il était temps qu’il fasse son boulot, il allait avoir des ennuis. Alors je me suis rassis sur la chaise, comme ça. J’ai regardé autour de moi.

« On commence par quoi ? Enfin.. Pour pas que vous ayez de problèmes faudrait peut-être qu’on commence l’examen je crois ? »

Je me suis un peu gratter le cou. J’étais un peu stressé à l’idée de me faire examiner par un médecin, mais au plus profond de moi, je ne voulais pas qu’il ait d’ennuis, je voulais aussi le protéger d’une certaine manière. Je me suis rappelé ce que mon patron m’avait dit.

« Mon patron veut savoir combien je mesure, combien je pèse et tout, mais je sais juste ma taille, mon poids non. Comment on sait notre poids ? »

J’ai pris un crayon sur son bureau et je l’ai regardé en souriant, c’était magique ces trucs, mais je ne savais pas m’en servir, j’ai tout de suite reposé et j’ai mis mes mains sur mes cuisses en attendant la réponse de Lawrence.


© 2981 12289 0

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬­­­▬▬▬▬▬▬▬▬­­­­­­­­­▬▬▬

Je te fais peur en Red
Avant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Etude en Binôme et nouvelle relation ♣ Prym
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Comment créer sa nouvelle équipe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Capitale :: Hôpital-
Sauter vers: